Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK DEATH SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cradle Of Filth, Fleshgod Apocalypse, Iapetus
- Membre : Scornforger, Dividead
 

 Myspace Officiel Du Groupe (796)
 Bandcamp (588)

HELIOSS - Contre Ma Lumière (2022)
Par FENRYL le 17 Septembre 2022          Consultée 853 fois

Et vous pensiez qu'une pandémie allait le bloquer ?

C'est bien mal connaître le talentueux Nicolas Muller qui n'a rien trouvé de mieux que d'enregistrer de janvier à juillet 2020 ce cinquième LP avant de la mixer de décembre 2021 à février 2022 au studio Henesis sous la direction de Frédéric Gervais.

Et comme rien ne peut être simple par moments, le pressage de la galette étant parti… en Russie au moment où celle-ci envahit l'Ukraine, le duo n'a pu m'envoyer le traditionnel support qu'au début de l'été… Mais comme on aime, on ne compte pas et on sait attendre, patiemment. Sans lui toucher mots de ce "Contre Ma Lumière" au Hellfest, j'ai pu retrouver DM pour échanger avec lui de tout autre chose, tout en mesurant le travail effectué et le chemin parcouru.

"Contre Ma Lumière" magnifie la discographie d'HELIOSS en y ajoutant (encore) une pièce folle : si son aîné avait frappé par sa folie complète et son extrême variété, cet opus fait le choix de prendre TOUT ce qui fonctionnait dans les autres galettes tout en recadrant sobrement le propos autour d'un Black Death Sympho très très haut de gamme. L'équilibre des morceaux est dingue : ici, pas de diversité mais un royaume où les nappes de claviers baroques sont légion et où les riffs de guitare vous entêteront comme rarement dans leur discographie. Ne ratez pas par exemple "Charnier" où la six-cordes prend le pouvoir pour notre plus grand bonheur, ou "L'Insondable Crépuscule Des Morts" et sur le travail mélodieux de "Contre Ma Lumière".

Comment ne pas penser à du BEHEMOTH sur l'intro épique de "Les Ruines De L'Oubli" ?

HELIOSS maintient toutefois le principe de titres consistants et longs mais jamais longuets, en harmonisant les durées : on oscille ici entre sept et dix minutes, exception faite pour "Abandon", titre instrumental concluant cet album. Attention, ne me faites pas écrire ce que je ne souhaite pas dire : le break de "Leurs Serments Inconsistants" où basse et nappes de claviers suspendent le temps avant que la foudre ne frappe, encore et encore. HELIOSS est donc un combo qui perpétue avec intelligence cette capacité à tordre le cou aux idées reçues selon lesquelles la durée des morceaux-fleuves nuit à la qualité. Depuis MARE COGNITUM ou REVEREND BIZARRE dans un autre genre, je ne veux plus entendre ce type d'arguments !

Comment dans une seconde phase ne pas vous évoquer le chant de DM ? Années après années, opus après opus, il marque de son empreinte chaque création de Nicolas Muller.
Le duo s'évertue à densifier le cadre proposé et il faut vraiment noter à quel point Thomas "DM" nous gratifie d'une sacrée diversité de timbre. Son registre vocal est assurément pensé pour ces titres mais inversement, il est aisé de sentir que les titres sont proposés pour ses capacités de plus en plus conséquentes. Pourtant, c'est sans doute l'un des plafonds de verre que n'arrive pas à vaincre pour accrocher la dernière étoile : j'ai tout de même le sentiment que l’œuvre d'HELIOSS peut encore rebuter dans sa proposition Black Death Sympho. Difficile à définir véritablement à mon niveau, il manque ce petit "je ne sais quoi"…

Enfin, il faut noter que l'ensemble des textes (présents dans le livret du cd, que c'est bon !) sont proposés dans la langue de Molière… espérons que cela ne rebute pas les fans internationaux, car c'est vraiment à cette échelle que doit être considéré HELIOSS.

"Contre Ma Lumière", c'est huit titres puissants, denses et quasi insondables.
C'est bien simple : sur chaque morceau, il semble que l'éternel et l'infini soient engagés car HELIOSS pourrait jouer encore et toujours chaque pièce d'un seul tenant. D'une qualité folle, d'une précision rare, d'une ambiance onirique, gothique voire victorienne par moments. C'est un travail d'orfèvre, encore et encore.
La pédagogie, c'est l'art de la répétition, mais là, je dois avouer avoir dépassé ce stage : HELIOSS enfile les joyaux comme les perles d'un collier. Rarement il m'a été possible de pouvoir constater une telle qualité dans le temps. Si le précédent opus "Devenir Le Soleil" demeure à l'heure actuelle mon chouchou (mais quelle folie que le title-track !), "Contre Ma Lumière" impose indubitablement le respect face à l'ambition délivrée ici.

Où s'arrêteront-ils ? Non, ce n'est pas la question. À quand la suite plutôt !

Note réelle : 4,5/5.

Top : "Je Suis La Voix Des Muets"… puis tout l'ensemble !

A lire aussi en BLACK SYMPHONIQUE :


DIMMU BORGIR
Death Cult Armageddon (2003)
Le pic le plus élevé de la montagne BORGIR

(+ 1 kro-express)



GRIFFON
O Theos, O Basileus (2020)
Majestueux


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Nicolas Muller (guitares, basse)
- Dm (chant)
- Mikko Koskinen (guest batterie)


1. La Chute Du Tyran
2. Les Ruines De L’oubli
3. L’insondable Crépuscule Des Morts
4. Contre Ma Lumière
5. Je Suis La Voix Des Muets
6. Leurs Serments Inconsistants
7. Charniers
8. Abandon



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod