Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2022 2 Days Of The Lost

SINGLES

2023 1 Path Of Fierce Resistance
 

- Style : Soilwork, At The Gates
- Membre : Cyhra, Dimension Zero, Hammerfall, Grand Cadaver, Sinergy
- Style + Membre : Dark Tranquillity, Gardenian, In Flames, Sacrilege
 

 Site Officiel (974)

The HALO EFFECT - Days Of The Lost (2022)
Par KOL le 15 Août 2022          Consultée 5870 fois

Difficile de ne pas être hypé à l’annonce de la formation de The HALO EFFECT quand on est fan de Death Mélodique. Jugez plutôt : des anciens IN FLAMES (parmi lesquels le Riff Wizard, Jesper Strömblad himself, temporairement sorti des enfers de l’alcool) joignent leurs forces le temps d’un album, avec au chant le suractif Mikael Stanne de DARK TRANQUILLITY (qui, rappelons-le, avait enregistré les voix sur un "Lunar Strain" séminal). Cependant, passablement échaudé par ce type d’annonces dans le passé pour un résultat très souvent décevant, j’attendais les premiers titres pour me forger une véritable opinion. Et "Shadowminds" est tombé sur les internets. Et "Shadowminds" était une réussite totale, gavée de l’esprit originel, un mélange de puissance et de mélancolie. Ce premier extrait sonnait comme une pépite issue des sessions de "Moment" de DT, l’énergie en plus. Autant dire que j’étais devenu très très chaud sur le sujet.

Coupons tout suspens, "Days Of The Lost" est un succès absolu, ranimant par moment la flamme vacillante du son made in Göteborg, avec des leads de guitares racées et harmonisées, portées par une production moderne, sans que cela ne soit là un critique. Là où le réenregistrement de "Clayman" était totalement foiré (et inutile au passage) selon l’avis quasi-général, The HALO EFFECT réussit à mon sens l’impensable : allier tradition tout en sonnant contemporain, et faire basculer - n’ayons pas peur des mots - le Melodeath en 2022, comme la production de Rick Rubin avait su réactualiser la musique de ZZ TOP sans en altérer son identité sur "La Futura" (et lui avait même inspiré son nom). Et comment ne pas comparer avec le dernier ARCH ENEMY qui évolue dans le même genre, mais définitivement pas dans la même division ! Concernant les compositions, pas vraiment de surprise, on sait où on met les pieds. On est clairement sur du IN TRANQUILLITY ou du DARK FLAMES, ce qui est plutôt logique au vu du line-up. Disons que la plupart des pistes évolue entre l’âge d’or d’IN FLAMES (en gros jusqu’à "Clayman" : "Feel What I Believe", "Days Of The Lost", "Conditional" pour ne citer qu’eux) et du DARK TRANQUILLITY moderne ("Atoma", "Moment" : "The Needless End", "Shadowminds", "In Broken Trust"). Et comment ne pas mentionner "Gateways", martiale mais malgré tout belle à chialer.

Si le chant de Mikael Stanne reste au top, dans la lignée de ses récents enregistrements que ce soit avec DT ou GRAND CADAVER, il évolue ici toujours bien au-dessus de la mêlée et majoritairement dans son registre Death/Black (huit tracks sur dix sans voix claire, celle-ci étant limitée à "A Truth Worth Lying For" et "In Broken Trust"). Je ne me lasse pas de l’entendre se bonifier, année après année. Mais c’est bien l’ensemble des musiciens qui est à mettre au tableau d’honneur. Engelin, par exemple, qui n’a pas joué sur les meilleurs albums d’IN FLAMES - ce n’est rien de le dire - démontre un sens du riff et de la mélodie que je ne lui soupçonnais pas. Jeppe est présent bien entendu, et il est difficile de savoir dans quelle mesure il fut impliqué dans le processus de création, mais on entend clairement sa patte, en particulier sur des twin-guitares plus MAIDENesques que jamais. Mais l’autre grand bonhomme pour moi, c’est Daniel Svensson, le batteur, qui allie puissance et précision à merveille, tout au long des dix morceaux que comporte l’Opus. Ses parties servent fondamentalement les chansons et leur apportent à la fois structure et feeling sur lesquels les voix et les grattes peuvent s’envoler. Chaque frappe est chirurgicale, et je ne parle même pas du travail sur les cymbales, subtiles et parfaitement ciblées… Je garderai pour la bonne bouche le featuring surprenant mais réussi de Matt Heafy de TRIVIUM, grand fan de Death Mélo devant l’éternel, qui s’octroie un couplet en solo puis un refrain en duo avec le maître sur "Last Of Our Kind", pénultième piste du LP. Mais le disque bénéficie d’une qualité d’écriture constante, aucun des titres n’étant à mettre de côté. La durée est maîtrisée, limitée à quarante minutes, juste ce qu’il faut pour laisser un petit goût de trop-peu à la fin de l’écoute.

Alors pourquoi pas la note ultime, franche et directe ? Disons que tout cela n’est pas fondamentalement original et frise parfois le fan-service de manière peut-être un peu trop appuyée. Et qu’il faudra voir comment "Days Of The Lost" vivra sur la durée… Reste que si l’on se laisse embarquer, on se retrouve aisément projetés à l’apogée de l’ère magique de Göteborg, servie sur un plateau via un son colossal et un artwork plus que soigné (il faut dire que j’ai toujours eu une petite faiblesse pour ce vert flashy sur fond noir). J’ai à présent hâte de découvrir tout ce petit monde en live à l’occasion de la première partie de la tournée MACHINE HEAD / AMON AMARTH de l’automne. En espérant que Jesper soit suffisamment d’attaque pour être présent sur scène (il a raté la date de Wacken cet été, étant visiblement retourné affronter ses démons personnels, mais ses comparses le soutiennent cette fois, eux…).

J’espère sincèrement qu’il ne s’agira pas là d’un « one-shot », mais plutôt du début d’un vrai groupe, que l’on ne compare plus sans cesse à ses glorieux aînés. Bien joué les gars, voici un sérieux prétendant à mon podium de fin d’année !

Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en DEATH MÉLODIQUE :


BLOOD STAIN CHILD
Epsilon (2011)
Electro mÉlodeath




SOILWORK
The Living Infinite (2013)
Coup de maître. Deux fois.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   KOL

 
   FENRYL
   JEFF KANJI

 
   (3 chroniques)



- Niclas Engelin (guitare)
- Peter Iwers (basse)
- Mikael Stanne (chant)
- Jesper Strömblad (guitare)
- Daniel Svensson (batterie)


1. Shadowminds
2. Days Of The Lost
3. The Needless End
4. Conditional
5. In Broken Trust
6. Gateways
7. A Truth Worth Lying For
8. Feel What I Believe
9. Last Of Our Kind
10. The Most Alone



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod