Recherche avancée       Liste groupes



      
SLAM DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dying Fetus, Fit For An Autopsy, Cannibal Corpse, Suicide Silence

INGESTED - Surpassing The Boundaries Of Human Suffering (2009)
Par KOL le 25 Août 2022          Consultée 360 fois

Éprouvant.

Voilà comment je pourrais résumer en quelques mots (un seul, en fait), l’écoute du premier album du combo, "Surpassing The Boundaries Of Human Suffering". En même temps, tout est dans le titre, n’est-ce pas ?

Les Anglais d’INGESTED ne mentent en effet clairement pas sur la marchandise, et la première écoute de la galette, ramassée sur neuf morceaux pour à peine 34 minutes, s’avérera une épreuve pour le commun des mortels. Tous les clichés du genre s’y retrouvent : vocaux gutturaux pouvant parfois évoquer George « Corpsegrinder » Fisher de CANNIBAL CORPSE, textes élégants et raffinés également au diapason ("Intercranial Semen Injection", "Anal Evisceration"), blasts dans tous les sens, Pig squeals, riffs déchirés… Bref, tout y passe sur des relents purulents de Slam Death Metal.

Le Slam Death, encore un genre plus que controversé ! L’idée n’est pas ici de faire un lexique exhaustif du style, mais pour la faire courte, le rythme des voix est plutôt influencé Hip-Hop avec des growls très bas, tout en reprenant les codes et usages du Brutal Death, les soli en moins et le rythme plutôt ralenti. On attribue à SUFFOCATION ou DEVOURMENT les premiers pas dans le genre. Alors autant ça pouvait être marrant dans les années 1990, autant on peut se poser la question de l’intérêt de sortir en 2009 un tel album ?

Eh bien, déjà, pour un premier essai, on pourra souligner que c’est très bien foutu. Le son est tout à fait correct, et fera même l’objet d’un petit coup de polish à l’occasion d’un remastering en 2016 qui lui donne une brillance bienvenue, l’édition originale manquant un poil de relief malgré tout (la batterie est trop présente dans le mix et tend à écraser le son). Je ne puis que vous recommander cette dernière version si tant est que vous soyez tentés de repousser les limites de la souffrance humaine. Autre point positif, les musiciens sont plutôt doués, démontrant tout au long une bonne maîtrise technique notamment au niveau des rythmes et de leurs variations. Les voix sont également plus versatiles que ce à quoi l’on peut s’attendre, allant même jusqu’à screamer sur certaines parties même si la voix Death reste bien entendu ultra dominante. Quelques pointes de trémolo viennent apporter des nuances bienvenues aux guitares, comme sur "Cremated Existence" qui nous rappellera quelques bons moments passés avec CANNIBAL CORPSE. Plus gênant en revanche, celles-ci – évidemment détunées au maximum et jouées majoritairement en palm-mute - sont bien trop proches de la basse, tant au niveau des notes jouées que des tonalités, ce qui donne un ensemble uni-dimensionnel aux lignes mélodiques (si je puis m’exprimer ainsi, compte-tenu de la musique proposée).

Reste que certains titres émergent malgré tout de la boucherie, comme "Stillborn", qui démontre un sens du groove loin d’être présent sur la majorité des morceaux. L’utilisation des cymbales est intéressante, tout comme le riffing, bien plus évolué que par ailleurs, et le morceau propose même un petit solo qui offre une respiration au milieu de l’agression. "Skinned And Fucked" est un autre exemple de réussite, intégrant des ingrédients similaires. Il est vraiment dommage que le groupe n’ait pas cherché à explorer un peu plus ces pistes sur les autres chansons.

Car pour le reste, le sentiment de tourner en rond prédomine largement, malgré la qualité de l’interprétation. On ressort évidemment lessivé de l’écoute (on n’en attendait pas moins), mais sans avoir véritablement pu accrocher sur un élément en particulier. Un bon défouloir, sans aucun doute, mais peu de personnalité, ce type de disque ayant été fait mille fois, et en mieux, par les Floridiens déjà cités ou par des groupes de Deathcore comme SUICIDE SILENCE, qui sort "The Cleansing" sensiblement à la même époque et qui possède à mon sens un tout autre cachet.

Note : 2/5 car l’élève INGESTED doit arrêter de copier sur ses voisins et se sortir un peu les doigts.

A lire aussi en DEATH METAL par KOL :


INGESTED
Where Only The Gods May Tread (2020)
Pour les amateurs de baston "raffinée"




INGESTED
The Level Above Human (2018)
Violent & pas funky


Marquez et partagez




 
   KOL

 
  N/A



- Jason Evans (chant)
- Sean Hynes (guitares)
- Lyn Jeffs (batterie)
- Brad Fuller (basse)
- Sam Yates (guitare)


1. Skinned And Fucked
2. Contorted Perception
3. Copremesis
4. Intercranial Semen Injection
5. Stillborn
6. Pre-released Foetal Mush
7. Cremated Existence
8. Condemned To Rape
9. Anal Evisceration



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod