Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH(CORE)  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dying Fetus, Fit For An Autopsy, Cannibal Corpse, Suicide Silence

INGESTED - Where Only The Gods May Tread (2020)
Par KOL le 28 Juin 2022          Consultée 578 fois

Amateurs de Metal extrême, ce disque est pour vous ! Il ne faut pas se mentir, quand on se met sur du Brutal Death (le -core étant ici très proche), on sait ce qu’on vient chercher : de la bagarre. Mais trop souvent, au bout de vingt/trente minutes, la monotonie tend à nous gagner et l’écoute se fait généralement plus passive. Découverts en première partie de FIT FOR AN AUTOPSY, les Mancuniens de INGESTED ont l’élégance de savoir varier les plaisirs et d’injecter dans leur violence une touche de subtilité (si je puis me permettre), ma foi bienvenue. Celle-ci vient titiller l’auditeur sur chaque titre proposé, permettant un renouvellement dans la castagne et faisant de ce "Where Only Gods May Tread" une sucrerie fort recommandable, pour qui sait encaisser 49 minutes de déferlement sonore.

Cet essai est le cinquième album studio du combo anglais formé il y a plus de quinze ans autour du frontman Jason Evans, du guitariste Sean Hynes and du batteur Lyn Jeffs, les trois officiant toujours au sein de la formation. Une telle longévité mérite d’être soulignée et permet une véritable alchimie entre les musiciens, qui se ressent dans la cohérence de l’ensemble proposé. Leur petit succès d’estime leur a récemment permis d’ouvrir pour des pointures (à leurs échelles respectives), telles que CROWBAR, CRYPTOPSY ou The BLACK DHALIA MURDER (rip, Trevor Strnad). INGESTED a donc plutôt le vent en poupe, ce qui semble justifié à l’écoute de ce qui constitue (à ce jour) leur dernier effort en studio.

On peut considérer que le disque est scindé en deux parties distinctes : une première, franchement orientée défouloir, très directe même si sachant réserver ses surprises, et une seconde sur laquelle plus de nuances et de variations ont droit de cité. Cela peut venir d’une petite mélodie lead ("The List" ou "Dead Seraphic Forms"), d’une transition à la basse galopante ("Forsaken In Desolation", ou de voix moins agressives sur certains passages qui viennent enrichir l’écoute et éviter le phénomène de lassitude. Si ça peut rassurer certains, soyons clair, nous ne sommes pas là dans l’expérimentation comme RIVERS OF NIHIL peut proposer, mais ces éléments ne sont pas anecdotiques pour autant.

Ainsi sera-t-on surpris d’entendre Kirk Windstein du susnommé CROWBAR venir pousser la chansonnette à côté de Jason Evans sur le déroutant mais réussi "Another Breath". En parlant du chanteur, on notera que la versatilité de ses vocalises (à remplacer éventuellement par hurlements) est l’un des points forts de cet opus, officiant toujours dans un registre extrême, mais passant des aigus aux graves, tout en glissant un ou deux pig squeals à l’occasion. Cela participe également à apporter du relief à l’écoute, et il semble d’ailleurs que ce soit un peu la tendance du moment, de sortir d’un créneau vocal trop linéaire et restreint (FIT FOR AN AUTOPSY et LORNA SHORE s’en font un malin plaisir, pour ne citer qu’eux). Petit bémol cependant sur la profondeur des growls, parfois un peu juste à mon goût. Limite vocale ou choix délibéré de production, difficile à dire sans creuser plus loin.

Point intéressant à relever également, en guise de fil conducteur de de l’album, le Death proposé par INGESTED se mâtine très régulièrement de Groove, un peu à l’instar de ce que proposer un DYING FETUS, ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire, venant une fois de plus enrichir leur son et permettre aux Anglais de se démarquer de la concurrence. Le blast comme la double pédale sont utilisés à bon escient, pour mieux préparer une rythmique saccadée, un breakdown ou… un pont mélodique comme sur "Impending Dominance", juste avant de remettre les gaz. C’est comme le poulpe, faut taper dessus pour l’attendrir. L’utilisation des cymbales, quoi qu’un peu trop mis en avant peut-être dans le mix, n’en reste pas moins savoureuse, apportant des respirations bienvenues ("Follow The Deceiver") sans laisser retomber le soufflé et donne une dimension quasi-live à l’enregistrement.

Vous l’avez compris à présent, j’ai grandement apprécié ce qu’INGESTED nous propose ici, prouvant qu’on peut proposer une violence sans concession, tout en sachant y ajouter, avec parcimonie rassurons-nous, un peu de raffinement jamais futile. Cela permet de maintenir la tension tout au long de l’album et fait de ce "Where Only Gods May Tread" un summum de brutalité intelligente.

Note : s’il manque un ou deux titres véritablement marquants pour atteindre un franc 4/5, le 3,5/5 arrondi à la hausse fera le boulot, le disque ne comportant réellement aucun temps faible.

A lire aussi en DEATH METAL :


NECROT
Blood Offerings (2017)
Le bon vieux temps... updaté !

(+ 1 kro-express)



CRESCENT
Carving The Fires Of Akhet (2021)
Jeu, Seth et match ?


Marquez et partagez




 
   KOL

 
  N/A



- Jason Evans (chant)
- Sean Hynes (guitare, basse)
- Lyn Jeffs (batterie)


1. Follow The Deceiver
2. No Half Measures
3. Impending Dominance
4. The List
5. The Burden Of Our Failures
6. Dead Seraphic Forms
7. Another Breath
8. Black Pil
9. Forsaken In Desolation
10. Leap Of The Faithless



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod