Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK/SCREAMO/HIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Diaspora Problems

SOUL GLO - Diaspora Problems (2022)
Par ISAACRUDER le 12 Juin 2022          Consultée 484 fois

Les récents événements survenus au Texas prouvent une fois de plus que les États-Unis poursuivent leur déclin inexorable. Car il faut bien nommer les choses. Quand les hommes censés représenter la force de la Loi se planquent, refusant d'intervenir face à un tueur fou retranché dans une école primaire, on a clairement atteint le stade dernier de la dissociation sociétale. Ces policiers, clichés sur patte ambulants, de gras de donuts vêtus, poseurs assumés avec leur budget militaire faramineux, ont passé 45 minutes à rester dehors tandis que des enfants se faisaient trouer la peau. Les parents, effarés, ont tenté de prendre les choses en main, et ces infects sacs à Big Mac ont cette fois-ci utilisé leur puissance virile pour les retenir de force. Certains témoignages évoquent même des policiers qui se seraient introduits dans l'école pour sauver leurs propres enfants ! Voilà le degré de noblesse de la société américaine, dans un État supposé représenter les valeurs les plus traditionnelles de cette entité qui a toujours préféré rêver de Superman que de l'incarner. Individualisme rampant, couardise, refus du sacrifice pour autrui, posture faussement virile : la chute est totale, et révélatrice. Dans ce merdier infâme que sont les États-Unis, il reste la créativité, qui a toujours caractérisé ce territoire. Le chaos politique et sociétal y a entraîné de légendaires mouvements artistiques, la beat generation en tête, et nul besoin de rappeler qu'en termes musicaux, c'est souvent là que ça se passe.

C'est donc un plaisir absolu que de vous parler quelque peu de SOUL GLO, la belle bande de ravagés made in Philadelphie, la ville du sandwich au steak hyper bizarre. Ces Punks radicaux avaient déjà frappé fort avec "The Nigga In Me Is Me", bordel absolu, expérimental et libre. "Diaspora Problems" poursuit la danse infernale, avec ce même parti-pris, mélange explosif de Punk, Screamo et Hip-Hop. "Tous les Noirs savent jouer de la basse" dixit Cartman, et on serait tenté de pasticher l'enfant terrible en affirmant que si un groupe d'afro-américains devait jouer du Punk, ce serait loin d'être ta sauce habituelle. SOUL GLO rappelle bien plutôt les délires expérimentaux de DEATH GRIPS, du moins dans le chant, déclamation perpétuelle inspirée du Rap US, où vitesse et prouesse riment. "Jump (or get jumped!!!) en est le meilleur exemple. Pierce Jordan en impose, furie démentielle qui n'arrête jamais le train de la violence, balançant texte après texte comme un cocaïné de Canal Plus.

À mi-chemin entre Punk anglais traditionnel et Screamo pour le règne de la mélodie, SOUL GLO prend le temps de briser les codes du jeu. "Driponomics" est ainsi un morceau purement Trap, ultra efficace et ancré dans l'ambiance street du disque. De même, l'énormissime "GODBLESSYALLREALGOOD" fracasse l'esprit, entre son riffing Hardcore et son break Rap Core déjà légendaire. "Diaspora Problems" brille par ces tentatives qui sortent du Punk, même si elles sont encore trop rares. L'album est pourtant bâti dans l'esprit d'un album de Rap, avec force invités en tout genre, venus pousser la gueulante ou proposer une fausse paix féminine ("The Thangs I Carry"). Mais la fausse introduction semi-Synthwave de "(Five Years And) My Family" rappelle l'évidence : SOUL GLO joue du Punk, ultra chaotique, souvent mâtiné d'un esprit Math qui renforce la virulence et l'anarchie du propos. On est dans l'Amérique post-Trump, avec des types qui ont bien la haine, et qui chient non seulement sur la débilité de leur pays, de ses politiques et de ses forces de l'ordre (donut-compatibles) mais aussi sur leur propre communauté, elle-même pervertie par l'individualisme rampant américain et l'idéologie du Capital : "It’s been fuck right-wing off the rip but still liberals are more dangerous. Sworn enemies, fake friends, I wanna kill them all." gueule Pierce avec raison dans "John J", avec sa ligne de basse royale et ses featurings incroyables dans un final qui rappelle CONVERGE. Que dire enfin de la finale, "Spiritual Level Of Gang Shit", qui termine l'album avec une fanfare littérale et un chœur mémorable ? SOUL GLO se fout bien des règles et c'est ce qui le rend unique.

"Who's gonna beat me up?" demande Pierce dans "Gold Chain Punk (whogonbeatmyass?)" et la réponse est SOUL GLO. "Diaspora Problems" est un excellent album, dont les éléments les plus sauvages côtoient l'expérimentation totale pour un maître-mot de liberté. On en ressort lessivé, ce qui pourra apparaître comme un défaut. Car ce disque est intense, dense, exigeant, véloce et sans respect pour l'auditeur. On pourra également arguer que certains titres font du remplissage, tant certains frappent fort. Il s'agit ici de balancer du lourd, vite, avec férocité et sans concession. On respectera la démarche, car depuis ses débuts, SOUL GLO n'en a rien à foutre, l'affirme dans le texte ("These bitch ass niggas dont give a fuck") et c'est bien ce que le Punk veut dire, et ce dont il a besoin.

A lire aussi en PUNK par ISAACRUDER :


MARTYRDÖD
List (2016)
Rouleau-compresseur venu du nord




FALL OF EFRAFA
Owsla (2006)
Retribution, the warren is empty!


Marquez et partagez




 
   ISAACRUDER

 
  N/A



- Pierce Jordan (chant)
- Ruben Polo (guitare)
- Gg (basse, chant, electronique)
- Tj Stevenson (batterie)


1. Gold Chain Punk (whogonbeatmyass?)
2. Coming Correct Is Cheaper
3. Thumbsucker
4. Fucked Up If True
5. Jump!! (or Get Jumped!!!)((by The Future))
6. Driponomics (feat. Mother Maryrose)
7. (five Years And) My Family
8. The Thangs I Carry (feat. Bearcat)
9. We Wants Revenge
10. John J (feat. Kathryn Edwards And Zula Wildheart)
11. Godblessyallrealgood
12. Spiritual Level Of Gang Shit (feat. Mckinley Dixon



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod