Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 1 Storm The Walls
 

- Style : Iron Maiden
- Membre : Warrior Path, Firewind, Serious Black
 

 Facebook (31)

STRAY GODS - Storm The Walls (2022)
Par FREDOUILLE le 15 Mai 2022          Consultée 1836 fois

Ooooh le bel album d’IRON MAIDEN que voilà !

On soulignera déjà la superbe pochette de ce disque intitulé "Storm The Walls", avec un graphisme de qualité (signé par l’Allemand Uwe Jarling -www.jarling-arts.com-) et associé à de très belles couleurs, rien de tel pour nous mettre l’eau à la bouche. Et cela tombe bien parce que "Storm The Walls" est plus que sympathique, voire même très chouette ! STRAY GODS nous vient tout droit de Grèce et constitue le nouveau projet Heavy Metal du talentueux et éminent Bob Katsionis (FIREWIND, SERIOUS BLACK), auteur-compositeur, producteur, guitariste et claviériste. Très productif, le musicien est omniprésent sur la scène Metal européenne. On se souviendra entre autres de sa participation sur le dernier et récent opus de WARRIOR PATH, "The Mad King" sorti en 2021, ou de sa présence en tant que claviériste sur l’album très récent de WONDERS, "The Fragments Of Wonder" sorti en Novembre 2021.

"Storm The Walls" est pour ainsi dire un disque volontairement et très largement inspiré d’IRON MAIDEN. D’ailleurs, Bob Katsionis ne cache pas son admiration et sa passion pour les Anglais. Et c’est dès début 2020, alors qu’il n’est dans aucun groupe, qu’il compose pour le plaisir quelques morceaux dans le plus pur style MAIDENien. Le tour est joué et pour contribuer à l’accouchement de ce projet, il fait appel à Thanos Pappas, batteur de SCAR OF THE SUN (mais aussi batteur d'URIZEN, un groupe Tribute à Bruce DICKINSON), à Gus Macricostas (grand fan de Steve Harris et bassiste qui a joué dans le projet solo de Biff Byford "School Of Hard Knocks" -SAXON-), et enfin au Portugais Artur Almeida qui chante dans ATTICK DEMONS, groupe de Heavy Metal, très bon au demeurant et déjà inspiré lui aussi d’IRON MAIDEN. Le choix du chanteur portugais est plutôt judicieux lorsque l’on connaît ses vocalises et ses intonations très proches de celles de Bruce Dickinson. STRAY GODS est né.

Huit titres puissant de pur Heavy Metal classique composent donc "Storm The Walls" et le moins que l’on puisse dire, c’est que les compositions respirent IRON MAIDEN par tous les pores si l’on excepte toutefois la ballade de l’album, "Love In The Dark", lancinante au possible et pas franchement exceptionnelle d’ailleurs, avec des claviers beaucoup trop FM. Ce qui fait qu’elle dénote un peu par rapport au reste du contenu du disque, malgré le chant pourtant impeccable d’Artur Almeida. Pour moi, il s’agit d’une faute de goût car de toute évidence, STRAY GODS performe davantage sur des titres purement MAIDENiens. À l’image donc des très énergiques "Black Horses" dont l’introduction pourra évoquer "Tailgunner" et d’ailleurs pas si éloigné que cela d’un "The Number Of The Beast", et du très punchy "The Seventh Day" aux riffs tranchants et qui ouvre l’album de façon magistrale avec une batterie explosive proche de celle d’un "Where Eagles Dare", morceau comprenant aussi de purs moments mélodiques épiques.

On retrouve donc au travers des compositions relativement fluides et bien écrites de "Storm The Walls" l’ensemble des caractéristiques que l’on peut aisément identifier chez IRON MAIDEN. À commencer par des introductions dans la plus pure tradition des Anglais, sur "Alive For A Night" par exemple, et rappelant même les plus belles épopées épiques de la bande à Harris, à l’image de cet excellent "Silver Moon", certainement mon morceau préféré du skeud avec une belle introduction à la basse qui n’aurait nullement dépareillé sur un album comme "Brave New World". Les compositions sont donc très largement imprégnées d’influences MAIDENiennes, à la limite parfois du plagiat bien évidemment, mais reconnaissons que le résultat est particulièrement convaincant et presque exaltant.

On retrouvera donc ces rythmiques atypiques si chères aux Anglais, tantôt galopantes, tantôt effrénées comme sur "The World Is A stage" assez proche dans l’esprit d’un "Be Quick Or Be Dead", des passages à la batterie quasi similaires et ce jusque dans les sonorités ("Storm The Walls"), des soli qui semblent tout droit sortis du manuel pratique d’Adrian Smith ("Alive For A Night", "Storm The Walls"), des passages mélodiques purement épiques à l’image donc de ce "Silver Moon" presque jouissif, jusqu’aux chant et cris d’Artur Almeida ("Storm The Walls", "The World Is A Stage") dont le mimétisme avec Bruce Dickinson est assez impressionnant. Il n’en reste pas moins qu’Artur Almeida puissant et mordant délivre ici une sacrée prestation vocale.

STRAY GODS puise donc allègrement dans le répertoire de MAIDEN, sans aucune gêne puisque la démarche est totalement assumée. "Storm The Walls" est de mon point de vue un bien bel hommage, tant il retranscrit au travers de ses compositions toutes les qualités intrinsèques de l’ogre britannique. On pourra toujours tiquer sur la démarche et se demander quel en est l’intérêt. Personnellement, je n’y vois qu’une envie de se faire plaisir tant la passion est grande chez les Grecs. Et lorsque le résultat est une réelle réussite, nous aurions tort de nous en priver d’autant que STRAY GODS parvient tout de même à nous laisser entrevoir aussi quelques passages réussis et un peu plus personnels comme sur "Storm The Walls" un des titres les plus travaillés de l’album (aaargh ! Ces belle cavalcades rythmiques !) et agrémenté qui plus est d’arrangements de haute tenue. Un disque très cool et plaisant au final, qui ravira à n’en pas douter les fans d’IRON MAIDEN en général et galvanisera toutes celles et ceux qui seraient restés sur leur faim à l’écoute de "Senjutsu", la dernière offrande d'IRON MAIDEN un tantinet mou du genou quand même ! Tout le contraire de ce "Storm The Walls" bien produit, disque très dynamique, plein de peps, et carrément fringant. Avis aux amateurs !

Note réelle : 3,5/5 arrondi à 4 car on passe un vrai bon moment à l'écoute de "Storm The Walls".

Morceaux préférés : "Silver Moon", "Storm The Walls", "Seventh Day".

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


TAD MOROSE
Undead (2000)
Heavy metal suèdois racé et classieux! la claque!




RIOT
The Privilege Of Power (1990)
Heavy speed metal


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Artur Almeida (chant)
- Bob Katsionis (guitares/claviers)
- Gus Macricostas (basse)
- Thanos Pappas (batterie)


1. The Seventh Day
2. Black Horses
3. Alive For A Night
4. Silver Moon
5. Naked In The Fire
6. Love In The Dark
7. The World Is A Stage
8. Storm The Walls



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod