Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK MODERNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Avenged Sevenfold
 

 Site Officiel (1665)
 Myspace (717)
 Chaîne Youtube (956)

BLACK VEIL BRIDES - The Phantom Tomorrow (2021)
Par JEFF KANJI le 7 Avril 2022          Consultée 645 fois

Les jeunes pousses de BLACK VEIL BRIDES n'ont pas à rougir après leurs dix premières années de carrière. Particulièrement son vocaliste et tête de proue Andy Biersack, qui avait dix-huit ans au moment où sortait "We Stitch These Wounds", un disque que le quintette a décidé de revisiter et de réenregistrer en 2020, pour le faire coller davantage à la formation plus affirmée et ambitieuse qu'elle est actuellement. Ce qui fera sans doute l'objet d'une prochaine chronique de ma part (ne me remerciez pas).

Mais surtout, BLACK VEIL BRIDES, qui s'était maladroitement lancé sur le chemin du concept-album dès "Set The World On Fire", semble persuadé d'avoir acquis la maturité suffisante pour proposer à la fois des paroles cohérentes d'un point de vue scénaristique et une musique qui reste catchy, sur un disque où il maîtrise son écriture et son sens de l'accroche. Alors si "Vale" n'était pas le disque le plus convaincant sur cet aspect, on peut d'ores et déjà dire que le compact "The Phantom Tomorrow" le dépasse de la tête et des épaules, au moins du point de vue musical.

Il est présenté comme une version plus aboutie de "Wretched And Divine", premier album des Américains à avoir suscité mon attention, et porté par quelques refrains particulièrement efficaces, même s'il semble que ce sixième album ne parvienne encore pas à rejoindre ni dépasser le formidable éponyme de 2015. Je reviens systématiquement à cette perle de 2014… Mais je dois avouer que celui qui suit désormais derrière est "The Phantom Tomorrow".

Il y a un soin dans l'écriture, dans le choix des sons (cette utilisation des cordes et de la wah-wah sur "Torch"), et un travail sur les mélodies qui s'avère ultra efficace. Et si l'album peine à tenir ses promesses de façon homogène, il paraît difficile de résister aux apparemment faciles "Blackbird" ou "The Scarlet Cross" (le premier single sorti en amont de l'album) qui permettent au disque de démarrer en fanfare. L'ambition WASPienne de "Vale" n'a pas disparu, mais le groupe sait désormais beaucoup mieux comment doser, et comment faire le tri dans ses idées pour les rendre non seulement lisibles mais aussi percutantes pour l'auditeur.

Alors certes parfois le riffing a du mal à suivre ("The Wicked One" au hasard) et on y entend un BLACK VEIL BRIDES qui se veut radiophonique mais dont l'artificialité du propos interloque. La formation a beaucoup de fans (notamment aux USA) mais semble toujours souffrir de cette réputation d'opportuniste superficiel que l'ambition grandissante de ses albums ne suffit pas à étancher. Mais c'est assez dommage, c'est ce qui a grandement plombé "Vale" qui avait de très bons moments ; ces compositions trop ancrées dans un format FM mais qui veulent quand même sonner Metal, (mais pas trop, Andy Biersack préférant clairement parler de Rock pour parler de la musique qu'il fait). Comme "The Phantom Tomorrow" est plutôt court, ces désagréments ne sont pas nombreux et passent donc avec moins de difficulté.

La qualité du reste de l'album se chargeant de motiver une réécoute, puis deux, puis trois. Et si l'on ressent clairement une certaine cohérence, qu'une ambiance particulière traverse l'ensemble, notamment à travers l'expression vocale d'un Andy Biersack qui a clairement gagné en maturité, c'est l'individualité de certains titres que l'on va retenir, et on préfèrera presque toujours réécouter les plus réussis de l'album dans une playlist, plutôt que de se fader à nouveau le concept complet, qui n'est pas tant palpable, la faute à un texte manquant clairement de profondeur, et à des thèmes pas franchement définis. Que BLACK VEIL BRIDES cherche une cohérence pour ses albums est tout à fait louable, mais je pense qu'il gagnerait à se sortir de la tête ce délire autour d'un concept car ce n'est pas franchement le domaine dans lequel le groupe est le meilleur.

Il n'en demeure pas moins qu'entre les deux titres déjà cités plus haut, "The Phantom Tomorrow" propose notamment une deuxième partie d'album extrêmement solide, portée par le ternaire et les alternances rythmiques de "Shadows Rise" et la double-pédale qui amorce un "Crimson Skies" en forme d'hymne. Le final "Fall Eternal" mérite aussi de l'attention, porté par les cordes et prenant des faux-airs de power-ballad, il parvient à distiller une certaine mélancolie bien contrebalancée par Jinx et Jake Pitts. Ce qui nous amène à considérer "The Phantom Tomorrow" comme une réussite globale. Alors sans doute pas à la hauteur de la mégalomanie un poil forcée d'Andy Biersack, mais clairement, BLACK VEIL BRIDES reprend des couleurs et tente toujours de s'améliorer. Et il y parvient.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


LED ZEPPELIN
Celebration Day (2012)
In my time of (un)dying




QUEEN
Rock Montreal [2007] (1981)
QUEEN au sommet de sa forme


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andy Biersack (chant, claviers)
- Jake Pitts (guitare lead)
- Jeremy - Jinxx - Ferguson (guitare, chœurs)
- Lonny Eagleton (basse, chœurs)
- Christian – Cc - Coma (batterie, percussions)


1. The Phantom Tomorrow (intro)
2. The Scarlet Cross
3. Born Again
4. Blackbird
5. Spectres (interlude)
6. Torch
7. The Wicked One
8. Shadows Rise
9. Fields Of Bone
10. Crimson Skies
11. Kill The Hero
12. Fall Eternal



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod