Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK MODERNE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Avenged Sevenfold
 

 Site Officiel (1592)
 Myspace (681)
 Chaîne Youtube (753)

BLACK VEIL BRIDES - Vale (2018)
Par JEFF KANJI le 17 Juin 2018          Consultée 1054 fois

La période 2014-2017 aura été particulièrement dense et bordélique pour les jeunes prodiges de BLACK VEIL BRIDES. Surfant sur son succès, le combo américain, auréolé d'une tuerie d'album éponyme, enregistre "Alive And Burning" pendant son Black Mass Tour avant que les envies d'air d'Andy Biersack se tournent vers d'autres genres comme la New Wave pour qu'il démarre une carrière solo sous le nom Andy BLACK, enrôlant ses partenaires de jeu dans l'aventure. Deux morceaux seront sortis dans cet intervalle, mais rien de l'ampleur de ce qu'a accompli BLACK VEIL BRIDES dans la sphère Rock/Metal depuis le début de la décennie, l'album, "The Shadow Side" étant même carrément un spin-off de BLACK VEIL BRIDES, explorant des rivages plus Pop et plus synthétiques, s'éloignant du Metal qui a fait connaître ses collaborateurs.

Ainsi, on retrouve une équipe resserrée, mais pas celle de l'album précédent, qui avait largement bénéficié de l'apport de Bob Rock, qui a imposé un mode d'écriture et d'enregistrement avec lequel le jeune groupe n'était pas familier. Mais comme "Wretched And Divine' avait dans l'esprit d'Andy Biersack permis au groupe d'asseoir définitivement son identité, on retrouve autour du groupe l'équipe qui avait travaillé sur ce concept mis en images sur "Legion Of The Black", avec John Feldmann qui revient écrire et produire ce déjà cinquième album du phénomène Glam Metal américain.

Toutefois, le message du groupe n'a pas changé, et les nouveaux titres sont des exhortations à croire en soi, à lutter pour atteindre ses objectifs, comme "The Outsider" le premier single le rappelle avec une nouvelle fois un refrain hymnique. Pour autant on n'a pu s'empêcher au moment des fêtes de Noël, quand ce titre est sorti, de constater que la faculté innée de BLACK VEIL BRIDES à pondre les hymnes ne laissait aucune place à la surprise. En cela, le premier véritable titre de "Vale", "The Last" One" est lui totalement dans la lignée du "Black Veil Brides IV" qui date déjà de 2014. En quelque sorte, on est rassuré avec cette ouverture en fanfare, après cette introduction qui remet les influences classiques de Jinxx au premier plan ; ses parties de violon remettent même la mélodie du refrain de "The Last One" au cœur du jeu sur "Dead Man Walking (Overture II)".

Alors que l'album précédent alignait tube sur tube, BLACK VEIL BRIDES retombe dans les travers relevés par ses détracteurs : un abus des "woh oh oh" qui se vident très vite de leur substance pour devenir une solution de facilité tellement grossière qu'elle handicape le groupe, qui après avoir bossé sur l'album solo d'Andy, n'a pas assez de matériel de bonne qualité pour espérer rivaliser avec le prédécesseur de 2014 ; il est même deux tons en-dessous, parvenant à faire moins bien que "Wretched And Divine", pourtant bien plus difficile à aborder mais qui montrait le groupe en pleine ascension, révélant totalement sa capacité à composer des hymnes immédiats. "My Vow" par exemple, courte et efficace avec son riffing à la PANTERA, s'en sort nettement mieux que les "King Of Pain" et autres "They Call My Name" qui essaie de faire le coup de la power-ballade de rockeur ricain, mais sans cette profondeur et ce feeling qui faisait le charme des accomplissements du genre par CINDERELLA et consorts.

"Vale" n'est ainsi pas à la hauteur des attentes générées par "Black Veil Brides", amplifiées par une attente de plus de trois ans (même s'il y a eu le DVD live pour patienter). Il est surtout dommage qu'il apparaisse comme un album bâclé ne tirant pas parti de ses points forts. Le groupe s'est sans doute un peu précipité, car on sait maintenant son talent pour composer de très bons morceaux de Hard Rock moderne. Les morceaux les plus efficaces démarrent et bouclent l'album, "Dead Man Walking", avec ses élans Prog rappelant le travail récent d'AVENGED SEVENFOLD, venant équilibrer l'album en son milieu. Toutefois, il est difficile d'avoir une vue d'ensemble de "Vale", qui souffle le chaud et le froid en permanence, sans parvenir à ce que j'en retire une réelle satisfaction. La déception est grande après ce bijou qu'est le quatrième album des Californiens.

A lire aussi en POP ROCK / METAL par JEFF KANJI :


The ROCK ALCHEMIST
Eyes Of Mind (2012)
Full italian alchemist




TOUCH [FRA]
Alkémia (2016)
Rien ne sert de courir il faut partir à point


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andy Biersack (chant, claviers)
- Ashley Purdy (basse, chœurs)
- Jeremy - Jinxx - Ferguson (guitare, violon, chœurs)
- Jake Pitts (guitare lead)
- Christian – Cc - Coma (batterie)


1. Incipiens Ad Finem (instrumental)
2. The Last One
3. Wake Up
4. When They Call My Name
5. The Outsider
6. Dead Man Walking (overture Ii)
7. Our Destiny
8. The King Of Pain
9. My Vow
10. Ballad Of The Lonely Hearts
11. Throw The First Stone
12. Vale (this Is Where It Ends)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod