Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIF  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2010 Wonderlustre
2012 Black Traffic
 

- Membre : Wishbone Ash
 

 Site Officiel (463)
 Chaîne Youtube (247)
 Facebook (530)

SKUNK ANANSIE - Smashes And Trashes (2009)
Par HAPLO le 21 Février 2022          Consultée 878 fois

Autant l’avouer de suite ; je ne fais pas partie des publics amateurs de compilations, best of et autres nostalgico-rétrospectives. Appréciant plus particulièrement le zeste d’originalité, voire la prise risque, chez un groupe, j’ai donc logiquement un peu de mal à comprendre l’intérêt que peut constituer le fait de coller artificiellement sur une même galette des titres déjà connus, extirpés d’albums aux ambiances parfois diamétralement opposées et qui plus est, choisis d’une manière complètement partiale ou la logique commerciale le dispute souvent au seul intérêt artistique, voire contre l’avis même des artistes concernés quand ceux-ci n’ont pas lu les petites lignes en bas du contrat...

Cette méfiance naturelle n’a jusqu’à aujourd’hui été que malheureusement trop souvent encouragée par de nombreuses productions maladroites mais commercialement très intéressées, réalisées par des maisons d’édition qui ne se privent pas, parfois même sans y associer les musiciens concernés, de publier de telles compilations sous forme d’attrape-gogos pour fans en mal d’iconographie ou tout simplement d’un quelconque signe de vie de la part de leur combo préféré, et qui n’hésiteront pas à lâcher une somme parfois conséquente pour :

- des titres qu’il connaissent déjà et dont les droits d’écoute ne valent pas toujours d’être acquittés une seconde fois,
- une pseudo-remasterisation pas toujours audible, quand ce n’est pas un bout de session live sans grand intérêt voire une petite chute de studio sous forme de bonus parfois à la limite du convaincant,
- un alignement de compos dont il faut souvent chercher la cohérence et qui ne correspondent pas toujours aux vrais titres super topissimes du groupe que si moi on m’avait laissé les choisir !

Et pourtant, c’est tout pétri de ces avis plus que mitigés, et te rappelant au besoin cher lecteur pointilleux qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, que j’ose t’affirmer mordicus que si il y a bien une compilation et une seule qui se justifie et qui en sus contient des super titres qu’on adorait ainsi que des inédits à se la frapper au bord du lavabo, c’est bien "Smashes And Trashes" que les SKUNK ANANSIE sortent en novembre 2009…

Quelques éléments de contexte expliquant ce joli revirement sont donc un brin nécessaires ici. Le jeune volcan alternatif britannique avait entamé son éruption en 1995 avec une explosion primale ("Paranoid & Sunburnt"), suivi d’une coulée de lave bien brûlante ("Stoosh" 1996) pour finir sur un séisme doublé d’une submersion ("Post Orgasmic Chill" 1999) au terme de laquelle SKUNK ANANSIE tirait sa révérence et était considéré comme un mythe perdu à jamais. Exit la belle panthère noire à la voix de tous les records, le guitariste famélique aux riffs qui brisaient les vitres, sans oublier le bassiste rasta le plus métallique de la création ainsi qu’un batteur bûcheronesque pourtant capable de faire preuve d’un feeling angélique… Car après avoir littéralement enflammé la planète alternative tant par la grâce que par la rage, on arrête tout et on disparaît du paysage en laissant nos fans les yeux ronds et la bouche ouverte.

Chacun(e) y va alors de ses petits projets perso : notre diva d’ébène se laisse même pousser quelques touffes de cheveux pour s’aventurer aux lisières de la Pop mal fagotée ("Fleshwounds" – 2003) puis revient à un Rock quelque peu mou du genou mais avec un crâne de nouveau propre et lustré ("Fake Chemical State" – 2006), alors que Cass expérimente de mêler son univers musical avec celui du Maestrissime Gary Moore pendant que nos deux derniers compères coulent du bon temps en donnant des cours de musique en manches longues pour cacher les tatouages. Bref, après presque dix longues années passées à faire le tour de leurs projets respectifs, nos chers voyous londoniens vont finalement décider de relancer l’accélérateur à particules d’énergie pure SKUNK ANANSIE et surtout de retourner la projeter à la face du monde… Un monde qui a poursuivi sa course dans sa folie comme dans sa musique et dont rien n’assure qu’il accueillera favorablement ce petit coup de reviens-y aussi talentueux soit-il. Le quidam est-il encore disposé à l’art mélodico-abrasif du SKUNK ANANSIE en 2009 ? C’est certainement à cette question primordiale que "Smashes And Trashes", fort de ses quinze titres dont trois inédits (signaux visibles de la vivacité retrouvée du gang de Skin !), est sensé répondre...

Précision d’horloger suisse pour le découpage de ce joli cake britannique dont les parts sont calculées au cordeau : Les trois chefs-d’œuvre précités y sont dignement représentés à parts strictement égales de quatre titres par opus (je ne tiens évidemment pas compte des deux versions acoustiques qui embellissent l’édition limited collector à destination des furieux !). SKUNK ANANSIE nous (re)balance à la figure sa fougue vocale, sa rage électrique sans oublier sa belle dose de feeling comme sa passion douloureuse avec des titres dont certains ont fait cinquante-trois fois le tour de la planète (musicale) mais que l’on réécoute toujours avec la même envie… L’ordre n’a ici finalement que peu d’importance tant l’énergie qui pilote le tout est omniprésente et se charge d’effacer une chronologie somme toute très secondaire : Skin y est impériale, intouchable, et ses servants instrumentistes, loin de faire de la figuration, y mêlent leur savoir-faire nécessaire à la taille du diamant. On est sur du connu, de la valeur sûre ; les SKUNK n’ont pas volé leur réputation et l’on comprend mieux comment cette voix, ces riffs, ces mélodies et ces foutues lignes de basse ont mis une méchante gifle à l’univers entier durant la décennie précédente… Oui, mais que valent-t-ils maintenant ?

Trois compos inédites et saupoudrées au fil des titres déjà connus sont là pour nous répondre : elles contiennent les qualités primordiales de cette musique inclassable :

- de l’énergie à donf où le feu de la voix de Skin côtoie les riffs mécanico-massifs d’un Ace en pleine forme sur une batterie jouissivement bûcheronnesque mais où, par magie, la basse reste audible : Avec "Tear The Place Up", SKUNK ANANSIE se reprend à nous flanquer la porte dans le nez, et nous à aimer le choc, pour ce (trop) court redémarrage sur les chapeaux de roues… mais bon dieux, où vont ils chercher toute cette hargne ?

- un mid-tempo sulfureux et abrasif à souhait concrétisé par le tant magnifique que douloureux "Because of You" dont le crescendo riffé et porté par cette voix déchirée par la peine donne envie d’enfoncer un gros clou dans le mur avec le front : le groupe y est transcendé par cette escalade et fait preuve d’une unité rarement atteinte sur d’autres titres. Mais où vont ils chercher toute cette colère ?

- une complainte perçante et urticante avec cet hymne à la douceur rageuse que constitue "Squander" et son faux-plat en arpèges sur lequel s’enlace puis s’emballe amoureusement la voix hors-norme d’une Skin habitée… mais où vont ils chercher toute cette douleur ?

Après dix longues années de vide sonore, SKUNK ANANSIE signe donc avec cette drôle de compilation qu’est "Smashes And Trashes" un retour maîtrisé car reposant sur des valeurs sûres dont le succès n’est plus à démontrer. Le combo y engage sa nouvelle notoriété sur trois nouveaux titres qui remplissent d’ailleurs pleinement leur mission : faire savoir que ces dingues n’ont rien perdu de leur fougue ni de leur talent. L’échantillon est validé, amenez-moi vite le plat de résistance !

- pour le retour en force : "Tear the Place Up", "Because of You" et "Squander",
- pour ceux qui n’étaient pas encore nés ou enlevés par les extra-terrestres entre 1995 et 1999 : le reste de la compil...

A lire aussi en ALTERNATIF par HAPLO :


SKUNK ANANSIE
Post Orgasmic Chill (1999)
Orgasme pimenté !




SKUNK ANANSIE
Stoosh (1996)
Le cri qui tue !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Skin - Deborah Dyer (chant)
- Ace - Martin Ivor Kent (guitare)
- Cass - Richard Keith Lewis (basse)
- Mark Richardson (batterie)


1. Charlie Big Potato
2. I Can Dream
3. Hedonism (just Because You Feel Good)
4. Tear The Place Up
5. Weak
6. Secretly
7. Because Of You
8. All I Want
9. Brazen (weep)
10. Twisted (everyday Hurts)
11. Squander
12. Lately
13. Selling Jesus
14. Charity
15. You'll Follow Me Down
16. -
17. Weak (acoustic Version)
18. Because Of You (acoustic Version)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod