Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2003 Satrap
2018 Alpha & Omega
2020 Seventh Rising
 

- Style : Gamma Ray
- Membre : Lumsk
 

 Site Officiel (247)
 Myspace (262)
 Chaine Youtube (871)

GAIA EPICUS - Seventh Rising (2020)
Par JEFF KANJI le 6 Mai 2021          Consultée 901 fois

Bon, Thomas, il faut qu'on parle.

Défendre sa passion, toujours aller de l'avant sans se laisser décourager par les on-dit et les gens qui disent non, c'est parfaitement compréhensible et salutaire pour faire carrière. Cependant, quand on enregistre des chiffres de vente de plus en plus bas et des critiques de plus en plus tièdes il est raisonnable de se demander si on s'y prend de la bonne façon et si l'on a encore quelque chose à dire. Car autant je défends bec et ongles le Power Metal, autant GAIA EPICUS ne me rend pas la tâche facile. Septième album déjà, une pochette vraiment bof, avec un mage et un phénix, blabla, "Seventh Rising", on se prend pas trop la tête et reste très premier degré. Et je n'ai pas encore parlé de la musique.

GAIA EPICUS c'est un Power Metal véloce, ultra classique, coincé entre le tranchant et le Speed de GAMMA RAY et le riffing (et parfois les vocaux) à la MEGADETH. Donc on doit attendre, à défaut d'originalité (de nombreux cas démontrent que l'on peut s'en passer sous certaines conditions), des hymnes fédérateurs, du riff qui donne envie d'headbanguer, de la double grosse caisse à foison et (si l'on est gourmand) un enchaînement de réussites.

Le premier titre "Like A Phoenix" est symptomatique. Ça chante plutôt pas très bien, niveau chorale de collège (mais juste faut pas déconner), le morceau se termine par un final au piano totalement dispensable si ce n'est pour faire écho à l'introduction. Tout cela est maladroit dans l'écriture, téléphoné, et difficilement excusable auprès d'un musicien aussi expérimenté, qui, faute de trouver des compagnons de route réguliers, a décidé d'en faire un maximum lui-même, faisant appel à Mike Terrana pour assurer les batteries ; le mercenaire américain délivre bien entendu une partition impeccable, comme à son habitude, puissante, avec ces fills dont il a le secret. L'inconvénient c'est que Thomas Hansen ne dispose d'absolument aucun apport artistique spécifique qui aurait pu bonifier son écriture.

Surtout que dès ce premier titre la première repompe de GAMMA RAY s'affiche dans le pré-refrain (repris du pont de "Land Of The Free"). On est mal engagé et la première impression restant souvent prégnante, on garde à l'idée que l'album ne nous révèlera pas monts et merveilles. Pourtant le très IRON SAVIOR "Nothing To Lose" s'en sort pas mal si on n'est pas difficile, et le seul titre qui tire son épingle du jeu est pour moi "The Dream". Là-dessus, tout fonctionne à peu près correctement, même si cousu de fil blanc, et la basse très puissante n'y est pas pour rien, "Mr. Madman" rentre aussi dans cette catégorie, même si là cela tient beaucoup sur le tempo échevelé. "Invisible Enemy" fait dans la copie LIDL de MEGADETH avec un chant à la Mustaine assez caractéristique dans le placement et les intonations.

Bref, pas de quoi s'en relever la nuit, et on ne remarque du coup même pas assez Tim Owens, venu assurer une pige de qualité sur un "Gods Of Metal" pas inoubliable, mais qui nous permet d'avoir au moins un morceau doté de bons vocaux, l'Américain n'ayant plus rien à prouver depuis bien longtemps. En tout cas en voilà un qui aura trouvé une occasion de tenir financièrement pendant la crise sanitaire. Je suis bien embêté pour Thomas Christian Hansen, mais il est en train de dynamiter sa bonne réputation de début de carrière, et même celle de son prédécesseur, qui ne cassait pas trois pattes à un canard, mais avait de vrais bons moments. Sentence sévère donc, mais y a tellement mieux et plus intéressant dans le style aujourd'hui.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


GRIMGOTTS
Dragons Of The Ages (2019)
Dragons, pouet pouet et très belle surprise




BLIND GUARDIAN
Merry Xmas Everybody (2020)
And here it is


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Thomas Christian Hansen (chant, guitare, basse)
- -
- Mike Terrana (batterie)
- Lukky Sparxx (guitare solo)
- Tim 'ripper' Owens (chant sur 9)


1. Like A Phoenix
2. Rising
3. Nothing To Lose
4. From Ashes To Fire
5. The Dream
6. Invisible Enemy
7. Mr. Madman
8. Number One
9. Gods Of Metal
10. We Are One
11. Eye Of Ra



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod