Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Satrap

GAIA EPICUS - Satrap (2003)
Par JULIEN le 17 Décembre 2003          Consultée 2417 fois

De même que certaines personne se présentent aux autres en mettant en avant leurs symptômes, les norvégiens de GAIA EPICUS s’amènent sur la scène du Metal avec un attirail voyant, une pochette pompée sur les divers Artwork de GAMMA RAY période « Somewhere Out In Space », et des noms de morceaux très spécifiques : « Fire & Ice » est le titre d’un album de MALMSTEEN, « Heaven’s Gate » et « Freedom Calls » renvoient à des patronymes de groupes reconnus, « Heavy Metal Heart » (avec des choeurs bien ridicules, qu’on retrouve sur le final manqué de « Watch The Sky »…) et « Die For Your King » soulignent un aspect True Metal caricatural qui entre en résonnance avec le EPICUS du combo, « Keepers Of Time », « Inside The Storm » et « Watch The Sky » évoquent le Speed Mélodique tout azimuts, et « Star Wars » et « Cyber Future » recadrent le tout dans l’univers classique des astres et étoiles… Difficile de ne pas laisser son esprit vagabonder sur le registre de la comparaison dans ces conditions…

Bref, comme mon préambule un peu long le laisse sous-entendre, GAIA EPICUS excelle dans l’art de la fusion, faisant s’agglomérer les éléments typiques du style dans une sorte de matière Speed Heavy teintée de Prog bien foutue mais assez peu originale. Au détour des onze titres qui composent ce « Satrap » on pense ainsi à du STRATO (« Fire & Ice » et son refrain à la « Hunting High And Low »…), à du GAMMA RAY (le gai « Heaven’s Gate » parmi d'autres), sans oublier des pointes à la FREEDOM CALL, SYMPHONY X, RHAPSODY, voire même au jeune BLING GUARDIAN (nombres de rythmiques sont bien musclées et thrashisantes) et BAL SAGOTH dernière époque pour certains arrangements (« Die For Yor King »). Et j’en oublie certainement !

Plus précisément, GAIA EPICUS sonne un peu comme si le HELLOWEEN brut de « Walls Of Jericho » s’était ornemené de tout l’attirail plus léché et grandiose développé dans les productions Speed actuelles. La musique de GAIA EPICUS repose ainsi sur des riffs et des plans majoritairement rapides et assez agressifs, mais s’émaillent généreusement de solos mélodiques réussis, de synthés bien pensés et majestueux, de passages Prog judicieux et point trop pompeux (par exemple sur l’instrumental « Innovation »), et de mélodies et chorus assez mémorables.

Avis plutôt favorable donc ? Ben non, mitigé en réalité ! Ok, tout ça est plutôt bien fait, les musiciens sont bons, le mixage est puissant, et le groupe ne ménage pas ses efforts en nous proposant 68 minutes de musique, dont trois titres épiques et progressifs de plus de huit minutes (« Star Wars », « Freedom Calls », « Watch The Sky »). Mais justement, le disque est très long, et il est assez facile de décrocher d’un disque de Speed tant cette musique apparaît souvent conventionnelle et sans grosse surprise. En outre, si la voix de Thomas Hansen, sorte de mix entre Rob Rock, Tony Kakko (SONATA ARCTICA) et Quorthon (BATHORY période Viking) est intéressante en cela qu’elle nous préserve des hurlements aigus habituels, il n’en reste pas moins vrai que ce chanteur manque de coffre et de maîtrise… ce qui amenuise l’impact des refrains. Et comme je n’arrive vraiment pas à me détacher de cette impression de groupe « Tribute » agacante, syndrome de plus en plus répandu dans cette scène…

C’est donc une petite accumulation de choses, de clichés et de détails crispants qui justifient ma note. Mais nul doute qu’avec un peu de boulot (surtout sur le chant) et un peu plus d’ambition, moins d’attachement à ses influences, GAIA EPICUS pourrait nous surprendre dans le futur. Saluons donc l’arrivée d’un groupe non dénué de talent, mais qui doit vraiment, à mon sens, pousser sa démarche beaucoup plus loin s’il entend se faire une place aux côtés des ténors et s’extirper d’une catégorie « espoir » qui n’en finit plus d’enfler. Rendez-vous est pris…

A lire aussi en POWER METAL par JULIEN :


EDGUY
Superheroes (2005)
Nouveau single et cinq vrais inédits: excellent ep

(+ 2 kros-express)



SONATA ARCTICA
Reckoning Night (2004)
La nouvelle merveille du groupe

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Thomas Christian Hansen (voix, guitare)
- Joakim "jokke" Kjelstad (guitare)
- Morty Black (basse)
- Alessandro Elide (batterie)
- Dj- Dritskummel (clavier)


1. Keepers Of Time
2. Heaven's Gate
3. Fire & Ice
4. Inside The Storm
5. Die For Your King
6. Star Wars
7. Innovation
8. Cyber Future
9. Freedom Calls
10. Heavy Metal Heart
11. Watch The Sky



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod