Recherche avancée       Liste groupes



      
PAGAN BLACK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HAVUKRUUNU - Uinuos Syömein Sota (2020)
Par MEFISTO le 12 Février 2021          Consultée 882 fois

Quand on doit égaler la grandeur d'un album comme "Kelle Surut Soi", on doit inévitablement viser plus haut, pour se surpasser soi-même et dépasser les attentes des fans. Comment y arriver ? En travaillant surtout sur ses faiblesses, car à quoi bon se complaire dans ses qualités quand elles sont bien ancrées ? C'est bel et bien en martelant sur ses lacunes qu'un groupe peut aspirer à devenir légendaire, même auprès des critiques les plus imperméables.

Alors, que devaient améliorer les Finlandais ? Si je me fie aux suggestions lézardant mes remarques élogieuses de 2017, je dénotais un manque d'ambiances épiques et prégnantes chez HAVUKRUUNU, le genre de pianotage et de fresque qui vous agrippe les tripes et les couilles pour en faire de la guimauve. Je trouvais également que les zicos semblaient trop pressés d'en découdre, qu'ils auraient intérêt à mieux doser leurs attaques pour terrasser l'ennemi par les flancs. Bien sûr, c'est une tare présente chez la majorité des jeunes groupes me direz-vous, mais quand on assiste à un tel spectacle en si bas âge, on peut se permettre d'être vindicatif de la plume. Enfin, j'aurais apprécié davantage de variété au niveau des rythmiques pour que l'album s'insinue dans tous mes pores au lieu de me défoncer la gueule à coups de talon.

Alors ? Ils m'ont écouté les Finlandais ? Bien sûr que non… Putain, mes mômes ne m'écoutent jamais, alors imaginez des Metalleux qui ignorent qui je suis… huhuhu… HAVUKRHUHUHUNU.

Je déconne. Il y a un net progrès, du côté des ambiances et des variations de tempo, même si les premières écoutes ne s'avéreront pas concluantes en raison de cette impatience sous-jacente dans l'œuvre d'HAVUKRUUNU. "Uinuos Syömein Sota" se laisse bouffer plus difficilement que son prédécesseur et votre serviteur en est la preuve vivante avec ce souvenir âpre d'étouffements répétitifs. La note trahira mon enthousiasme, mais je vous invite à boire mon argumentaire pour ne pas être obligé de m'injurier sur le fait que la production approximative de l'album vous ait rebuté et forcé à redoubler d'ardeur pour absorber le bouzin qui ne mériterait pas plus que trois étoiles…

La fougue contagieuse, la force des compos et les chœurs (wow, "Jumalten Hämär" !) demeurent le pain et le beurre du groupe, duo devenu quartette sur cette sortie. On a envie de se battre à leurs côtés, de festoyer en rebondissant sur les panses percées de nos ennemis, de sacrifier notre bras gauche pour faire partie de cette famille de poilus sanguinaires. Dès que la pièce-titre s'ébranle, on sent qu'HAVUKRUUNU n'est pas du genre à regarder passer la parade. Armés de leurs instruments et vêtus de leurs grotesques atours, ces clowns sérieux pointent leur doigt d'honneur vers l'horizon à avaler. Il y aura des membres arrachés, de la gloire et des hurlements au menu.

Il est clair que les Finlandais ont choisi leur camp avec ce troisième chapitre. Ça, on s'en rend compte illico presto ! "Uinuos Syömein Sota" est davantage une invitation à la bagarre qu'une ode aux tribulations ésotérico-homériques des ancêtres... même si "Tähti-Yö Ja Hevoiset" et son interminable et curieuse clôture nous amène jusqu'aux confins étoilés, royaume des âmes guerrières disparues. Fantasme : j'aurais tellement souhaité que l'essence de "Kuin Öinen Meri" et "Vähiin Päivät Käy" contamine plus de morceaux ! C'est ça le Black Pagan que je cherchais en 2017 et que j'espérais voir tapisser cette nouvelle cuvée ; un équilibre idéal entre la poésie atmosphérique et les élans violents d'une horde de barbares aux abois.

Qu'on se le dise une fois pour toutes : HAVUKRUUNU ne copiera personne, même si on reconnaît les bonzes de MOONSORROW, WINDIR, BATHORY et même IMMORTAL, dans sa musique riche et touffue. Il se détache du lot grâce à une touche fun d'une intensité rarement égalée, d'un riffing incendiaire et de cavalcades éléphantesques. Je vois aussi poindre une envie d'étendre des nappes de synthé plus imposantes, mais ça, ce sera pour le quatrième !

Content suis-je !

Cela ne signifie pas que cette bouffée d'air putride soit plus digeste ou délicieuse que celle de 2017. Entre les deux, mon cœur balance. Elles sont complémentaires et forment, chez HAVUKRUUNU, un duo d'une efficacité redoutable qui assure au groupe une renommée précoce dans le milieu de l'Extrême.

Podium : (or) "Vähiin Päivät Käy", (argent) "Kuin Öinen Meri", (bronze) "Uinuos Syömein Sota".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


The BISHOP OF HEXEN
The Death Masquerade (2020)
Aveux morbides




CRADLE OF FILTH
Vempire Or Dark Faerytales In Phallustein (1996)
L'E.P qui les gouvernera tous !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Sinisalo (basse)
- Henkka (guitare)
- Stefan (chant, guitare, synthé)
- Kostajainen (batterie)


1. Uinuos Syömein Sota
2. Kunnes Varjot Saa
3. Ja Viimein On Yö
4. Pohjolan Tytär
5. Kuin Öinen Meri
6. Jumalten Hämär
7. Vähiin Päivät Käy
8. Tähti-yö Ja Hevoiset



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod