Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY EPIQUE  |  E.P

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


2019 Niralet

MEGATON SWORD - Niralet (2019)
Par T-RAY le 23 Janvier 2021          Consultée 1109 fois

Qu'attend-on d'une œuvre que l'on qualifie d'épique ? De l'héroïsme, bien entendu. Des péripéties plus ou moins vraisemblables. Mais surtout de la tension. Du suspense. De la tragédie, parfois. Et il en va de même pour tous les genres de Metal affublés de l'adjectif "épique". Le Heavy Metal Épique n'échappe pas à cette règle. Et avec MEGATON SWORD, le genre s'est trouvé un digne aède, capable de conter les plus guerrières des épopées avec un aplomb et une foi inébranlables. Deux qualités indispensables lorsque l'on évolue dans le sillon creusé, entre autres, par des groupes comme MANOWAR et MANILLA ROAD, qui ne manquaient ni de l'un, ni de l'autre.

Et pourtant, nous parlons ici de musiciens suisses, dont le pays n'a plus connu de véritable guerre depuis plus de deux cent ans. Certes, les Suisses étaient jadis réputés pour leur valeur sur le champ de bataille et les compagnies de mercenaires helvètes étaient légion, mais aujourd'hui, c'est dans les sphères imaginaires que ceux-ci sont contraints de projeter leurs fantasmes guerriers. Et c'est justement le parti que prend MEGATON SWORD, qui a choisi d'imaginer un monde, Niralet, dans lequel situer l'action de ses morceaux et de ses disques tout entiers, un peu comme RHAPSODY (OF FIRE) a pu le faire dans ses propres œuvres.

En matière d'épique et de dramatique, ce qui se passe à Niralet se pose là. C'est un véritable univers de Fantasy que nous dépeint MEGATON SWORD, avec un côté sombre tout de même, surtout lorsque l'on considère les paroles de "Vulva Of The Nightfall", qui évoquent des visions bien plus dérangées que ce que l'on peut lire dans les sagas de High Fantasy. Guerre, sang, sexe, mort et monstres : Niralet est un monde qui tient davantage de la Dark Fantasy, voire des plus ambitieuses œuvres de Sword & Sorcery. Et le quartette de Winterthur ne lésine pas sur l'imagerie : ce qui se passe à Niralet est grandiloquent, choquant, puissant.

Après tout, quand on choisit d'affubler son groupe d'un nom signifiant "épée d'une mégatonne" et que l'on adopte des pseudonymes tels que Simon the Sorcerer, Dan Thundersteel, Chris the Axe et Uzzy Unchained, c'est qu'on assume totalement son concept et que l'on est entièrement absorbé par lui. D'ailleurs, le chanteur assume doublement son pseudo puisque Uzzy renvoie sans aucun doute à un Ozzy Osbourne dont son timbre se rapproche régulièrement. Et il faut reconnaître qu'un tel timbre, un poil nasillard et avec ce qu'il faut de reverb à l'ancienne, fonctionne très bien sur le Heavy Épique de MEGATON SWORD, surtout lorsqu'il est couplée à l'élocution d'Uzzy.

Le bonhomme est pour beaucoup dans l'attractivité de la musique de MEGATON SWORD. Avec sa façon toute particulière de poser ses mots, de vociférer avec une agressivité contenue mais qui lui échappe quelquefois, et sa capacité à monter dans les aigus sans en faire trop, Uzzy Unchained a la voix de l'emploi. Et sa façon de conter les péripéties qui secouent Niralet jouent beaucoup dans le côté accrocheur des morceaux de ce premier E.P. Il suffit de quelques saillies bien senties sur chacun des morceaux pour rendre lesdits morceaux mémorables. Vous voulez des exemples ? Eh bien allons-y !

Le refrain de "Pristine War", à lui seul, suffit à exalter le héros de Fantasy qu'on a tous dans un coin du cœur. La façon qu'à Uzzy de scander "Vulva Of The Nightfall" suffit également à donner envie de se repasser le morceau encore et encore, tant elle reste dans la tête. Cet hymne à Niralet qu'est "Born Beneath The Sword" nous ferait presque regretter que cet endroit n'existe pas en vrai tant le morceau ferait merveille chanté lors d'une cérémonie de lever des couleurs (ou de la remise d'une médaille d'or olympique, tiens !). Et lorsqu'il hurle à pleins poumons "I plunge my steel into your body; for glory!" sur "For Glory", ç'a beau être cliché à mort, on se projette tout de même sans mal, épée à la main, dans le feu d'une bataille imaginaire, trucidant l'ennemi.

Enfin, le chant et les textes, c'est bien, mais dans le Metal, si les riffs ne suivent pas, rien ne va… Or, chez MEGATON SWORD, pour ce qui est des riffs, ça va même très bien ! Sans jamais atteindre des vitesses supersoniques, Chris the Axe nous gratifie de parties de guitare lead et de riffs extrêmement solides et dont l'on se souvient aisément. C'est parfois simple, mais ça n'est jamais évident, comme le prouve l'excellent "Realms To Conquer" qui clôt l'E.P. Cette pièce de plus de 6'30 nous offre un condensé de ce que le quartette suisse sait faire de mieux et Chris nous prouve qu'il est capable de nous tenir en haleine à lui seul car, ici, ce sont davantage ses cordes de guitare que les cordes vocales d'Uzzy que l'on se plaît à suivre, même si Dan Thundersteel se fait remarquer aussi sur la partie centrale du morceau, où il se retrouve seul musicien à accompagner le chanteur.

Ainsi donc, si sur les autres morceaux, c'est d'abord le chant d'Unchained qui nous marque, il ne faut pas plus d'une écoute pour remarquer que celui-ci pose sa voix sur des riffs taillés pour exalter l'héroïsme. Celui de "Vulva Of The Nightfall", martelé sur un tempo de marche militaire, ou presque, s'avère saisissant. Le riff, plus vif, de "Pristine War", est un poil moins marquant mais il évoque avec efficacité cette "guerre parfaite" que chante Uzzy… Et lorsque déboule le solo de gratte, simple là encore mais jouissif dans ce contexte, l'on est déjà conquis. Quant aux parties de guitare de "Born Beneath The Sword", qui doivent autant à MANOWAR qu'au Heavy des années 1970, surtout sur le final du morceau, elles possèdent une force évocatrice remarquable et on se projette d'autant plus facilement à Niralet grâce à elles.

Puissants, accrocheurs, addictifs, parfois enthousiasmants, les cinq titres de ce premier enregistrement de MEGATON SWORD forment une introduction quasi parfaite à l'univers fantastique que dépeint le quartette dans sa musique et dans ses textes. Et en un peu plus de vingt-cinq minutes au total, la formation suisse s'est imposée comme l'une des plus prometteuses du moment sur la scène Heavy. Mieux : avec "Niralet", MEGATON SWORD a fait une entrée fracassante dans le cercle restreint des champions du Heavy Épique. Et offert au Heavy Metal l'un des ses meilleurs E.P.s de la décennie 2010. Héroïque, j'vous dis !

A lire aussi en HEAVY METAL par T-RAY :


ANVIL
Metal On Metal (1982)
Moins tranchant qu'annoncé, mais quand même...




ANVIL
Forged In Fire (1983)
L'Enclume tient son marteau et frappe fort !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Uzzy Unchained (chant)
- Chris The Axe (guitares)
- Simon The Sorcerer (basse)
- Dan Thundersteel (batterie)


1. Vulva Of The Nightfall
2. Pristine War
3. Born Beneath The Sword
4. For Glory
5. Realms To Conquer



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod