Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2020 Tundra
 

- Membre : Fullforce, Hammerfall, Yngwie Malmsteen

TUNGSTEN - Tundra (2020)
Par GEGERS le 5 Décembre 2020          Consultée 831 fois

Les métallurgistes que nous apprécions tant ne se sont, jusqu’à présent, que rarement frottés au tungstène. On vante d’acier, en long, en large et en travers, mais du côté du tungstène, exception faite de quelques groupes américains, dont une formation Sludge Metal dont plusieurs membres sont affiliés à DOWN ou CROWBAR, l’ambiance est plus calme. Pourtant, ne s’agit-il pas là du Metal ultime, la page wikipedia qui lui est dédiée précisant que "Lorsqu'on l'ajoute en faible quantité aux alliages d'acier, il en augmente la dureté." Le tungstène, finalement, c’est plus Metal encore que l’acier !

Peut-être est-ce cette propriété de cet élément chimique qui a inspiré Anders Johansson (frère de Jens, et ancien membre de HAMMERFALL ou Yngwie MALMSTEEN) au moment de mettre sur pied ce nouveau groupe dont le guitariste (Nick) et le bassiste (Karl) ne sont autre que les rejetons de l’expérimenté cogneur de fûts. La transmission par le Metal, en quelque sorte. Le recrutement du vocaliste Mike Andersson (CLOUDSCAPE, FULLFORCE) permet de compléter son line-up, qui publie à l’automne 2019 l’album "We Will Rise", dont l’amalgame entre le Heavy "à l’ancienne" de papa Anders, combiné aux envies de modernité des deux fistons, donne un résultat plutôt réussi, agrémenté de sonorités scandinaves apportant une intéressante richesse mélodique.

Privé de tournée, comme tous ses camarades, le groupe a donc préféré se remettre immédiatement au travail, et revient donc, dans un contexte toujours aussi défavorable, avec un deuxième album censé reprendre les choses là où son prédécesseur les avait laissées. La formule appliquée est donc toujours la même, le groupe proposant un Power Metal mélodique, agrémenté simultanément d’influences électroniques, mais aussi Folk et parfois, Death. Ce mélange des genres est surprenant, puisque le groupe, désireux de construire un univers propre avec un héros, Wolfram (astucieux, puisqu’il s’agit là du mot allemand pour désigner le tungstène) menant une quête, une identité visuelle pouvant rappeler BLIND GUARDIAN ou GRAVE DIGGER, pourrait de prime abord nous laisser entendre que sa musique aurait plutôt tendance à zieuter dans le rétro qu’à regarder devant.

Pourtant, il faut bien reconnaître que TUNGSTEN est à l’image d’un Heavy Power qui se veut moderne. S’agit-il d’un compliment ? C’est à voir, car si les qualités sont nombreuses, le groupe ne parvient pas à éviter certains écueils dommageables. "Lock And Load" qui ouvre l’album donne le ton. Les riffs sont puissants, les velléités belliqueuses, et le chant tour à tour mélodique et agressif. Il y a ici un côté percutant, très répétitif, qui lorsqu’il se voit porté par des sonorités Électro peut évoquer l’univers industriel, dépersonnalisé et déshumanisé de RAMMSTEIN ou KRAFTWERK. On apprécie ainsi cet amalgame réussi entre une froideur quasiment clinique et le chant, particulièrement vivant et habité, du talentueux Mike Andersson. Il y a ici un mélange inédit que l’on ne retrouve que peu dans un Heavy dit "traditionnel". "King Of Shadows", judicieusement choisi comme vitrine de l’album, constitue en ce sens la réussite ultime de la volonté de TUNGSTEN de proposer des mélodies fortes et flamboyantes sur une rythmique très mécanique. La sauce prend, et la quintessence de ce mélange original se retrouve sur "I See Fury", morceau Heavy-Électro-Folk-Death qui surprend par son sens de l’efficacité. Nous ne sommes pas ici très éloignés de l’univers de certains albums d’ELVENKING, quelques potards poussés plus loin néanmoins. Plus audacieux en fin d’album, le groupe déploie son univers sur "Here Comes The Fall" et ses sept minutes qui séduisent grâce à de sympathiques harmonies vocales. Les claviers du frangin Jens, invité sur ce morceau, tombent un peu comme un cheveu sur la soupe, mais on aime le côté énergique et épique de ce titre qui laisse finalement un véritable espace d’expression aux guitares.

Car c’est là un des quelques regrets de cet album. Les guitares sont là, mais pas bégueules, elles laissent un large espace d’expression aux claviers et aux sonorités électro, ne jouant finalement qu’un rôle illustratif sur certains morceaux, participant à construire un mur sonore dont les habillages se révèlent parfois inféconds. On échappe ainsi pas à la mièvrerie de certaines mélodies, à l’image de celles de "Time", qui forcent beaucoup trop sur le côté théâtral de l’album, malgré des couplets intéressants. Certaines bravades modernes tombent également à plat, en témoigne par exemple "Divided Generations" qui masque une absence de puissance vers des "ouh" testostéronés sans grand effet et une déformation outrancière des sons de guitare. Le résultat en est presque gênant. Et puis, si on apprécie le timbre de voix varié et tout simplement beau de Mike Andersson, certains gros sabots se font entendre, notamment à plusieurs reprises un recours trop visible à l’auto-tune. Peut-être est-ce là un parti-pris artistique, pour ajouter aux ambiances digitales de l’ensemble, mais à l’écoute le résultat n’est tout simplement pas agréable.

Ce deuxième album de TUNGSTEN (tout comme le premier), est donc une véritable curiosité, en ce sens qui s’oppose aux vagues "true" successives pour prendre à bras le corps et assumer complètement le fait d’intégrer ses sonorités électro dans un Heavy Metal par ailleurs traditionnel dans la forme et le fond. La recette fonctionne à plein tubes sur quelques fulgurances, et se révèle plus qu’agréable. Le ridicule n’est néanmoins parfois pas très loin, et le groupe est constamment sur le fil du rasoir, dosant ses morceaux au cordeau entre différents éléments (guitares, claviers, influences Électro, Indus et Folk) qui s’imbriquent finalement plutôt bien. Un album audacieux, qui souffle le chaud et le froid en parvenant à éviter la tiédeur. Toujours ça de pris.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


Tobias Sammet's AVANTASIA
Ghostlights (2016)
Tic tac, tic tac, Tobias de nouveau d'attaque




CELTIC LEGACY
The Lie Of The Land (2014)
Résurrection, épisode 4


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Mike Andersson (chant)
- Niklas Johansson (guitare)
- Kalle Johansson (basse, claviers)
- Anders Johansson (batterie)


1. Lock And Load
2. Volfram's Song
3. Time
4. Divided Generations
5. King Of Shadows
6. Tundra
7. Paranormal
8. Life And The Ocean
9. I See Fury
10. This Is War
11. Here Comes The Fall



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod