Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK / PROG METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sunburst, Rough Silk
- Membre : Kamelot, Crest Of Darkness
- Style + Membre : Ark
 

 Facebook (183)
 Chaine Youtube (218)

CONCEPTION - State Of Deception (2020)
Par FREDOUILLE le 14 Novembre 2020          Consultée 1285 fois

Ô joie ! Le voici le voila, enfin ! Le nouvel album de CONCEPTION voit finalement le jour en cette année 2020 et fait suite à un EP de qualité sorti en 2018 : "My Dark Symphony", court témoignage d'un comeback aussi inattendu qu'espéré. Il aura fallu vingt et un an aux Norvégiens (et avec le line-up originel s'il vous plaît) pour proposer une suite à "Flow", leur dernier album en date et sorti en 1997. Les Norvégiens de CONCEPTION qui ont enregistré la rentrée au bercail du talentueux Roy S. Khan (ex-KAMELOT), ont signé un retour d'assez bonne tenue il est vrai, même si je ne peux m'empêcher de dire que CONCEPTION c'était mieux avant. Il faut dire que j'ai toujours adulé les albums que sont "In Your Multitude" (1995) et "Parallel Minds" (1993), assurément deux pépites de Heavy Metal classieux et sophistiqué qui ont d'ailleurs bien souvent illuminé mon quotidien durant les années 90.

Le combo scandinave, à ma grande surprise avait donc amorcé un virage à 90° en 2018 avec une approche nettement plus Dark et plus Prog' délaissant quelque peu le côté Heavy de mes deux albums préférés cités plus haut. Quelques passages rappelaient il est vrai l'ancien matériel et notamment celui de "Flow", le jeu de Tore Østby faisait toujours autant merveille, et c'était un véritable plaisir de retrouver aussi l'ami Roy derrière un micro après quelques années d'abstinence (Roy avait tout de même quitté KAMELOT en 2011 !). Mais l'ensemble restait de mon point de vue un peu insuffisant dans le sens où je m'attendais à quelque chose d'un peu plus Heavy, pêchu pour ainsi dire, dynamique aussi, et au lieu de ça, les Norvégiens se sont orientés vers quelques chose de plus Dark et de plus atmosphérique aussi. Inutile de vous expliquer, que "My Dark Symphony" malgré sa qualité m'avait laissé finalement et un tantinet sur ma faim.

Ce nouveau disque, "State Of Deception", moins introspectif que l'EP "My Dark Symphony", plus tourné vers l'extérieur avec des sujets tels que les tensions politiques ou la montée des extrêmes et des populismes dans le monde avec qui plus est un artwork de belle tenue toujours signé Seth Siro Anton, avec seulement huit nouveaux titres (je le précise parce qu'in fine "State Of Deception" est relativement court au final : moins de quarante minutes !) allait-il changer un peu la donne ? Et bien oui et non.

Oui en effet, parce que CONCEPTION renoue un peu avec son passé et montre davantage les crocs sur ce disque. Entendez par là qu'il y a sur "State Of Deception" des compositions un peu plus musclées et énergiques et c'est tant mieux. Non en effet, parce que l'on se situe ici à quelques encablures près dans la continuité de "My Dark Symphony", dans l'approche et dans le ton, et ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le très bon "Feather Moves" (titre de 2018 qui n'apparaissait pas sur "My Dark Symphony" mais qui figurait sur le package "Re:Conception" avec "Grand Again" d'ailleurs) vient faire son apparition en clôture de l'album.

Du long de ses six minutes, le magnifique et épuré "Feather Moves", titre plutôt atmosphérique et qui aurait très bien pu figurer sur "Flow" montre d'ailleurs à quel point CONCEPTION excelle dans ce travail d'écriture d'une finesse rare. En tous les cas cette composition ne dépareille pas du tout avec le reste je trouve. Si CONCEPTION continue donc sur "State Of Deception" à nous servir quelques compositions un poil calmes et quelques peu atmosphériques, on pensera tout particulièrement à "Anybody Out There" un poil atypique, laquelle ouvre les débats façon un peu comédie musicale, et ses quelques orchestrations, sur lequel Roy S. Khan fait montre de tout son talent, de toute sa justesse dans ses vocalises, ou bien encore à cette très belle ballade (piano à l'appui) que nous proposent les Norvégiens (par le passé ces derniers ont déjà montré qu'ils excellaient dans le domaine, on se rappellera notamment de "Silent Crying" sur "Parallel Minds" ou encore de "Sanctuary" sur "In Your Multitude"), j'ai nommé "The Mansion" sur laquelle la belle Elize Ryd (AMARANTHE) vient pousser la chansonnette et dont les vocalises fluettes amènent du coup un peu de douceur et de variété, CONCEPTION parvient donc et aussi à nous proposer quelques compositions nettement plus énergiques et plus pêchues que celles proposées sur "My Dark Symphony".

Si "Waywardly Broken", composition assez accrocheuse au final, manque quelque peu de rythme (son tempo est quelque peu lent et presque planant), elle séduit en contrepartie avec ses quelques grosses guitares et son refrain relativement catchy transcendé par le chant tout en nuances de Roy S. Khan. Du bel ouvrage même si l'on préfèrera la vivacité d'un "Of Raven And Pigs" qui fait suite à une entrée en matière des plus soignées, j'ai nommé "In:Deception", court et sombre instrumental aux accointances symphoniques. "Of Raven And Pigs" est une composition un peu "particulière" je trouve, sombre et lancinante, assez efficace aussi, et qui, associée au chant parlé de Roy, tel un général de guerre rameutant ses troupes, et aux bruits de foule en fond, dégage une atmosphère qui rappellera un tant soit peu le QUEENSRΫCHE de "Operation Mindcrime" ("Anarchy X"). Le jeu un peu débridé de Tore Østby, son solo un peu frénétique (un peu différent d'ailleurs de ce qu'il nous propose en général) collent en tout cas et parfaitement à l'atmosphère du morceau.

"No Rewind" et ses accointances Prog', probablement le titre le plus puissant et incisif de l'album, avec une assise rythmique des plus solides, par endroits saccadée, et quelques touches bien perceptibles de Tore Østby, qu'on aura déjà entendues chez ARK, montre donc une facette un peu plus musclée de la part de CONCEPTION et franchement que cela fait du bien. Dans un registre plus simple et basique mais toujours énergique, on s'attardera bien volontiers sur le très bon "By The Blues", titre très enlevé, très accrocheur et un peu plus dans une veine Hard Rock. Personnellement, le titre me rappelle un peu, de par certains aspects, dans l'esprit en tout cas, ce que nous proposent les Suédois d'EUROPE depuis leur retour en 2004 ("Start From The Dark"), la touche Bluesy en moins.

Enfin, on retiendra bien évidemment "She Dragoon" en tout point excellente, presque ingénieuse par endroits que ce soit au niveau du chant de Roy ou bien au niveau du jeu exceptionnel et tout en nuances de Tore Østby, presque familier car déjà entendu par le passé chez CONCEPTION ou bien dans ARK (on y perçoit les mêmes gimmicks), mais ô combien distinctif et fascinant et qui nous rappelle à quel point ce type est pétri de talent. On soulignera sur ce morceau l'apport judicieux vocal féminin de Aurora Amalie Heimdal qui vient adoucir un peu le propos.

"State Of Deception" n'est probablement pas un disque parfait, déjà je trouve qu'il est bien trop court (seulement huit nouveaux titres et moins de quarante minutes, les Norvégiens auraient pu nous offrir davantage !), que "Feather Moves" n'est pas tout à fait un nouveau morceau, mais il démontre à quel point CONCEPTION dégage toujours ce petit quelque chose d'unique, cette différence avec d'autres groupes. Doté d'une production très soignée (épurée même !), et agrémenté d'arrangements fins, ce "State Of Deception" sous ses airs presque trop simples se révèle être un disque de premier choix, avec des compositions alambiquées, ingénieuses ("She Dragoon", "Of Raven And Pigs"), créatives aussi ("Anybody Out There"), lesquelles nécessitent cependant un certain temps d'adaptation. Bien évidemment, Roy et Tore s'y expriment avec justesse brio et talent, et fournissent ici un travail magistral. CONCEPTION est bel et bien de retour dans le paysage musical et vu la qualité de cet opus, l'avenir s'annonce plus que prometteur pour les Scandinaves. Attendons la suite avec impatience, car mon petit doigt me dit que les Norvégiens peuvent encore faire mieux.

Note réelle : 3,5/5.

Morceaux préférés : "She Dragoon", "Of Raven And Pigs", No Rewind".

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


ASPERA
Ripples (2010)
Des Norvégiens carrément prometteurs !




SYMPHONY X
Underworld (2015)
Un véritable coup de maître !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Arve Heimdal (batterie)
- Ingar Amlien (basse)
- Roy S. Khan (chant)
- Tore Østby (guitares)
- Lars Kvistum (claviers)
- Elize Ryd (chant / invité)


1. In:deception
2. Of Raven And Pigs
3. Waywardly Broken
4. No Rewind
5. The Mansion (feat. Elize Ryd)
6. By The Blues
7. Anybody Out There
8. She Dragoon
9. Feather Moves (remastered)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod