Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Lacrimosa

SNAKESKIN - Medusa's Spell (2020)
Par DARK BEAGLE le 6 Octobre 2020          Consultée 619 fois

Pour éviter toute ambiguïté, "Medusa’s Spell" n’est pas un album de Metal, c’est même carrément de l’Électro, mais il a été pensé par un artiste s’épanouissant dans les musiques qui nous intéressent plus, Tilo Wolff, leader incontesté de LACRIMOSA. Voilà, sachant cela, vous pouvez stopper votre lecture à ce point précis, personne ne vous en tiendra rigueur. Tout juste si la fierté du chroniqueur en prendra un coup. En revanche, si vous êtes curieux, intéressé ou même peut-être fan (la probabilité reste toutefois très mince), parcourez les lignes qui suivent, peut-être vous donneront-elles l’envie de vous plonger dans cet album.

Wolff fait remonter son projet SNAKESKIN après une olympiade de silence. La formation tourne peu et en plus, elle s’est encore agrandie avec l’arrivée dans les rangs de Thomas Daverio de KARTAGON (cherchez pas, ce n’est pas notre came habituelle) en 2019, où justement le groupe a investi quelques scènes, à Moscou et Mexico notamment (vous serez peut-être stupéfait d’apprendre que Tilo Wolff jouit d’une popularité monstrueuse au pays de Carlos Fuentes). Entouré de la chanteuse d’opéra Kerstin Doelle, de Johannes Barth ainsi que Thomas Daverio, il a arpenté les planches, se mettant volontiers en retrait. Un an plus tard, il publie le quatrième album de SNAKESKIN, histoire de mettre les fans en jambes avant le nouveau LACRIMOSA prévu pour le quatrième trimestre.

Il faut se rendre compte d’une chose : Tilo Wolff ne fait pas de musique pour les masses, sans que cela ne soit aucunement péjoratif pour n’importe lequel des lecteurs de Nightfall : son style n’est pas facile d’accès, quel que soit le projet sur lequel il travaille. Il serait facile de penser que, puisque SNAKESKIN est de l’Électro, qu’il se contente de balancer des samples histoire d’être le plus dansant possible, dopé par des rythmes tous plus synthétiques et épileptiques. Ce serait schématiser grossièrement. La brutalité de certains titres du premier album semble s’être effacée, mais nous retrouvons toujours des mélodies mélancoliques, proches de ce que Wolff propose avec LACRIMOSA ("Once" est un parfait exemple de cet état de fait). Et amenant des passages plus romantiques, il s’autorise des textures baroques au sein d’une musique qui se développe avec beaucoup de malice, sachant se faire frontale quand il le faut.

Ensuite, limiter SNAKESKIN à un LACRIMOSA en mode Électro serait également lui faire un procès d’intention. Les univers ne sont pas identiques, alors que le public cible – et qui se laisse plus volontiers tenter – est souvent le même. Aussi certains moments vont se faire héroïques, plus lourds, virulents, faisant quelque peu songer à un DAS ICH plus terre à terre ("Upon A Time"), avec des morceaux pensés comme des chansons, avec des textes construits, pas simplement des phrases jetées pour donner des points de repère. Le but n’est pas de proposer du single facile, mais bel et bien de construire un univers, chose d’autant plus vraie depuis l’opus précédent qui dégageait une unité que les deux premiers n’avaient pas forcément.

Et nous trouvons toujours des fils conducteurs, qui relient chaque album entre eux : des structures parfois un peu aventureuses, un chant soprano, toujours assuré par Kerstin Doelle (ça ne se fait pas de donner l’âge des dames, mais elle assure parfaitement sur ce style musical assez éloigné de ses terrains de jeu habituels), celui de Tilo Wolff, de moins en moins trafiqué avec le temps, moins ouvertement présent également, ainsi que "Recall", un morceau qui connaît une suite de disque en disque et ce depuis "Music For The Lost". Et cette quatrième partie demeure de loin la plus ambitieuse, avec ses neuf minutes affichées, où les structures semblent continuellement en mouvement. Et dans cette continuité artistique, "Medusa’s Spell" parvient malgré tout à avoir sa propre personnalité.

Bien que dans la continuité de son prédécesseur, ce disque est malgré tout différent. Oh, bien entendu, Tilo Wolff continue à balader les auditeurs, d’un côté, puis de l’autre, jouant avec les nerfs autant qu’il cherche à toucher la corde sensible. Dans ce maelström entre mélodies fines, grosses incursions Électro aux beats affirmés et chant parfois proche de ce que pourrait proposer un groupe de Metal, un équilibre se crée, fragile, un pas de trop et tout peut s’effondrer. Et pourtant, ce n’est pas le cas. L’album est subtil. La retenue affichée sur "Loaded Guns" n’est au final qu’un leurre, la musique n’est pas devenue plus timide, posée ou assagie. Elle prend juste un petit virage, elle contourne un problème pour ne pas sombrer dans la répétition.

Au final, ce disque restera anecdotique pour bon nombre d’entre vous, qui ne seront pas touchés ni par la démarche, ni par le style pratiqué. Pourtant, "Medusa’s Spell" est plutôt réussi, dans la forme comme dans le fond. Tilo Wolff se place en retrait, laissant le devant de la scène à d’autres ; mais il reste dans l’ombre, principal instigateur de ce magma sonore, à veiller à ce que tout soit comme il en a envie. "Medusa’s Spell" s’inscrit donc dans la continuité de "Tunes For My Santiméa", faisait encore évoluer la formule ce qu’il faut pour ne pas stagner et avancer, encore, même si au final il n’y a pas grand-chose à prouver, SNAKESKIN ne touchant en définitive qu’un public limité. En revanche, cela augure souvent un très bon cru de LACRIMOSA en retour…

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en ELECTRO :


DIABLERIE
Seraphyde (2001)
Monstruosité electro/indus




ULVER
Shadows Of The Sun (2007)
Un grand ULVER, calme et apaisant

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Tilo Wolff (programmations, chant)
- Johannes Barth (programmation, chant)
- Thomas Daverio (programmation, chant)
- Kerstin Doelle (chant)


1. Loaded Guns
2. Medusa
3. Once
4. Upon A Time
5. Move On
6. New Skin
7. Don't Give Up
8. Goodbye
9. Fuck U 2
10. Recall Iv
11. Fuck U 2 (remix By Stid)
12. Medusa (remix By Frozen Plasma)
13. Medusa (remix By Snakeskin)
14. Upon A Time (remix By Vasi Vallis)
15. Goodbye (remix By Snakeskin)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod