Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Lacrimosa

SNAKESKIN - Music For The Lost (2004)
Par DARK BEAGLE le 17 Novembre 2016          Consultée 1720 fois

Avant que vous ne sortiez les fourches et que vous me pourchassiez dans le vieux moulin (pour finalement y mettre le feu), effrayé à l’idée que Nightfall In Metal Earth vire définitivement sa cuti et se mette à vous proposer tout et n’importe quoi en chronique : non, nous n’allons pas nous mettre à écrire des bafouilles sur Justin Bieber ou Christophe Mae pour remplir les réserves. Mais ne nous mettez pas au défi. SNAKESKIN trouve sa place sur ce bô site pour une raison simple. C’est Tilo Wolff de LACRIMOSA qui est derrière ce projet Electro. D’autre part, on reconnaît très bien le style du compositeur et il y des possibilités que cela plaise aux amateurs de COMBICHRIST.

Nous sommes en 2004. Tilo Wolff commence à s’épuiser au sein de LACRIMOSA, "Echos" marquait le pas par rapport aux monuments que sont "Elodia" et "Fassade". Surtout, il manquait quelque chose à l’homme, La possibilité de faire de l’Electro, ce qu’il se refusait de faire au sein de LACRIMOSA (bon, plus tard, il changera d’avis et mêlera ses diverses influences au cœur du groupe). Il va donc monter un projet parallèle, où il va tout assurer. L’avantage d’avoir son propre label, cela évite déjà les démarches auprès des maisons de disque pas forcément enclines à signer un tel projet.

Une chose est certaine, on reconnaît la patte de l’artiste. Ceux qui ont déjà écouté du LACRIMOSA ne seront pas vraiment dépaysés. Les mélodies ont de nombreuses similitudes avec l’entité gothique conçue par Wolff. C’est facile, vous virez tout ce qui est instruments acoustiques (et électriques) pour les remplacer par des samples, des beats et de la programmation et vous pouvez avoir une idée de ce à quoi ressemble SNAKESKIN. Quant à la voix, elle est forcément trafiquée et peut provoquer des crises d’urticaire auprès de certains auditeurs non avertis.

"Music For The Lost" est toutefois un album assez intéressant en soi. Pas un chef d’œuvre inoubliable, pas un disque sur lequel on revient forcément instinctivement. Mais il interpelle. Il a une façon de battre le chaud et le froid tout du long qui force l’admiration. Sérieusement. Il y a une alternance entre de très bons morceaux et d’autres qui sont au mieux passables, chiants au pire (à moment donné, il faut appeler un chien un chien, quoi). L’effet n’est certainement pas voulu, mais il ne passe pas inaperçu.

"I Am The Dark" est une très bonne entame. Au début, c’est un peu surprenant, les sons semblent liquides et le tout va s’énerver après le refrain, interprété de façon assez intelligible. Déjà, on reconnaît le style appliqué sur LACRIMOSA, plus rythmique toutefois. Dans le même genre, on citera "Melissa" et "Cinderella", deux autres très bons morceaux qui bénéficient d’un traitement haut de gamme. On a un bon équilibre entre la mélodie et l’artificiel, ces bruitages électroniques qui ne choquent pas ici.

Dans un autre registre, on notera également les qualités de "Furious Stars" et de "Symphony Of Pain". La première marque le retour de Tilo Wolff à des ambiances Dark Wave comme sur les premiers albums de LACRIMOSA. L’ambiance se fait pesante, voire glauque. Cela fonctionne très bien, surtout après un morceau aussi catchy que "I Am The Dark". "Symphony Of Pain", c’est la tuerie de l’album. Une espèce d’Electro Symphonique qui tabasse sévère. Comme du PAIN première époque, avec un côté technoïde assez prononcé et une véritable haine qui suinte de chaque note.

Le reste, c’est par moment plus délicat. Quand Tilo Wolff essaye d’être dans le sentimental, cela ne fonctionne pas franchement, le format de SNAKESKIN n’est pas aussi bien adapté que celui de LACRIMOSA pour ce genre d’exercice. La fin de l’album devient un brin soporifique du coup, alors qu’il y avait possibilité de faire mieux, vu ce qui avait été proposé précédemment (malgré un petit ventre mou, faut pas pousser mémé dans les orties non plus). Battre le chaud et le froid, tout un art, donc.

Oui, la présence de SNAKESKIN est discutable sur Nightfall. Mais les fans de LACRIMOSA peuvent s’y retrouver dans cet album plutôt pas mal, pour peu, au-delà de l’Electro, qu’on apprécie le style de Tilo Wolff qui est clairement imprimé sur chaque composition. "Music For The Lost" n’est pas grand public, bien trop sombre pour cela, trop viscéral par moment même. Il ne plaira certainement pas à tout le monde et c’est aussi bien ainsi. Ceux qui l’apprécieront ne feront pas parti d’une caste, ils ne seront pas supérieurs, ils n’auront pas forcément bon goût. Mais ils auront eu la curiosité de se pencher dessus.

A lire aussi en ELECTRO :


ULVER
Wars Of The Roses (2011)
ULVER et contre tous




ATARI TEENAGE RIOT
60 Seconds Wipeout (1999)
Jeune adepte de violence musicale! Achete!


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Tilo Wolff (tout)


1. I Am The Dark
2. Furious Stars
3. Melissa
4. Waking A Lie
5. Longgonelost
6. Panicky Joy
7. Cinderella
8. Symphony Of Pain
9. Come As You Are
10. Recall



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod