Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  E.P

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Black Sabbath, My Dying Bride, Saint Vitus, Anathema, Mammoth Storm
 

 Site Officiel (247)

KHEMMIS - Doomed Heavy Metal (2020)
Par DARK BEAGLE le 31 Mai 2020          Consultée 468 fois

Les EP sont une manière ludique de faire patienter les fans entre deux albums. Les groupes sortent volontiers des sentiers battus, ils proposent du matériel qu’ils n’avaient pas forcément conservé pour un album, pas forcément parce que c’est mauvais, mais parce que cela ne correspondait pas à l’ambiance du moment, des prises live ainsi que des reprises, histoire de se faire plaisir en dévoilant certaines influences ou amours de jeunesse. Aujourd’hui, c’est devenu un produit courant. Il y en a de plus en plus à sortir et tous ne sont pas de qualité. Entre les paquetages vite fait, balancés à la mords-moi le nœud qui ne raviront que les true fans et des enregistrements indigestes, ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver.

KHEMMIS semblait être le candidat idéal pour offrir un EP de qualité. Déjà, il y a cette pochette, qui change de style graphique par rapport aux véritables albums, mais qui conservent les mêmes personnages, avec un design différent donc et pour le coup, c’est assez réussi. Il reste à voir si c’est pour marquer le coup ou si le groupe suivra cette nouvelle ligne directrice. Ça fait déjà bien envie, mais sans que ce disque ait été bouclé à la va-vite, il lui manque un petit quelque chose pour sortir du lot des sorties du genre, sur ce format.

Nous n’allons pas nous mentir, reprendre du DIO, c’est assez casse-gueule. Les musiciens arrivent cependant à s’approprier en grande partie "Rainbow In The Dark", en la jouant à leur manière, avec ces riffs longs, traînants. Le chant ne part pas dans l’extrême, pour rester dans l’idée d’un respect ouvertement affiché pour le Lutin qui nous a quittés il y a tant d’années déjà… Après, je regrette que la version soit au final assez sage et si courte. Quatre minutes, c’est un format assez réduit pour KHEMMIS et j’aurais personnellement apprécié qu’ils apportent plus de leur personnalité, qu’ils construisent plus, que l’on retrouve ce qui rend la formation irrésistible dans le genre, cette approche très Heavy Metal du Doom, mâtiné à de l’extrême.

Il est vrai aussi que le choix de la chanson manque aussi un peu d’imagination. Si ce n’est pas "Holy Diver" que les groupes reprennent, c’est "Rainbow In The Dark". "Egypt" leur aurait tellement mieux convenu, vu que le nom du groupe fait référence à une ville de ce pays du point de vue des Grecs. En plus, l’aspect très épique de ce titre leur aurait offert plus de perspectives. Autre reprise, "A Conversation With Death" de Lloyd CHANDLER se veut bien plus intéressante au final car ici la relecture est vraiment totale et cela aurait pu être un titre original de KHEMMIS. Il y a un aspect très lugubre qui s’en dégage et qui reste longtemps en tête. S’il fallait retenir un morceau de cet EP, c’est celui-ci.

On va rapidement passer sur "Empty Throne", qui tire doucement vers le Sludge et qui contient quelques moments sympa même si au final la composition s’avère bien monotone pour s’attarder sur les trois pistes live et c’est là que ça fait le plus mal. Pas dans le sens où l’on se fait démonter la tête à coup de pied de biche. Non, dans le sens où cela n’apporte rien. Bon, attardons-nous sur le point positif : ils ont choisi des morceaux tirés de chacun de leurs trois albums. Ça permet de résumer leur carrière. Voilà voilà.

Le problème, c’est qu’au final, les versions studio de ces titres sont plus prenantes. KHEMMIS joue à Denver, donc à domicile, il y a une belle ambiance mais au final, question intensité, ce n’est pas ça. Je ne sais pas si cela vous l’a déjà fait : assister à un concert, avoir l’impression de vivre un moment des plus incroyables et quand vous tombez sur le Live auquel vous avez assisté en produit officiel et que vous l’écoutez, vous dire que vos souvenirs vous trahissent tant l’enregistrement en public vous semble plat, atone et franchement pas séminal ? C’est à peu près ça ici. Vous vous passez les albums, vous écoutez l’EP après, ça ne matche pas vraiment. C’est bien joué, mais les pendants studio sont tellement plus « produites » qu’elles en sont plus intenses.

"Doomed Heavy Metal" n’est pas mauvais en soi, mais il n’apporte franchement pas grand-chose. C’est bien de l’écouter, de s’en faire un avis, de se dire que le Beagle, décidément, sucre des fraises si vous voulez, mais KHEMMIS a clairement les moyens de faire beaucoup mieux. Il y a juste à espérer que c’est l’exercice qui veut ça, que ce format court ne leur convient pas tout à fait et qu’ils s’exprimeront pleinement sur le prochain album.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK BEAGLE :


ORCHID
Capricorn (2011)
Sabbath bloody sabbath !




The ORDER OF ISRAFEL
Wisdom (2014)
Le premier coup de trompe.


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Phil Pendergast (guitare, chant)
- Ben Hutcherson (guitare, chant)
- Dan Beiers (basse)
- Zach Coleman (batterie)


1. Rainbow In The Dark
2. Empty Throne
3. A Conversation With Death
4. Bloodletting
5. Three Gates
6. The Bereaved



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod