Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Black Sabbath, Blues Pills, Electric Wizard, Psychedelic Witchcraft, Saint Vitus, The Vintage Caravan, Wolvespirit

KADAVAR - For The Dead Travel Fast (2019)
Par DARK BEAGLE le 10 Novembre 2019          Consultée 1506 fois

Y a pas à dire, le Metal, enfin le Hard Rock, voire le Rock tout court, c’est quand même vachement bien quand ça sent la naphtaline. Ce bon vieux son, un peu gras, lourd, volontiers occulte, reste incomparable et semble même se bonifier avec le temps, ce qui rend les premiers albums de BLACK SABBATH toujours aussi délicieux, encore maintenant, où l’écoute des riffs terriblement telluriques de Tony Iommi procure toujours un plaisir intact, cinquante ans plus tard. Il convient de reconnaître qu’ils sont familiers car ils ont été fédérateurs pour toute une scène qui a puisé dans ce vivier d’orgasmes sonores sans sourciller. Et à ce petit jeu, les Berlinois de KADAVAR vont se présenter comme un élève particulièrement doué.

Chez eux, tout sonne vintage, jusqu’à cette pochette au grain particulier, presque surréaliste, qui ferait fuir une mite très loin. Le château en arrière-plan est celui de Bran, en Transylvanie, souvent considéré comme étant celui de ce brave Vlad Tepes, que l’on connaît mieux sous le sobriquet de Dracula. Nos Allemands y sont allés pour trouver l’inspiration de ce "For The Dead Travel Fast" et l’expérience fut, semble-t-il, concluante vu que cet album mérite largement que l’on se penche dessus. Depuis le début de sa carrière, KADAVAR a toujours fait en sorte qu’aucun album ne ressemble à son prédécesseur et c’est encore le cas ici. "Rough Times" se voulait direct, frontal, "For The Dead Travel Fast" va se montrer plus complexe et plus aventureux. Tout un programme.

Ce qui ne va pas changer, en revanche, c’est l’amour que les musiciens portent au son. Ici, il va se montrer épais, un peu granuleux, lancinant également. Le batteur Tiger Bartelt, ingénieur du son de formation, a réalisé un bien beau travail et c’est à un véritable voyage dans le temps que nous convient les membres de KADAVAR, en nous prenant doucement par la main le long de "The End", une intro planante et étrangement mélancolique qui va nous conduire sur le riff lourd, SABBATHien comme de bien entendu, de "The Devil Master". L’occulte était évoqué, nous sommes en plein dedans. Il y a quelque chose de cinématographique dans cette musique, qui tire vers l’univers fantastique italien et espagnol des années 60/70 plus que vers la Hammer.

Et c’est dans cette ambiance qu’évolue ce disque, tout en nuances et diverses subtilités. Mais KADAVAR n’oublie pas de faire parler la poudre, au travers de riffs puissants ("Poison"), ou via des soli qui ne laisseraient pas Tony Iommi indifférent ("Evil Forces", "Poison" encore, décidément l’un des titres-phare de l’album), avec un Lupus qui varie son chant de façon intéressante. Il se dégage de l’ensemble un psychédélisme obsédant, hypnotique, qui fonctionne à merveille et pour peu que l’on soit sensible à ce genre de Heavy, difficile de ne pas succomber. Les Allemands prouvent encore une fois qu’en termes de Revival, ils sont l’un des leaders naturels de cette scène, en s’appropriant les codes du genre tout en continuant à réciter son Petit BLACK SABBATH Illustré.

Cependant, il ne faut pas voir KADAVAR comme un ersatz de plus du combo de Birmingham. Nos Allemands développent une certaine théâtralité qui se ressent aussi bien dans la musique que dans la façon de chanter de Lupus, qui semble littéralement habité et qui nous charme constamment, que ce soit sur "Children Of The Night" ou sur "Dancing With The Dead" par exemple. Et le tout s’enchaîne parfaitement, même si chaque titre possède sa particularité, une sonorité qui lui est propre. Aussi, difficile de s’ennuyer, vu que l’on nous tire de plus en plus loin dans cette danse macabre, cette farandole où l’on pourrait facilement y laisser la raison si on s’écoutait et qu’on se laissait totalement submerger.

En revanche, bien que pétri de nombreuses qualités et de cette volonté de ne pas proposer la même recette que celle de "Rough Times", il reste difficile de parler d’évolution au sein de KADAVAR alors même que For "The Dead Travel Fast" pourrait prétendre au rang d’album le plus abouti pour la formation berlinoise. Un constat un brin paradoxal, certes, mais qui peut s’expliquer par son ensemble de qualités qui deviennent des défauts selon le point de vue, cette vision étriquée des musiciens qui ne vivent que pour la fin des années 60 et le début des 70, se nimbant d’un psychédélisme aujourd’hui galvaudé mais pourtant parfaitement pensé ici. Et, autre paradoxe, cet immobilisme musical fait également le charme du groupe. Pour peu que BLACK SABBATH n’ait jamais été votre tasse de gnôle, passez votre chemin, KADAVAR n’est absolument pas fait pour vous.

"For The Dead Travel Fast" est un bien bel album, qui sonne résolument vintage et qui plaira très certainement aux amateurs du genre. C’est riche, varié, bien conçu et encore mieux enregistré, KADAVAR ne se moque vraiment pas du monde. Le groupe, d’ailleurs, a toujours fait en sorte d’être totalement raccord avec son discours et encore une fois, il tient toutes ses promesses. "For The Dead Travel Fast" est une invitation merveilleuse pour un voyage dans le temps, qui va nous conduire au tout début des années 70, là où beaucoup de choses ont vraiment commencé pour la musique que nous chérissons tous. Alors chiche, embarquez dans la DeLorean, vous ne le regretterez pas.

A lire aussi en DOOM METAL par DARK BEAGLE :


SPIRAL SKIES
Blues For A Dying Planet (2018)
Petit théâtre de l'étrange

(+ 2 kros-express)



PARADISE LOST
Medusa (2017)
A la fin, un éternel recommencement

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Lupus Lindemann (chant, guitare)
- Simon Bouteloup (basse)
- Tiger Bartelt (batterie)


1. The End
2. The Devil Master
3. Evil Forces
4. Children Of The Night
5. Dancing With The Dead
6. Poison
7. Demons In My Mind
8. Saturnales
9. Long Forgotten Song



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod