Recherche avancée       Liste groupes



      
LIVE  |  DVD

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Redlights
- Membre : Dominus, Anthrax
 

 Site Officiel (986)
 Myspace (482)
 Chaîne Youtube (330)

VOLBEAT - Let's Boogie! - Live From Telia Parken (2018)
Par JEFF KANJI le 1er Juin 2020          Consultée 302 fois

La version vidéo ! Celle que vous devez absolument posséder pour profiter au mieux du show monumental donné par VOLBEAT le 26 août 2017, devenant le premier artiste danois à livrer un spectacle d'une telle ampleur et à remplir le Telia Parken (48250 spectateurs excusez du peu). VOLBEAT est un poids lourd dont la longue montée en puissance aura eu raison de l'équilibre originel. Seuls Jon Larsen et Michael Poulsen sont encore là, même si Rob Caggiano, bien que discret (y compris sur scène, même s'il abat un gros boulot) commence à faire son trou depuis 2013 !

Comme je le disais sur le CD, VOLBEAT a mis les petits plats dans les grands. La mise en scène est digne d'un show de METALLICA, avec vidéo (la prise d'image est d'ailleurs de très belle qualité même sur DVD), jets de flamme, et ce ring qui au départ peut surprendre et qui n'a véritablement de sens que pour le passage de Mikkel Kessler sur scène pendant "A Warrior's Call". D'ailleurs parlons-en des invités. Tous les noms ne sont pas connus comme celui de Lars Ulrich bien sûr, dont la performance est impeccable sur "Guitar Gangsters & Cadillac Blood". Le retour du véritable prince du Danemark (qui marque son territoire en déroulant un petit bout de "One" en préambule), comme le dit Michael Poulsen, qui après quelques mots dans sa langue natale (le gros point fort de la version vidéo est que toutes les (nombreuses) interventions en danois sont sous-titrées et cela apporte un vrai plus à l'appréciation du concert, Poulsen gérant son rôle de frontman avec aplomb). Mais entre Mille Petrozza (surprenant de le voir sans sa guitare), Danko Jones, Barney Greenway (à la présence scénique incroyable, largement saluée par Poulsen), qui viennent réitérer leurs interventions sur album, mais aussi le surprenant Johan Olsen, que je ne connaissais pas, et que j'avais presque pris pour Howard Jones (LIGHT THE TORCH ex-DEVIL YOU KNOW) et qui fait un duo bien complémentaire sur "For Evigt" qui prend je trouve toute sa dimension dans cette version live, sur laquelle Mia Maja vient irradier de son air angélique. Seule nous manque peut-être Sarah Blackwood pour rendre ce côté déjanté irrésistible sur le Rockalbillysant "The Lonesome Rider".

Fait assez amusant et qui me donne en partie raison ; VOLBEAT n'avait pas suffisamment fait le tri sur "Seal The Deal…" et sur un disque bonus avait regroupé trois titres qui rehaussaient sérieusement le niveau d'un album trop rempli de vide. C'est simple, ils y sont tous ! Et pour ajouter à la fête totale, VOLBEAT délivre même un nouveau titre, qui devait se retrouver sur l'excellent "Rewind, Replay, Rebound" avec "The Everlasting". Invitant tous les enfants du public sur scène pour terminer le concert en beauté, signant des autographes, lançant un concours de crowdsurfing pour faire gagner une Gibson SG du groupe, VOLBEAT a vraiment pensé ce "Live From Telia Parken" comme une fête et un jalon de sa carrière.

Et comment l'en blâmer, ce témoignage permet d'apprécier une formation arrivée à son sommet, qui joue au mieux avec les délices de contraste dont son répertoire dispose ; entre titres feelgood Rock And Roll old school, petites échappées Punk à roulettes, gros Heavy qui tâche à la METALLICA, influences Country avec plusieurs passages par la case guitare acoustique, VOLBEAT est une formation profondément enracinée dans la musique américaine, et cela marche à mort sur scène, avec le sens du spectacle qui caractérise les formations US. Il était risqué sur le papier de se payer un concert en stade, mais "Let's Boogie! - Live From Telia Parken" vient affirmer tout le contraire. Pour vous immerger dans l'univers de VOLBEAT, franchement je ne saurais vous conseiller mieux, la setlist est un parfait best-of des quatre derniers albums du groupe, tout en n'oubliant pas l'éternel "Sad Man's Tongue". Un groupe tel qu'il est devenu, arrivé à maturité, même si celui des clubs de "Live: Sold Out!" pourra manquer à certains. Pour le coup les deux DVD sont tout à fait complémentaires.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


Nozomu Wakai's DESTINIA
Metal Souls (2018)
Percée japonaise en occident




DOKKEN
Dream Warriors (1987)
Les griffes du cauchemar


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Michael Poulsen (chant, guitare)
- Jon Larsen (batterie)
- Rob Caggiano (guitare, chant)
- Kaspar Boye Larsen (basse, chant)
- -
- Mia Maja (chant sur 4,16)
- Rod Sinclair (banjo sur 9,16)
- Mille Petrozza (chant sur 9)
- Johan Olsen (chant sur 16,20)
- Mark 'barney' Greenway (chant sur 17)
- Lars Ulrich (batterie sur 21-22)
- Mikkel Kessler (guest sur 23)
- Danko Jones (chant sur 24)


1. The Devil's Bleeding Crown
2. Heaven Nor Hell
3. Radio Girl
4. Lola Montez
5. Let It Burn
6. Doc Holliday
7. Sad Man's Tongue
8. 16 Dollars
9. 7 Shots
10. Fallen
11. Slaytan
12. Dead But Rising
13. Goodbye Forever
14. Maybellene I Hofteholder
15. The Everlasting
16. For Evigt
17. Evelyn
18. Lonesome Rider
19. Seal The Deal
20. The Garden's Tale
21. Guitar Gangsters & Cadillac Blood
22. Enter Sandman
23. A Warrior's Call
24. Black Rose
25. Pool Of Booze, Booze, Booza
26. Still Counting



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod