Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES (UN PEU) ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1969 Tons Of Sobs
  Free
1970 Fire And Water
  Highway
1971 Free Live
1972 Free At Last
1973 Heartbreaker
 

- Style : Cream, Cactus, Dewolff, Bbm
- Membre : Rock Aid Armenia
- Style + Membre : Bad Company, Queen + Paul Rodgers, The Firm
 

 Site Officiel De Paul Rodgers (718)
 Infos Groupe (947)

FREE - Free (1969)
Par JEFF KANJI le 10 Juin 2020          Consultée 641 fois

Tourner sans relâche est ce qui permet à un jeune groupe comme FREE de survivre. "Tons Of Sobs" était plutôt intéressant et haut en couleurs ; une belle carte de visite pour les quatre teenagers qui n'auront pas poussé le public chez les disquaires. Du moins pas dans l'immédiat. Car en live, "I'm A Mover" ou "The Hunter" sont déjà des succès et les gens se déplacent pour voir les jeunes Anglais. Ils commencent à mieux se connaître, particulièrement Andy Fraser (le dernier arrivé) et Paul Rodgers, ce qui va former un tandem d'écriture qui va dominer artistiquement FREE pendant un petit moment.

Proposant une écriture beaucoup plus fouillée et détaillée, la musique composée pour cet album éponyme, qui sort sept mois après "Tons Of Sobs", est assez différente de ce qu'on pouvait attendre de ce rejeton de CREAM et du Jimi HENDRIX EXPERIENCE. Plus raffinée, et articulée autour d'une section rythmique pensée dans le moindre détail, la musique écrite par Andy Fraser le voit utiliser sa basse quasi comme une guitare rythmique, ce qui change radicalement la donne. L'équilibre des forces est chamboulé, et cela va contribuer à créer les premières tensions avec Paul Kossoff, contraint de ranger son attirail de rockeur tonitruant et spontané pour un jeu plus subtil et imbriqué dans le canevas rythmique de la paire Kirke/Fraser.

Et on le comprend. "Free" est un disque beaucoup plus produit que son prédécesseur, mais surtout très propret, presque sophistiqué. Et clairement ce n'est pas sur ce terrain que le public attend les Anglais, qui vont une nouvelle fois échouer à décrocher le hit qui leur permettrait de se faire connaître du plus grand nombre. Celui qui s'en sort le mieux est bien entendu Paul Rodgers. Comme "Tons Of Sobs" avait permis de l'observer, que ce soit sur un tempo retenu, de l'acoustique, ou du Blues débridé, le jeune vocaliste semble planer au-dessus de la musique, alternant avec égal bonheur plaintes, déchirures, déclamations et mélodies Soul. Il est le grand gagnant d'un disque qui peut sacrément déstabiliser.

Paul Kossoff, hormis de rares exceptions, se retrouve dans un rôle d'accompagnateur pour lequel il a certains talents ("Trouble On Double Time") mais qui ne lui permet pas de s'exprimer convenablement. Et puis qu'est-ce que c'est que ces morceaux mous du genou sans déconner ? FREE ne semble pas savoir à quel saint se vouer, sa précocité apparaissant clairement comme une contrainte, qui fait qu'en très peu de temps, l'univers des quatre protagonistes et du groupe change. Et je dois dire que de se voir sonner l'heure de la sieste avec "Lying On The Sunshine" et "Free Me" c'est pas tout à fait ce que j'aurais attendu à l'époque après avoir pris goût au British Blues ardent de "Tons Of Sobs". Je ne compte pas "Mourning Sad Morning" volontairement, car sa flûte contribue à lui donner une atmosphère rêveuse.

Il reste heureusement quelques moments agréables, comme ce travail vocal planant, quasi FLOYDien ("Mouthful Of Grass"), ce "Broad Daylight" au refrain entêtant, rehaussé d'un des rares moments de bravoure de Paul Kossoff, et ce "Woman" que Paul Rodgers porte à bout de cordes vocales et qui deviendra un des titres attendus en live. Il n'empêche que je ne suis qu'à moitié surpris que ce deuxième album ne marche pas davantage que le premier. De jeune révélation prodige, FREE risque fort de se faire oublier, nonobstant une réputation live qui finira par lui porter chance. Mais comme souvent, c'est acculé que l'artiste se dépasse, et même si à cette époque les maisons de disque laissaient aux artistes le temps de mûrir, ils sont nombreux à être passés tout prêt de la reddition faute de succès dans les bacs. Heureusement pour la postérité, le quartette anglais allait magistralement redresser la barre avec "Fire And Water".

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


Gary MOORE
After The War (1989)
La rançon du succès




MONSTER TRUCK
True Rockers (2018)
Soleil canadien


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Paul Rodgers (chant)
- Paul Kossoff (guitare)
- Andy Fraser (basse, guitare rythmique, piano)
- Simon Kirke (batterie, percussions)
- -
- Chris Wood (flûte sur 9)


1. I'll Be Creepin'
2. Songs Of Yesterday
3. Lying In The Sunshine
4. Trouble On Double Time
5. Mouthful Of Grass
6. Woman
7. Free Me
8. Broad Daylight
9. Mourning Sad Morning



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod