Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : NaÐra [nadra], Sinmara, Carpe Noctem, Uada
- Style + Membre : Kriegsmaschine
 

 Site Officiel (651)
 Myspace (410)
 Facebook (282)

MGŁA [MGLA] - Age Of Excuse (2019)
Par VOLTHORD le 30 Octobre 2019          Consultée 1234 fois

"Désolé".

À défaut d’un "conseil pour les jeunes générations" (question qui lui a été posée), c’est la manière dont le collapsologue Pablo Servigne décide de conclure une longue interview fleuve (*). L’heure de l’action est passée, l’heure de l’excuse a sonné. Nous essayons de retarder la chute avec déférence, pendant que d’autres, immobiles, sur un cheval d’apocalypse, la contemplent et la dépeignent. Il y a ceux qui n’y pensent pas, ceux qui croient encore à la rédemption, et ceux qui n’ont jamais cru. Ces croque-morts qui ont déjà préparé, et même plusieurs fois répété, les funérailles de nos civilisations. L’auditeur de Black Metal n’est certes pas des plus illuminés, mais quelque part, son expérience esthétique le rend prêt au grand plongeon qu’aucun discours devant les Nations désunies ne viendra réellement annuler.

Empires get wrecked
Principles get crushed
Saviors get crucified
History gets what?
History FUCKING gets over it all


Dans un break assez formidable de "Age Of Excuse VI", juste avant de se prendre la dernière bourrasque d’un titre familier mais écrasant de puissance, MGŁA prononce le "F word" avec une conviction sans appel. Une "question/réponse" en dehors de l’habituelle sophistication de sa prose, un effet coup de poing aussi appréciable que sidérant. Et même si, par la suite, quelques lieux communs semblent davantage tirés d’une conversion de bar PMU plutôt que d’un philosophe nihiliste et d’un poète syphilitique ("What has to be done, has to be done / The human nature is what it is"... On en est là les gars ?), la bourrasque est toujours là, accompagnée de cette batterie possédée. Quand vient brusquement s’arrêter la caisse claire et la double-pédale, deux guitares entrelacées, sur un riff sauvage mais à mi-voix, viendront écoper des dernières notes en bons frères d’armes.

"Age Of Excuse VI", déchaînement de riffs et de variations rythmiques subtiles et savantes, ne conclut certes pas aussi bien que cette brusque interruption mettant à mort les dernières notes de "Exercises In Futility VI" (le meilleur titre d’un des albums Black Metal-clés des années 2010), et d’ailleurs "Age Of Excuse" ne fait rien aussi bien que son aîné. Il ne fait rien aussi bien que "Hearts Towards None" non plus. Mais "Age Of Excuse" en impose encore. Les ghoules en perfecto ont aujourd’hui la carrure pour balancer un album sur le net sans en avertir personne, et ont aussi la carrure pour garder leur imposante aura même lorsqu'il baisse sa garde.

Ce qu’il y a de grand dans "Age Of Excuse" semble être une annexe (certes riche) à "Exercices In Futility" : "Age Of Excuse VI" et son mur de riffs est le miroir de "Exercices In Futility VI", "Age Of Excuse I" et ses tempos plus retenus et en même temps ultra percutants semble poursuivre la voie tracée par "Exercices In Futility II" (on s’entendrait hurler "Nether, Again !"). Deux titres qui oscillent entre le dissonant et le mélodique, qui savent ponctuer chaque variation de nouveaux riffs, et se gardent les meilleurs et les plus impactants pour la fin, avec un jeu rythmique complexe, nous faisant vivre chaque instant de désespoir comme un instant de grâce : c’est cette simplicité dans les riffs (et cette parcimonie dans le riff) autant que cette subtilité de rythmes qui faisait toute la gloire des deux précédents opus. Orthodoxie oblige, il est impossible de reprocher la parenté quasi consanguine ici à l’oeuvre. On ferme sa gueule et on applaudit.
Dans une moindre mesure, il y a "Age Of Excuse III", strident, où le sentiment progressif d’urgence sonne comme un raz de marée impudent où les Polonais auraient voulu ne nous laisser aucune porte de sortie (on imagine facilement le mouvement de foule de la pochette survenir sur ce titre). Sans doute un tiers final plus travaillé aurait propulsé le titre au même niveau que "Exercices In Futility V" (dont il se rapproche en terme d’ambiance) se finissait par une simple et dramatique nappe de clavier.

En revanche, lorsque s’estompent les fulgurances, "Age Of Excuse" n’est qu’une note de bas de page à un glorieux chapitre : l’accessible "II" répète sa mélodie jusqu’à plus soif (bonne, mais surutilisée), "IV" se veut sans doute hypnotique mais tourne en rond avec des riffs sans saveurs, et "V" ne penche ni vers la mélodie, ni vers la brutalité, nous laissant avec un tapement banal et un dénouement sans effet.

Désolé.
Je finis aussi comme ça, car MGŁA passe des montagnes russes nihilistes de "Exercices In Futility" à une courageuse marche funèbre qui manque souvent d'exigence mais agit comme un "fix" malgré tout bienvenu en ces temps qui s’assombrissent.


____

(*) Bien sûr, ça n’a rien à voir avec la chronique, mais on étale la science qu’on a, j’imagine : https://youtu.be/5xziAeW7l6w

A lire aussi en BLACK METAL par VOLTHORD :


ABORYM
Generator (2006)
Black martial haineux, et qui dépote :)

(+ 1 kro-express)



SEAR BLISS
Grand Destiny (2001)
Black épique et froid...et cuivres majestueux

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   PERE FRANSOUA

 
   (2 chroniques)



- M. (chant, guitare, basse)
- Darkside (batterie)


1. Age Of Excuse I
2. Age Of Excuse Ii
3. Age Of Excuse Iii
4. Age Of Excuse Iv
5. Age Of Excuse V
6. Age Of Excuse Vi



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod