Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE MÉLO/HEAVY  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



The RAVEN AGE - Conspiracy (2019)
Par T-RAY le 9 Septembre 2019          Consultée 840 fois

Vous vous souvenez des jaquettes des premiers jeux vidéo PlayStation ? Bien souvent illustrées d'un extrait de scène cinématique du jeu, en images de synthèse de piètre qualité mais capables aujourd'hui de faire dresser le zguègue de bon nombre de retro gamers...

Eh bien même ceux qui avaient tout juste l'âge d'y jouer à l'époque semblent en être nostalgiques ! Il suffit de jeter un œil à l'artwork de ce "Conspiracy" pour le constater : on est en plein dans l'esthétique évoquée ci-dessus. Les membres de The RAVEN AGE, George Harris en tête, rejeton de qui-vous-savez (comment ça, vous savez pas ?), étaient très jeunes lorsque l'âge d'or du 32 bits était d'actualité, mais peut-être que celui-ci touche une corde sensible chez les cinq garçons pour qu'ils aient décidé d'illustrer leur deuxième album studio avec cette espèce de mix entre le style "Castlevania" et le style "Medievil".

Voici donc Monsieur du Corbeau sortant de son domaine pour annoncer enfin l'Ère du Corbaque ouverte. Monsieur du Corbeau, que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau ! Si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois ! Trêve de flatteries : puisque je n'ai rien à obtenir de The RAVEN AGE, pas même un bout de fromage, nul besoin de jouer la dithyrambe pour un groupe qui ne révolutionne rien mais montre tout de même qu'il a sérieusement progressé et appris de ses erreurs passées. À la bonne heure. Le plumage et le ramage de l'oiseau ont pris un peu plus d'éclat et cela s'avérait plus que nécessaire compte tenu de la médiocrité du premier album.

Question plumage, ou plutôt production, la musique du groupe est enfin correctement mixée ! Une bonne nouvelle puisque l'on entend enfin les instruments comme ils méritent de l'être, à part la basse, peut-être. Ils ne sont plus relégués au second plan par rapport à la voix du chanteur, qui n'est plus Michael Burrough mais Matt James. Question ramage, à présent, la nouvelle recrue, arrivée dans le groupe juste après la sortie de "Darkness Will Rise", a manifestement fait du bien à The RAVEN AGE. L'homme dispose d'une tessiture plus étendue que celle de son prédécesseur. Il est également capable de chanter avec davantage d'intensité et sa voix dispose d'un petit grain de rocaille bienvenu. Et peut distiller de l'émotion aisément, comme le prouve un morceau comme "Surrogate", finement interprété.

L'équilibre amélioré de la production et la seule présence de Matt James au micro permettent surtout de se rendre enfin compte de l'aspect authentiquement mélodique du style de The RAVEN AGE. Un Metalcore qui tend désormais davantage vers le Heavy que vers le Groove, en termes de composition comme en termes d'agressivité. Certes, la musique du combo britannique n'est sans doute pas encore assez mélodique pour être mémorable, contrairement à ce que peut penser Steve Harris… Cet été encore, en marge de la tournée commune entre IRON MAIDEN et la formation de son gratteux de fils, le papa bassiste estimait que “le groupe de George est tellement bon [et leur] nouvel album vraiment fantastique. Ils ont tellement de mélodies dans leur musique”.

Mais la musique de The RAVEN AGE est désormais mémorisable et l'on sous-estime certainement le nombre de morceaux que l'on est capable de fredonner une fois l'écoute de ce deuxième opus studio achevée. Du presque tubesque "Fleur de Lis", catchy à souhait, à l'orientalisant "Scimitar", qui prouve qu'un riff suffisamment fin et pas trop évident suffisent à mieux évoquer le Moyen-Orient que des nappes de cordes lourdingues, même si quelques nappes de synthé violonesques se font quand même entendre, le combo londonien déploie sur ce L.P. une variété musicale surprenante pour qui avait fait l'effort d'écouter en entier – ou de subir, c'est selon – le premier album du groupe.

Cette variété marque l'auditeur, d'autant que le combo n'est plus tant bloqué en mode mid-tempo que par le passé. Désormais, The RAVEN AGE sait accélérer fort, si nécessaire… Et ne pas trop s'étendre en longueur, puisque la plupart des morceaux sont expédiés en moins de cinq minutes, un véritable soulagement par rapport aux insupportables longueurs de ceux du premier opus. Allant plus droit au but, avec des structures plus simples mais surtout limpides, la formation permet à des titres pêchus comme "Betrayal Of The Mind", le très catchy "Stigmata", presque Melodeath, et "Tomb Of The Unknown Soldier" de capter immédiatement l'attention de l'auditeur, ce qui apparaît comme un exploit compte tenu de l'incapacité quasi totale de The RAVEN AGE à le faire sur son précédent disque.

Et lorsque, effectivement, le combo anglais ressort un mid-tempo de sa manche, il en fait enfin quelque chose de correct. "The Day The World Stood Still", bien calé dans son époque, question style, est réussi et Matt James parvient avec sa voix à en faire l'un des moments forts de l'album. Légèrement moins prenants, "Seventh Heaven" et "Forgotten World" se laissent chantonner, eux aussi, The RAVEN AGE montrant au fil des morceaux son inclination poppy, dans le sens où sa musique est capable de parler aussi bien aux Metalleux qu'aux amateurs de Rock et de Pop/Rock un peu couillu. En cela, le groupe est effectivement à l'aise avec son temps, qui apprécie le muscle à condition qu'il soit bien propre, bien rasé, bien huilé.

The RAVEN AGE, sur "Conspiracy", c'est tout ça. Mais ça fonctionne. Preuve ultime du penchant de la formation pour des sonorités plus Rock ? La power-ballade un brin mielleuse "The Face That Launched A Thousand Ships" (allez comprendre cet intitulé, moi je passe la main), qui permet encore une fois à Matt James de s'illustrer. Voilà un morceau dans les veines duquel coule de l'AEROSMITH, par exemple, et sur lequel George Harris s'illustre par un solo bien senti. Sans grande originalité, comme toute la musique de The RAVEN AGE, quoi que puisse vous faire penser cette chronique, ce morceau témoigne toutefois de la capacité du groupe – insoupçonnée jusqu'ici – à jouer avec pertinence sur plusieurs tableaux et à la frontière de plusieurs genres au sein de la grande maison Rock et Metal.

Toujours trop long pour être honnête, cependant, du haut de ses quasi 58 minutes, "Conspiracy" aurait pu aisément être amputé de son instrumental d'ouverture, "Bloom Of The Poison Seed", intro sans intérêt particulier mais dépassant tout de même les deux minutes, et de sa pièce finale, "Grave Of The Fireflies", excédant les huit minutes, elle. Avec douze minutes et trente secondes de moins au compteur, le deuxième album studio de The RAVEN AGE aurait pu être beaucoup plus digeste. D'autant que l'hommage du groupe au chef d'œuvre animé d'Isao Takahata, "Le Tombeau Des Lucioles", sur cet ultime morceau, n'est pas du tout à la hauteur de la légende du film. Trop étiré, sans relief particulier, sans intensité non plus, ce dernier titre aurait pu être relégué au rang de piste bonus qu'on n'y aurait rien trouvé à redire.

Heureusement pour The RAVEN AGE, pris en sandwich entre un morceau initial quelconque et un titre terminal sans punch se trouvent une quarantaine de minutes de Metalcore Mélodique et de Heavy Metal de solide facture, souvent accrocheuses et autrement plus satisfaisantes que la longue heure et quart qui plombait "Darkness Will Rise". De là à dire que l'Ère du Corbeau a enfin bel et bien commencé, il y a un grand pas que je ne franchirai certainement pas pour l'instant car la formation britannique a encore tant de choses à prouver. Mais pas mal d'autres petits pas ont été effectués sur "Conspiracy" et le groupe du fils de Steve Harris est définitivement mieux engagé sur la route de la reconnaissance critique que les projets de sa fille, Lauren. Fiston : 1. Fifille : 0.

A lire aussi en HEAVY METAL par T-RAY :


GHOST
Ceremony And Devotion (2017)
Cérémonie œcuménique pour fans anciens et nouveaux




GATEKEEPER
Prophecy And Judgement (2013)
On est dans la Fantasy à l'ancienne, là !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- George Harris (guitares)
- Tony Maue (guitares)
- Matt Cox (basse)
- Jai Patel (batterie)
- Matt James (chant)


1. Bloom Of The Poison Seed (instrumental)
2. Betrayal Of The Mind
3. Fleur De Lis
4. The Day The World Stood Still
5. Stigmata
6. Surrogate
7. Seventh Heaven
8. Forgotten World
9. The Face That Launched A Thousand Ships
10. Tomb Of The Unknown Soldier
11. Scimitar
12. Grave Of The Fireflies



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod