Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER DOOMY/THRASHY  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Sleep
 

 Site Officiel (287)
 Myspace (249)

HIGH ON FIRE - Electric Messiah (2018)
Par T-RAY le 6 Mai 2019          Consultée 938 fois

Mais qui donc peut-il bien être, ce “Messie Électrique” que révère HIGH ON FIRE, au sens propre dans la vraie vie comme au sens figuré sur la splendide pochette de son huitième album studio ? Réfléchissez, si vous connaissez l’œuvre du trio d'Oakland, Californie, et si vous êtes familiers du timbre de voix de Matt Pike, leader de la bande… Il s'agit d'un artiste entré au panthéon du Metal de son vivant, qui aurait pu mourir dix fois avant de finalement passer l'arme à gauche, contre toute attente, un soir de décembre 2015… Un homme qui, s'il était encore parmi nous, serait certainement à l'affiche de plusieurs festivals estivaux et continuerait de tourner sans cesse pour prêcher la bonne parole du dieu Rock'N'Roll, le seul qu'il ait jamais vénéré… Ce “messie”, c’est Lemmy, bien entendu !

Parce que s'il est un artiste auquel Matt Pike a souvent été comparé, en particulier pour ses vocaux et surtout depuis sa deuxième partie de carrière, c’est bien Lemmy Kilmister. Et "Electric Messiah", l'album comme le morceau, seraient tous deux censés célébrer le défunt frontman de MOTÖRHEAD ? À lire les paroles du titre éponyme, tout doute est définitivement levé. Jugez plutôt :

“All give praise as the ace hits the stage
All are amazed at the cards that he played
My homage paid to the king in his grave
He's playing bass & he's melting your face”


Mais musicalement, retrouve-t-on réellement l'esprit du groupe britannique sur ce morceau ? Eh bien… En partie. Avec son riff très Rock’N'Roll, quoique interprété avec une rudesse supérieure à celle qu'aurait employée MOTÖRHEAD, le morceau-titre est effectivement digne des brûlots de Heavy Metal qu’étaient capables d'envoyer Lemmy et sa bande. Rapide, riche en basse galopante, avec un côté Speed/Thrash plus prononcé - style HIGH ON FIRE oblige - "Electric Messiah" rend un hommage sincère et rageur à l'homme à la Rickenbacker… Mais le morceau ne casse pas trois pattes à un canard pour autant.

S'il est vrai que l'approche musicale de HIGH ON FIRE n'a jamais été bien loin de celle de MOTÖRHEAD, avec ce degré de violence supplémentaire tiré du Thrash, dont les influences se sont presque toujours fait sentir dans le Metal de Matt Pike, ce n'est pourtant pas cet "Electric Messiah" sympathique mais sans plus qui rappelle le plus franchement le combo britannique. On en est certainement plus proche sur des titres comme "Spewn From The Earth", ou Pike nous gratifie d'intonations orales très Lemmyiennes, comme "Freebooter", également très Rock'N'Roll et sur lequel les soli de guitare fusent de partout, et peut-être aussi comme "Drowning Dog", certainement le morceau le plus accrocheur de cette tracklist, malgré quasiment sept minutes au compteur.

Mais en vérité, davantage que des influences MOTÖRHEADiennes plus ou moins évidentes, ce que donne surtout à entendre ce huitième opus studio de HIGH ON FIRE, c’est un équilibre assez savant entre le Stoner quasi Doom dont Matt Pike a toujours eu le secret depuis ses débuts avec SLEEP, d'ailleurs, et ce Heavy Metal bien Speed, voire quasiment Thrash, développé à partir du deuxième album, "Surrounded By Thieves". Certains morceaux trouvent d'ailleurs le moyen de mêler les deux facettes d'HIGH ON FIRE : la plus pesante et la plus abrasive. C'est surtout le cas de "The Witch And The Christ", aux rythmiques hypnotiques aussi bien sur les tempi les plus rapides que sur les plus modérés.

Bien sûr, ceux qui préfèrent le HIGH ON FIRE lourd et gras, et seulement celui-là, trouveront aussi leur bonheur sur "Electric Messiah". J'en veux pour preuve la présence de titres tels que "Steps Of The Ziggurat/House Of Enlil" et "Sanctioned Annihilation", planants bien comme il faut en dépit des quintaux de Metal qu'ils mobilisent. Et puis il y a ces morceaux qui, sans promettre un équilibre parfait entre le HIGH ON FIRE pachydermique et le HIGH ON FIRE véloce et mordant, se montrent particulièrement accessibles à qui ne connaît rien de l'œuvre des Américains. En l'occurrence "Gods Of The Godless" et "The Pallid Mask", bien calés au cœur de ce que l'on pourrait appeler, à tort, le ventre mou de l'album. Car pour un ventre mou, il est bien plus musclé qu'il n'en a l’air.

Ainsi, sans être spectaculaire le moins du monde ni réserver de surprise d'aucune sorte, "Electric Messiah" parvient à se faire une place au chaud dans la discographie du trio emmené par Matt Pike. Le disque s’identifie peut-être même comme le plus accessible de la carrière du groupe californien, et encore plus sûrement comme une carte de visite propre et claire permettant à qui découvre la formation de saisir, en un tout petit peu moins d'une heure, l'essence de la musique d'HIGH ON FIRE. Le tout sans générer le moindre ennui, ni chez le fan, ni chez le novice. Un album-synthèse, en somme, qui fait du bien par où il passe.

A lire aussi en STONER par T-RAY :


QUEENS OF THE STONE AGE
Villains (2017)
Beau, oui, comme Bowie




FU MANCHU
Clone Of The Universe (2018)
Rien que son propre clone, mais amélioré.


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Matt Pike (guitares, vocaux)
- Des Kensel (batterie)
- Jeff Matz (basse, vocaux additionnels)


1. Spewn From The Earth
2. Steps Of The Ziggurat/house Of Enlil
3. Electric Messiah
4. Sanctioned Annihilation
5. The Pallid Mask
6. God Of The Godless
7. Freebooter
8. The Witch And The Christ
9. Drowning Dog



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod