Recherche avancée       Liste groupes



      
HXC / TRAP / FOURRE-TOUT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (312)
 Facebook (166)

KING 810 - Suicide King (2019)
Par CHAPOUK le 15 Mars 2019          Consultée 686 fois

Franchement ce groupe m'épatera toujours, dans le genre "je m'en foutiste total".
Dans l'été 2018, il est contraint d'annuler sa tournée avec CANE HILL et TEN SECONDS OF LIFE, suite au départ d'Andrew Workman (batteur) et Andrew Beal (gratteux) et pourtant ça ne l'empêche pas de sortir un successeur à "La Petite Mort Or A Conversation With God" et en totale autoproduction en plus.

Mais ce n'est pas tout !
Musicalement aussi on est dans le "rien à battrisme complet". Pour résumer, on retrouve la formule présente sur leur précédente galette mais à laquelle KING 810 a incorporé tout un tas d'autres influences, allant de la Trap bien Gangsta en passant par le Gospel et les chants tribaux.

La tambouille est toujours aussi intense et la voix de David rappelle à chaque instant l'identité du groupe mais les compos sont un peu plus variées. Ce qui d'un côté est une bonne idée, car cela évite de se manger un deuxième skeud "parpaing dans ta gueule" d'affilée, mais d'un autre dessert un peu ce "Suicide King" en le rendant moins cohérent que son prédécesseur.

Néanmoins il témoigne d'une véritable réflexion artistique de la part de David et sa bande (enfin ce qu'il en reste…) et on trouve de quoi satisfaire un peu tout le monde.
Pour les amateurs de brutalité, je vous redirige vers le premier titre où David nous pond des lignes de chant presque a cappella (et surtout plus que curieuses) tout en nous montrant qu'il n'a pas perdu sa capacité d'interprétation théâtrale, avant qu'un riff saccadé débarque et que la batterie se manifeste un peu plus, donnant une teinte mi-Neo mi-Hardcore et re mi-Neo derrière, au morceau.
Vous pouvez également enchaîner sans crainte sur "Braveheart", ne vous laissez pas impressionner par cette intro atmosphérique et zen vous verrez très rapidement que la légèreté musicale présente sur les couplets est factice, lorsque débarquera ce refrain écrasant et débordant de haine. Et dans l'absolu vous pourrez aussi vous faire "Bang Guns", même si les éléments Trap/Electro commence à faire leur apparition (au niveau du déroulé du skeud j'entends) à partir de là, vous retrouverez un David fanfaronnant sur ses exploits de thug viril sur un refrain des plus explosifs.

Si le Hip-Hop et la Trap ne vous font pas horreur alors vous aurez de quoi faire avec un ".45" qui transpire le ghetto façon HO99O9 (je vous rassure y a quand même un fond de gratte saturée sur le refrain), un "What's Gotten Into Me" plus posé et ambiancé musicalement parlant, mais où le flow de David est toujours rageur, ou encore avec "Sing Me To Sleep" qui lui est vraiment là pour conclure le skeud de façon Chill (façon KING 810 hein quand même) et légèrement autotunée (oui…).
On pourrait aussi classer "God Is Watching" avec les titres cités précédemment mais il est un peu à part tout de même, simplement parce que c'est un condensé de ce qu'on trouve sur ce skeud (riffs Core, Trap, ambiance aérienne par moments, accès de mélodicité, chant authentique et varié…).

Et puis on a ces ovnis "Black Riffle" et "Wade Water".
Sur le premier on a droit à une ambiance Jazzy, où seule la voix de David, ce piano, ces arrangements discrets et ces coups sur les toms se font entendre. Notre chanteur-gangster est parfaitement à l'aise et se montre encre capable de nous convaincre rien qu'avec l'intention qu'il intègre à son chant. Mais le plus surprenant c'est la progression du morceau et l'intensité qui s'en dégage. On est très loin des vagissements de Coreux qui se défoulent sur une mosh part mais pourtant on en prend autant plein la gueule plus le morceau se déroule. Et lorsque les chœurs Gospel débarquent ça fout carrément des frissons.

Sur le second l'ambiance est un peu plus artificielle, mais aussi plus ronde et plus épurée, ce qui laisse toute la place nécessaire aux lignes de chant Bluesy de David, qui nous raconte avec ses propres mots et son propre vécu la "Crise de l'eau" qui sévit à Flint, dans le Michigan, depuis 2011. Alors que ce titre aurait pu faire un putain de brûlot rageur le groupe prend le contre-pied et décide d'en faire un récit purement émotionnel, mais très brut tout de même et surtout très réussi.

Ce qui n'est pas vraiment le cas de "A Million Dollars" qui semble ne pas vraiment avoir de ligne directrice et sonne un peu brouillon et bateau à côté du reste. Oui fallait le placer quand même que ce titre est plutôt moyen, parce que comparé à la qualité des autres compos il dénote un peu.

Donc en 2019, vous l'aurez remarqué, KING 810 colle à la musique de son époque comme beaucoup d'autres formations, mais à la différence près qu'ici les nouveaux éléments que le groupe a choisi d'introduire dans ses compos sont mixés intelligemment avec l'essence Hardcore haineuse de leurs débuts. Rien que pour ça et pour les conditions dans lesquelles ce skeud a été produit ça le place dans le haut du panier de la discographie encore jeune des thugs de Flint. Mais il n'atteint pas non plus le niveau de "La Petite Mort Or A Conversation With God" car, comme je le disais en intro, les compos manquent un peu de cohérence entre elles. On dirait que le groupe hésitait un peu sur la voie à suivre et qu'il s'est légèrement éparpillé.

Enfin ça reste de la bonne came ! Si vous êtes déjà familier de l'univers KING 810 vous passerez un bon moment si vous ne l'êtes pas, l'expérience sera peut-être un peu plus hasardeuse mais toujours plus facile qu'avec leur précédent skeud.

A lire aussi en HARDCORE par CHAPOUK :


The BROWNING
Geist (2018)
Le meilleur album du groupe et de loin




BLACK BOMB A
Speech Of Freedom (2004)
Oh Mary, sweet Mary ...


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- David Gunn (chant)
- Eugene Gill (basse, chœurs)


1. Heartbeats
2. Braveheart
3. Bang Guns
4. A Million Dollars
5. .45
6. What's Gotten Into Me
7. Black Rifle
8. God Is Watching
9. Wade In The Water
10. Sing Me To Sleep



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod