Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Awacks
- Membre : Symakya, Akroma, Elvaron, Heavenly, La Horde, Your Shapeless Beauty

SEYMINHOL - Ov Asylum (2009)
Par JEFF KANJI le 6 Décembre 2018          Consultée 336 fois

Métamorphose. Je crois que c'est presque le nom qui conviendrait le mieux à la formation de l'Est qui après avoir consacré une paire d'albums à une épopée viking (qu'il ressortira sous la forme d'un double cd – "Heathen Verse" en 2014) nous revient en 2009 avec une noirceur NEVERMORE-esque qu'on ne leur soupçonnait pas ! Et c'est pourtant le quartette de "Septentrion's Walk" qui est à l'œuvre sur ce troisième album studio qui rompt avec presque tout ce que nous pensions connaître de SEYMINHOL.

En effet, pensant avoir bouclé un cycle et bénéficié de bons retours suite à ses prestations en première partie de VIRGIN STEELE ou encore Blaze BAYLEY, le groupe pense d'abord à un troisième volet suivant "Septentrion's Walk" sur lequel il pourrait mettre le paquet niveau production, aspect duquel il s'était montre plutôt insatisfait après coup. Mais finalement le groupe se ravise et Kevin Mazek prend l'écriture et les textes d'un autre angle suite à sa rupture. SEYMINHOL embrasse donc de nouveaux atours, plus sombres, laissant filtrer des relents gothiques qui feront encore partie de son vocabulaire quand lui viendra l'idée d'adapter Hamlet en musique.

Toujours accroché au concept-album, "Ov Asylum" traite des tourments de son personnage principal, qui s'enfonce dans la dépression jusqu'à l'overdose, passant par une expérience de mort imminente ("Blank Chamber"), qui le pousse à se tourner vers la religion, puis réalise qu'il est embrigadé dans une secte après quoi il va sombrer définitivement dans la folie, d'où le titre de l'album. C'est gai hein ? Après, la musique de SEYMINHOL a toujours laissé cette part d'ombre dans ses textes, les deux albums précédents, bien qu'épiques, ne sombraient jamais dans la positivité enivrante d'un RHAPSODY.

Il fallait bien évidemment que cela se traduise au niveau de l'écriture. Même si l'on retrouve quelque substance de l'écriture de SEYMINHOL jusqu'ici, "Apocryphal Anthem" en étant sans doute la démonstration la plus nette (ou encore les passages speed de "The Old Mans's Tree"), le propos est non seulement plus sombre mais aussi plus brutal d'un point de vue sonore. Ce qui va sauter aux oreilles, c'est ce travail intensif sur les guitares, qui sont énormes, corrosives, mais bien plus proches désormais de formations comme NEVERMORE ou RAGE qu'auparavant (comme ce riff à la "From The Cradle To The Grace" sur "Blank Chamber"). Le riffing se fait moderne, massif, et axé sur la percussion davantage que sur la mélodie. Ce mur de grattes est massif, et on regrettera presque que la prise de son de la batterie ne soit pas à la hauteur de ce son de guitare minutieusement perfectionné par le groupe et son ingé-son. D'autant que cette aridité comme choix artistique relègue les claviers à l'arrière-plan.

Le concept est réussi, par le biais de textes une nouvelle fois travaillés, quoiqu'un peu ampoulés encore, et d'une ambiance noire, au diapason de la pochette de l'album. Un peu verbeux, ce qui alourdit parfois les morceaux, et c'est souvent le danger du concept. Pour le reste, l'écriture reste équilibrée, au service du discours du personnage principal. Le travail sur les prises de voix est d'ailleurs le meilleur proposé par Kevin Mazek jusque-là, tant sur les parties principales que sur les doublages et autres chœurs ("Suicide Obsession").

Bien accueilli globalement par les critiques (y compris par votre serviteur avec pratiquement dix ans de décalage), "Ov Asylum" reste cependant un ovni dans la carrière de SEYMINHOL, qui, suivant sa logique de toujours suivre ses envies, n'a pas anticipé cette désaffection de ses fans qu'il allait entraîner. Pas très loin de la catastrophe industrielle, des gens renvoyant même leurs albums au label pensant à une erreur, SEYMINHOL est au pied du mur, et aura beaucoup de mal à se relever de ce cuisant échec commercial, qui va condamner le groupe à ne pas accéder à un meilleur niveau de reconnaissance, retombant rapidement dans l'anonymat dont il avait passé tant de temps à s'extraire grâce à ses deux albums précédents. Reste que ce "Ov Asylum" demeure un disque des plus intéressants, au concept bien ficelé, même s'il manque parfois d'un peu de rythme.

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


VANDEN PLAS
Accult (1996)
Pochette Surprise




MUTINY WITHIN
Mutiny Within (2010)
Le grand oublié de 2010 !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Christophe Billon-laroute (basse)
- Julien Truttmann (batterie)
- Nicolas Pélissier (guitare, claviers)
- Kevin Kazek (chant)


1. Ov Asylum
2. The Old Man's Tree
3. Pretium Doloris
4. Suicide Obsession
5. A Blank Chamber
6. Nail And Spear
7. Pendulum Motion
8. Ecstasy In Sin
9. Apocryphal Anthem



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod