Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY EPIQUE/DOOM TRAD  |  E.P

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Grand Magus, Eternal Champion, Manilla Road, Visigoth, Atlantean Kodex
- Style + Membre : Traveler

GATEKEEPER - Prophecy And Judgement (2013)
Par T-RAY le 18 Octobre 2018          Consultée 863 fois

Sur Nightfall In Metal Earth (NIME pour les intimes que vous êtes, depuis le temps), nous avons chacun nos styles de prédilection, en tant que chroniqueurs. Je ne vais pas vous faire un dessin : il suffit d’aller voir la rubrique “L’équipe du site”, en cliquant sur le lien en haut à droite de la page d’accueil, pour constater quels sont les trois genres de Metal que nous apprécions le plus chroniquer. Bien sûr, nous dérogeons régulièrement à ces règles qui n’en sont pas mais que nous nous auto-imposons parfois sans nous en rendre compte. Car sortir de son pré carré revient forcément à empiéter sur celui du confrère, même si ça n’est jamais une démarche mal intentionnée.

Parce que les travaux d’artistes d’autres genres chroniqués par l’un ou l’autre des NIMiens peuvent aussi nous toucher ou nous emballer, on se retrouve à écrire sur un disque que l’on aurait très bien vu chroniqué par un autre. Aussi, ma chronique de "Prophecy And Judgement" sera-t-elle dédiée à Dark Schneider, maître ès Heavy traditionnel et N.W.O.B.H.M de notre site, auquel j'ai un peu l’impression de dérober un groupe et un E.P. qui aurait pu lui plaire (ou pas ! N’est-ce pas, Dark Schneider ?). Ce groupe, c’est GATEKEEPER, formation canadienne de Heavy Metal souvent épique, tirant fortement vers le Doom traditionnel et à l’imagerie Fantasy très marquée.

Un combo qui, il faut le dire, a mis du temps à s’extirper de l’anonymat total puisque son premier album est sorti en 2018, alors qu’il s’est formé en 2009 ! Toutefois, ça n’est pas l’album en question qui nous intéresse aujourd'hui, mais le premier E.P. de GATEKEEPER, sorti en 2013 et long… Comme un album ! 31 minutes, dites donc ! À faire passer le "Reign In Blood" de SLAYER pour un Maxi single ! En quatre titres à peine, donc deux fois moins que les furieux Californiens, c’est fort. Cessons-là les chicaneries envers les seigneurs du Thrash, toute comparaison ultérieure serait de toute façon hors de propos. Et penchons-nous sur le contenu de "Prophecy And Judgement".

Un disque qui aurait très bien pu être qualifié d’album par le groupe car tout était réuni pour cela : la durée et la cohérence de la musique jouée sont au rendez-vous. Le choix du groupe d’en rester à la notion d’E.P. surprend, donc, car ce premier enregistrement professionnel de la carrière de GATEKEEPER s'écoute comme un L.P. Bien que produit par Tyson Travnik en personne, batteur du groupe à l'époque et jusqu’en 2016, la captation, le mixage et le mastering du bonhomme sont de bonne qualité : clarté, ampleur, équilibre, coffre… Rien pour donner l’impression d’une production maison foireuse. Et tant mieux car c’est le genre de prod qui permet d'apprécier pleinement le Heavy lent et si évocateur du quintette encore établi à Edmonton, à l'époque.

Évocateur, oui. C'est fou l’univers dans lequel peut nous projeter GATEKEEPER avec des éléments aussi simples. Car rien n’est complexe, encore moins compliqué, dans la musique des Canadiens. Les riffs de guitare sont limpides, les patterns de batterie tout sauf progressifs ou techniques, la basse est un peu planquée derrière des guitares déjà lourdes et graves, certes, et les vocaux sont prenants. Entendez-donc "Tale Of Twins" monter en puissance tranquillement, sous la voix claire et haute de Shorre McColman, élégante et riche d’un joli vibrato, parfaite pour nous conter de telles histoires dignes d’un Sword and sorcery à l’ancienne, en prenant son temps pour que l’on ne loupe pas une miette de leur déroulé.

Le groupe a retenu le meilleur de l'école du Heavy britannique, avec ces fréquents passages de twin guitars au détour des différents riffs, dont l’harmonie ajoute encore une couleur de plus à la fresque peinte par la formation. Les parties lead et les soli, sous la réverb subtile appliquée à l’ensemble des morceaux, résonnent avec intensité et contribuent à la sensation d'être plongé en plein imaginaire médiéval-fantastique. En outre, le groupe sait parfaitement jouer avec les ruptures de rythme pour tenir en haleine l’auditeur et maintenir la tension de ses morceaux, qui en sont riches malgré leur tempo peinard. Comme le ferait un bon auteur, en somme ! On voyage dans une Fantasy surannée avec GATEKEEPER, à laquelle sa musique est totalement adaptée.

Entendez-donc, également, le bel usage des guitares acoustiques et des chœurs dont nous gratifie GATEKEEPER sur "North Wolves", pièce la plus longue et épique de l’E.P. Et entendez, aussi, le sens de la mélodie qui s'étire et du drame qui se joue sur un titre tel que "Swan Road Saga". Avec bien moins d’artifices que de gros bonnets du Heavy n’en déploient sur leur musique, le groupe de Vancouver nous embarque dans l’aventure avec ses héros bien plus facilement. Le dernier titre, éponyme, de cet E.P., continue de le démontrer même s’il est le moins riche, musicalement parlant, des quatre. Plus ambiancé et intimiste que les précédents, il offre enfin l’occasion de mieux entendre le travail de la basse du frangin du chanteur, Leillyn.

Mais c'est bien le plus vocal des frères McColman qui porte ce morceau et lui permet de rester attractif tout du long, bien qu'il soit un ton en-dessous des autres titres. Si GATEKEEPER avait davantage soigné cette ultime offrande, son "Prophecy And Judgement" aurait certainement décroché cinq étoiles de ma carte du ciel personnelle. Et par là-même décroché du mur quelques tableaux que d’autres groupes de Heavy épique plus fameux que lui nous ont pondu l'année de sa sortie et depuis lors. Cet E.P. plus riche que bon nombre d'albums dans le genre est plus qu’un beau point de départ pour GATEKEEPER. Il devrait être une rampe de lancement vers un avenir encore meilleur.

A lire aussi en HEAVY METAL par T-RAY :


GHOST
Ceremony And Devotion (2017)
Cérémonie œcuménique pour fans anciens et nouveaux




ENFORCER
Into The Night (2008)
Ça fleure bon le Londres des années 80-82 !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Shorre Mccolman (chant)
- Jeff Black (guitare rythmique, choeurs)
- Justin Song (guitare lead, choeurs)
- Leillyn Mccolman (basse, choeurs)
- Tyson Travnik (batterie)


1. Tale Of Twins
2. North Wolves
3. Swan Road Saga
4. Prophecy And Judgement



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod