Recherche avancée       Liste groupes



      
ATMO DOOM SPACE AMBIENT  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : MurmuÜre
 

 Bandcamp (26)

URFAUST - The Constellatory Practice (2018)
Par POSITRON le 27 Août 2018          Consultée 1422 fois

L'espace. Devant qui le registre lexical même de la perception humaine devient sourd, muet, aveugle et idiot : incapable de nous représenter, même à travers l'abstraction qui se compte en nombre d'années-lumière et en milliers de kilomètres par seconde, l'absurdité grotesque qui sépare l'échelle humaine de l'échelle cosmique. Trois dimensions de vide infini traversées par des corps dont l'espérance d'existence dépasse celle de l'espèce humaine et dont la trajectoire dessine des spirales et des courbes qui enserrent la totalité des mondes où s'établira peut-être un jour ce que nous appelons la vie.

Comment comprendre, dessiner, expliquer, apprivoiser l'espace depuis notre perception de petits hommes lestés, arrimés à notre planète de taille moyenne en orbite autour d'un soleil de taille moyenne circulant au bord d'un bras d'une galaxie parmi des centaines de milliards. Si jadis l'astronome antique perdu au sein des myriades d'étoiles a réuni des astres pour dessiner des constellations dont la seule unité cosmique est la proximité apparente pour l'observateur terrestre, le musicien moderne use d'artifices que vous connaissez sans doute un minimum : des grandes louches d'échos et de réverb pour transformer l'espace intersidéral en grandes voûtes ecclésiales, des langages inconnus pour y faire vivre des léviathans cosmiques et des civilisations inconnues, des répétitions dronesques et têtues pour figurer le temps spatial dans le quel tout est à la fois extrêmement rapide et infiniment lent.

URFAUST s'est résolument tourné vers l'espace avec son disque précédent "Empty Space Meditation" qui bien que très correct ne m'a pas marqué outre mesure. L'affichage du petit macaron "Sélection" à côté du texte que vous êtes actuellement en train de lire vous aura déjà renseigné sur ce que je pense de "The Constellatory Practice" mais je vais détailler.

Le positionnement stylistique du groupe a toujours été un petit peu compliqué. En premier lieu, si pour tous ceux qui connaissent le groupe URFAUST est avant tout un groupe du Metal, il est pourtant né en tant que projet Dark Ambient avec "Urvaterlicher Sagen" de teneur métallique proche de 0%. Et si ce disque on s'en fout un petit peu aujourd'hui, il est néanmoins intéressant de savoir que dès le début URFAUST c'était les grosses ambiances avant les gros riffs.

Mais le cœur de la discographie d'URFAUST ("Geist Ist Teufel", "Ritual Music For The True Clochard", "Der Freiwillige Bettler") est essentiellement un pont entre le Doom et le Black Atmosphérique. Un héritage BURZUMien, des riffs lancinants, une focalisation sur le mid-tempo, une mystique lo-fi grésillante, une batterie minimaliste et primitive mais surtout des envolées nasillardes obsédantes et ses hurlements de possédés, bref, l'organe vocal de IX, celui même qui génère ces comparaisons entre cette musique et un opéra frappé d'hystérie collective.

Et "The Constellatory Practice" donc, c'est URFAUST dans l'espace. "Empty Space Meditation", était déjà un titre d'album qui parlait de lui-même, mais là on est à FOND dans l'espace. La moitié du disque est un mélange Drone + Space Ambient avec quelques guitares en arrière-plan et des synthés qui font bleep bloop comme dans votre disque de TANGERINE DREAM favori, des textures ondulantes avec IX noyé dans la réverb comme englouti dans un océan. Mélange planant, pourquoi pas psychédélique et même presque MURMUÜREsque (ceux qui savent ont l'eau à la bouche). Et puis il y a l'autre moitié c'est-à-dire les deux pistes Metal, "Doctrine Of Spirit Obsession" et la quasi Doom Épique "Trail Of The Conscience Of The Dead" qui traînent doucement leurs riffs onctueux et IX qui n'a jamais aussi bien chanté.

Entêtant, hypnotique, bien évidemment dédié à la contemplation et à la méditation, "The Constellatory Practice" est un voyage vers une destination incertaine, le chamanisme astral, la transe cosmique et toute cette sorte de choses. Dans une continuité et une évolution musicales admirables, l'abysse terreux URFAUSTien a été propulsé bien au-delà de la zone d'attraction de la Voie Lactée et dérive maintenant sans pilote entre les galaxies. Il s'agit également, parmi le peu que j'ai écouté, du meilleur album de 2018, et on est déjà en août ; un mois certes peu URFAUSTien mais peu importe, il est l'heure d'embarquer vers les étoiles.

A lire aussi en DOOM METAL :


BILOCATE
Dysphoria (2005)
Les premiers pas d'un jeune géant du Doom




THERGOTHON
Stream From The Heavens (1994)
Prémice du funeral doom, je me lance: culte!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   POSITRON

 
  N/A



- Vrdrbr (batterie)
- Ix (guitares, chant)


1. Doctrine Of Spirit Obsession
2. Behind The Veil Of The Trance Sleep
3. A Course In Cosmic Meditation
4. False Sensorial Impressions
5. Trail Of The Conscience Of The Dead
6. Eradication Through Hypnotic Suggestion



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod