Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK MÉLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Myspace Officiel Du Groupe (314)
 Site Officiel Du Groupe (190)

DEADLINE - Nothing Beside Remains (2018)
Par FENRYL le 23 Mai 2018          Consultée 624 fois

J'entretiens un lien, une relation particulièrement avec les Parisiens de DEADLINE… Je sais, je l'avoue, c'est sans doute kitsch et un poil niaiseux mais je reste très sensible à leur sollicitude, qui repose depuis le début de nos échanges sur une belle dose de sincérité. Celle du contact avec un support physique, old school, systématiquement proposé, sans demande, juste naturellement. C'est con, je le sais, mais c'est par cet aspect que l'on mesure que le groupe sait faire preuve d'investissement… Et sa musique s'en ressent, encore et encore.

C'est ainsi que j'ai vu débarquer DEADLINE en 2012 avec son premier E.P. Un bébé groupe, qui venait tout juste de naître et qui proposait ses premiers efforts. Deux ans plus tard, le clou était plus qu'enfoncé avec un L.P réussi. La phase ado était débuté… "Nothing Beside Remains" aura mis quatre longues années avant de nous rejoindre. Une séparation côté line-up avec l'arrivée à la guitare de Chris Gatter (ex-MACISTE), un peu comme pour marquer la sortie de l'adolescence et l'arrivée dans le monde des adultes.

On constate rapidement que les onze morceaux se veulent plus sombres, plus noirs. Comme un polar américain.
Le Hard Rock est définitivement mélodique et porte un contenu parfois décalé mais le plus souvent mettant l'accent sur les luttes intérieures de l'Homme tout comme la critique acerbe du monde extérieur.
En s'inspirant de son quotidien, le groupe se permet même de s'inspirer des séries récentes : sur "Natural Born Pimp", il s'inspire du truculent Mickey Donovan (joué par John Voight, terriblement marquant et incroyable) de la géniale série "Ray Donovan"… Dont je suis archi fan ! DEADLINE n'en oublie pas ses premières heures et ressuscite même le tueur du titre "The Hunter" (tiré de "Fire Inside") dans le très bon "Man On A Mission".

Si on se concentre sur la prestation musicale, l'ouverture est totalement réussie avec un "Devil's In The Details" qui fait mouche : accrocheur et soigné, la mélodie est un élément fort, mise en avant dès ce premier morceau. Mais on peut ensuite être touché par une certaine mélancolie ("Last Shot" quelque peu morose) tout en goûtant à une approche Rock Funky : "D.O.C" et son timbre Classic Rock Hard mais surtout "Fly Trap", avec ses guitares très LED ZEPPELIN !

Il semble évident que les influences 70s et 80s des deux productions précédentes sont toujours sous-jacentes et le combo en remet une couche avec "Override" qui swingue presque son Hard Rock tant la douceur et l'énergie fusionnent vraiment bien ici.
Et puis, il faut surtout vous parler de "Silent Tears (November 13)", en hommage aux victimes du Bataclan. DEADLINE y délivre ici rien de moins que son meilleur titre de l'album, voire de sa discographie. Un titre épique, dans toutes ses définitions musicales : long, puissant, achevé par un final dantesque et un solo marquant. Un hymne, un cri de douleur, une contribution à un deuil collectif… Chapeau bas messieurs. À ne pas rater !
Toutefois, en "s'amusant" à inviter sur un titre intro ("Angry Destiny") l'artiste CJ du groupe CJ SLEEZ (Punk Rock canadien) pour poser un monologue en anglais, il rompt brutalement le rythme de la galette, sans grand intérêt à mes yeux et à mes oreilles.

"Nothing Beside Remains" constitue une évolution intéressante pour DEADLINE. On retrouve le chant si typique de Arnaud Restoueix (et son accent ! On progresse, notamment avec "Mercenary", j'adore ta façon de le déclamer Arnaud !) qui divisera sans doute encore – rien à faire je demeure totalement emballé par les capacités du gaillard qui regorge de feeling avec ce timbre haut perché - mais c'est clairement la tonalité des guitares qui marque ici : douces, mélodieuses et posées, elles rockent tout en posant des lignes rythmiques ciselées et modernes.
La production demeure vraiment de qualité.
On tient donc ici un travail complet et conventionnel. DEADLINE s'est appliqué à nous proposer quelque chose de complet, quoique sans grande originalité tout de même. La faute à ce grain de folie que l'on attend, sans jamais l'entendre...

Note réelle : 3,5/5, arrondie à l'inférieur.

Top : "Silent Tears (November 13)", "Man On A Mission", "Devil's In The Details", "Fly Trap", "Mercenary".

A lire aussi en HARD ROCK par FENRYL :


BLACK LABEL SOCIETY
Order Of The Black (2010)
Quand Zakk se sort les doigts du c.., c'est bon !




BLACK LABEL SOCIETY
Hangover Music - Vol.vi (2004)
Un lendemain de cuite magique...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Chris Gatter (guitare)
- Arnaud Restoueix (chant)
- Gabriel Lect (guitare)
- Sébastien Debbane (basse)
- Fabrice Trovato (batterie)


1. Devil's In The Details
2. D.o.c.
3. Fly Trap
4. Nothing Beside Remains
5. Mercenary
6. Man On A Mission
7. Angry Destiny
8. Natural Born Pimp
9. Silent Tears (november 13)
10. Last Shot
11. Override
12. Sleepless Nights



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod