Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (21)
Questions / Réponses (4 / 17)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1982 Too Fast For Love
2016 The End : Live In Los An...
 

- Style : Pretty Boy Floyd, Roxx Gang, CrashdÏet, Black Rain, Tigertailz, Star Rats, Beautiful Creatures, Zan Clan, Hardcore Superstar, Shameless, Steel Panther, Poison, Sister Sin
- Membre : 58, Ozzy Osbourne , Sixx: A.m., Tommy Lee , Brides Of Destruction, Methods Of Mayhem
- Style + Membre : Vince Neil
 

 Site Officiel Du Groupe (883)

MÖTLEY CRÜE - Saints Of Los Angeles (2008)
Par FENRYL le 21 Juillet 2008          Consultée 16495 fois

Une « décennie de décadence », titraient-ils en 1991 pour résumer la brillante première partie de leur carrière... Eux, ce sont les membres de MÖTLEY CRÜE... ceux là mêmes qui depuis se sont déchirés ou le plus souvent illustrés dans les rayons « people » ou « faits divers »...
Je dois forcément avouer en préambule que le fan du groupe que je suis n'attendait plus rien de l'un de ses quartettes fétiches. Outre les traversées du désert des différents membres du groupes (alcool, femmes et autres substances illicites... mais aussi côté santé ou créativités artistique et musicale...), il faut bien reconnaître que la dissolution de la dream team, à savoir Sixx-Mars-Neil-Lee, a vu s'estomper, au fil des années, la magie opérant au cours des premiers opus du groupe.
Et c'est indéniablement une fanbase moribonde qui abordait le début des années 2000, avec son lot de best-of et autres compil'...

Et puis... et puis... et bien la bête a commencé à frémir... Au départ, un petit rien, un quelque chose d'anodin, qui finalement s'est organisé comme le savait si bien le faire la machine CRÜE à la grande époque: un énième best-of (« Red, White & Crüe ») avec trois inédits et une tournée au succès aussi fulgurant qu'inespéré (en grande partie, il faut bien le reconnaître). Parmi ce lot de présence que beaucoup ont qualifié à l'époque de mercantile (occupant le terrain pour remplir notre compte en banque), « If I die tomorrow » a eu l'effet d'une bombe sur moi. Riff excellent, pêche et entrain de la partie... Un seau de glaçon dans le calbutte plus tard, il faut bien reconnaître que j'ai du apprendre à garder mon calme. Pas de faux espoir car sinon la chute est d'autant plus dure...

Et pourtant... et pourtant... la rumeur s'est amplifiée, se répandant comme une traînée de poudre: le groupe, au line-up originel recomposé, était de nouveau sur la route du studio ! Congélateur de glace pillée dans le slip en titanium... Calmos garçon !
Avril de cette année: premier extrait que ce qui sera le MÖTLEY CRÜE 2008. Le morceau éponyme qui viendra baptiser l'album... « Saints of Los Angeles » (accompagné d'un clip avec plusieurs caméos finaux: Jacoby Shaddix du groupe PAPA ROACH, Josh Todd du groupe BUCKCHERRY, Chris Brown du groupe TRAPT, DJ ASH et James Michael de SIXX: A.M)...

Inutile de le nier: ils sont de retour ! Quelle putain de claque ! Un refrain imparable (influence Sixxienne évidente tant ce morceau n'aurait certainement pas dénoté sur le projet SIXX: A.M de Nikki), un riff entêtant, un Neil qui assure méchamment au chant tandis que Lee balance comme à la grande époque sur ses fûts... Au point de devenir un de mes morceaux favoris du groupe ! Si, si !
Mais la principale ENORME nouvelle, c'est que ce putain d'album est un putain d'album. Veuillez excuser cet excès de grossièreté mais il m'est difficile de contenir mon immense plaisir à l'idée de ce constat. En insérant la galette dans mon mange-disque favori, je dois faire état d'une certaine méfiance. Logique et compréhensible.
« LAMF » ouvre le bal de la même manière que.... « In the beggining » sur « Shout at the Devil ». Inespéré et annonciateur de la bonne nouvelle... car déboule le très punky « Face down in the dirt » qui mettra tout le monde d'accord: basse marquée en guise d'intro et v'lan ! Le gros son, les murs de gratte sur lit de martelage de batterie. Ils sont de retour !!!
Si le combo n'est pas apparu sous ce line-up depuis 1997 et son « Generation Swine », on est tout de suite rassuré par le choix de la ligne musicale du groupe: celui de poursuivre la voie ouverte par le génial single « If I die tomorrow » et non pas de développer les plans établis au moment du dernier album studio en date « New Tattoo » (2000).
Et 8 ans après, force est de constater que MÖTLEY CRÜE a décidé de ne pas réitérer les erreurs du passé. Ici, on recentre le propos et on se concentre sur ce que l'on sait faire et même bien faire !
SOLA est ainsi un album très homogène, se caractérisant entre autre par l'absence de la classique ballade CRÜEnne ! Ici, il est question de Hard Rock et heavy Rock au travers de compos traversant l'histoire du groupe. « Down at the whisky », aux lyrics totalement dans l'esprit, relatant les frasques passées de nos gaillards (à la mode « Dr. Feelgood ») sur un riff ultra entraînant et porté par un Mick Mars qui n'en finira pas de me bluffer, vu son état de santé (quel solo final tout comme sur le titre le plus calme de l'album, le mid tempo « The animal in me »).

Bien décidé à ne pas laisser retomber la pression, ici on ne joue, au final, pas à l'économie ! « Welcome to the Machine » énervé tout comme le titre concluant la galette (« Goin' Out Swinging » bien punk une fois encore !). Mais attention, le groupe ne renie pas pour autant son côté « texte engagé » ! « Chicks = trouble » (« Groovy, Baaaby », pourrait hurler Austin Power) sans oublier le très heavy « Mutherfucker of the year » (un de mes titres fétiches de la galette) ou comment tout annoncer dans le titre ! Ça swing façon « Girls, Girls, Girls » en duo avec « White trash circus », tout comme le groovy « Just Another Psycho » (où Mick émerveille son auditoire une nouvelle fois) !!
Mais bon dieu, cela ressemble au hold-up parfait tout cela mes cocos ! Et bien... OUI ! Neil assure comme jamais au chant: sa voix se pose à merveille sur l'ensemble des riffs punchy de Mars qui tient une forme olympique, tandis que le jeu de de la section rythmique Lee/Sixx est digne de la grande époque (frappe minimaliste et efficace de Tommy pour un Nikki toujours au service de l'équipe...).

Alors, oui ! Je dis OUI, OUI, OUI et OUI:
Oui, cet album est une franche réussite.
Oui, MÖTLEY CRÜE est de retour et de quelle manière !
Oui, je veux les voir en live !
Et oui, je suis OBJECTIF !

Comment vous le dire ? 44 minutes de pur Hard Rock 'n Roll aux relents heavy comme sans doute peu de groupes sont encore capables de nous en pondre. Alors, ne boudez pas votre plaisir, celui de savourer cette pure offrande qui constitue ni plus ni moins que ma plus grande satisfaction pour cette année 2008 pour le moment.
Un opus qui entre par la grande porte dans la discographie du groupe. C'est dit, c'est écrit.
Point barre.

« They're the Saints of L.A ».

Verdict: 4,5/5.

To be continued... Hope so !

« J'adore (mode über kiff ON) »: « SOLA », « Mutherfucker of the Year », « Down with the whisky », « Just another Psycho », « Chicks = trouble ».

EPILOGUE:

J'achève les dernières lignes de cette modeste chronique, en prenant conscience que je viens d'assister ni plus, ni moins qu'à la RENAISSANCE d'un groupe moribond... quand ma femme se penche délicatement à mon oreille et me dit calmement "je pense que tu vas pouvoir m'emmener à la maternité"... une NAISSANCE sur lit de MÖTLEY CRÜE.... N'en jetez plus, je suis achevé !

A lire aussi en HARD ROCK par FENRYL :


SIXX: A.M.
Prayers For The Damned Vol.1 (2016)
Quand le side project devient titulaire... Qualité.

(+ 1 kro-express)



MÖTLEY CRÜE
Too Fast For Love (1982)
Retour à l'origine du Crüe...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez






 
   FENRYL

 
   ALANKAZAME
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- Vince Neil (chant)
- Mick Mars (guitare)
- Nikki Sixx (basse)
- Tommy Lee (batterie)


1. L.a.m.f.
2. Face Down In The Dirt
3. What's It Gonna Take
4. Down At The Whisky
5. Saints Of Los Angeles
6. Mutherfucker Of The Year
7. The Animal In Me
8. Welcome To The Machine
9. Just Another Psycho
10. Chicks = Trouble
11. This Ain't A Love Song
12. White Trash Circus
13. Goin' Out Swingin'



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod