Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Girlschool, Rock Goddess, The Runaways

The AMORETTES - Born To Break (2018)
Par DARK BEAGLE le 12 Juin 2018          Consultée 685 fois

Les Écossaises de The AMORETTES sont de retour avec leur Rock’N’Roll endiablé ! La chronique pourrait tenir sur cette première phrase qui résume très bien ce "Born To Break" (ce qui vous ferait gagner du temps en prime), qui transpire un Hard Rock remuant et brûlant. Les jeunes filles n’ont toujours pas inventé le riff à couper le tympan, mais elles continuent leur petit bonhomme de chemin en revisitant le travail de leurs aînées, les GIRLSCHOOL et autres ROCK GODDESS. Et de quoi vivre une sacrée cure de jouvence pour une bonne partie de nos lecteurs (*).

"Born To Break" est déjà le quatrième album du trio de jeunes Écossaises, les sœurs Heather et Hannah McKay qui assurent la section rythmique et Gill Montgomery à la guitare et au chant. Quatre albums qu’elles pratiquent peu ou prou la même formule, avec ce sens qui semble inné du riff Rock qui fonctionne, même si les filles trouvent le moyen de les recycler un peu trop facilement, mais on y reviendra. Mais derrière cette pochette façon tattoo moderne se dissimule un disque qui ravira les foules hurlantes qui ont le Rock’N’Roll qui coule dans leurs veines.

À travers douze pistes gentiment musclées, sans compromission, les jeunes femmes proposent une musique simple, réduite à son strict minimum : couplet, refrain, solo. Il ne faut pas s’attendre à une envolée progressive, de longues parties instrumentales avec breaks et autres parties virtuoses. The AMORETTES, c’est du basique. Limite binaire. Très peu de morceaux dépassent les quatre minutes, le but est d’aller droit à l’essentiel. Et c’est tant mieux parce qu’elles semblent vivre ce qu’elles font sans se soucier du « qu’en dira-t-on ? », sans pour autant se mettre à nu et se prostituer pour continuer à plaire.

La grande force de la formation réside dans les refrains, accrocheurs, menés à plusieurs voix, leur donnant un aplomb mélodique difficile à critiquer. Les chœurs se montrent efficaces donc, ils donnent envie de taper du pied. Passé deux écoutes, on accompagne les filles avec nos grosses voix, puis on se tait, gêné et on les laisse continuer seules (**). Un bon exemple réside en "Everything I Learned I Learned From Rock And Roll", astucieusement proposé en single et co-écrit par Rick Warwick (The ALMIGHTY, BLACK STAR RIDERS). Un mid-tempo (comme la plupart des titres d’ailleurs) au riff simple, mais boosté par ce refrain que l’on assimile assez rapidement à une espèce d’hymne en puissance. Très bel hommage au petit monde du Rock des années 60 et 70 d’ailleurs, qui donne le sourire.

En revanche, si les refrains sont très bons, bien menés et tout et tout, les riffs ont une certaine tendance à se ressembler les uns les autres. Les esprits cyniques (dont je fais partie) diront que cela n’a jamais empêché certains groupes de percer (suivez mon regard. Non, pas là, là), mais ici, cela devient rapidement redondant. Pas de façon rédhibitoire, mais disons que l’effet de surprise disparaît rapidement. La surprise résiderait à se retrouver face à un morceau réellement Speed, voire plus Heavy. Le fait que Gill Montgomery soit la seule compositrice peut expliquer ce mimétisme au niveau des mélodies, cette absence de renouvellement parfois un peu gênante.

Mais on ne peut pas reprocher à The AMORETTES de ne pas être spontanées. Avec leur sens inné du refrain (ouais, j’insiste. Et alors ?), c’est ce qui fait le charme de ces filles qui en veulent. Dopé par une très bonne production signée Luke Morley (guitariste de THUNDER) qui prend ici la lourde succession du regretté Chris Tsangarides (le disque lui est d’ailleurs dédié), "Born To Break" traverse ses petits défauts pour se laisser porter par ses qualités. C’est vivant, c’est entraînant, ça mérite qu’on y pose une oreille.

Si vous voulez une bonne dose de Rock’N’Roll, The AMORETTES et son "Born To Break" est pour vous. Vous êtes nostalgique des petites Reines du Hard Rock de la fin des années 70 et du début des 80, où tout semblait plus facile, cet album est pour vous. Vous ne jurez que par SLAYER et MORBID ANGEL… Euh… Essayez quand même, vous pourrez avoir une bonne surprise. L’opus ne casse peut-être pas trois pattes à un canard unipattiste (***), il ne transpire pas l’originalité, il n’est pas des plus variés, mais il offre une bonne bouffée d’air frais et ça, ce n’est pas rien. À découvrir si ce n’est pas déjà fait.


(*) ou comment signifier qu’on a des lecteurs plus tout jeunes, mais qui bougent encore.
(**) bien sûr, cela ne s’applique qu’aux hommes, vous pouvez tranquillement continuer à chanter mesdames.
(***) néologisme.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


MOUNTAIN
Nantucket Sleighride (1971)
L'horreur d'un naufrage




ZZ TOP
Zz Top's First Album (1970)
Certified blues


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Gill Montgomery (chant, guitare)
- Heather Mckay (basse, chant)
- Hannah Mckay (batterie, chant)


1. Can You Feel The Fire ?
2. Hello And Goodbye
3. Everything I Learned I Learned From Rock And Roll
4. Born To Break
5. Whatever Gets You Through The Night
6. Hell Or High Water
7. You Still Got Rock And Roll
8. Easy Tiger
9. Bat Shit Crazy
10. Comin' Up The Middle
11. High On Your Energy
12. Want It Bad



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod