Recherche avancée       Liste groupes



      
CORE & CO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Lamb Of God

BURN THE PRIEST - Legion: Xx (2018)
Par T-RAY le 19 Mai 2018          Consultée 633 fois

BTP : acronyme de “bâtiments et travaux publics”... Mais aussi de BURN THE PRIEST, l’entité qui constitue les fondations de la formation que l’on connaît sous le nom de LAMB OF GOD depuis 1999. En effet, BURN THE PRIEST a précédé la venue au monde de l'Agneau de Dieu d’environ cinq ans. Et cette période-là commence lorsque les musiciens (moins Willie Adler, plus jeune et n’ayant rejoint le groupe qu’un peu avant l’an 2000) n’étaient encore qu'étudiants à Virginia Commonwealth University (VCU), à Richmond, leur ville de toujours. Le groupe compte alors dans ses rangs, déjà, John Campbell, Mark Morton et Chris Adler. La seconde guitare est tenue par un dénommé Matt Conner, bien vite remplacé par Abe Spear, le deuxième six-cordiste de l’unique album studio de BURN THE PRIEST pré-LAMB OF GOD, l’éponyme à la pochette blasphématoire. En 1995, D. Randall “Randy” Blythe les rejoint au micro.

Ainsi constitué, le quintette ne se rêve pas encore en groupe de Metal mais en formation très Core. Car, oui, les fondations de LAMB OF GOD sont érigées sur une terre fertile... En Hardcore ! L’esprit Punk est en eux depuis leurs premières notes jouées en commun, sans aucune surprise pour qui connaît la teneur engagée des textes de l’Agneau de Dieu, encore aujourd'hui. Ce qui est surprenant, toutefois, c'est de constater, quasiment vingt ans après le changement de nom du combo, combien le Metal pur et simple comptait peu pour le BURN THE PRIEST des débuts. C’est ce que révèle cet album inattendu, "Legion: XX", enregistré et publié pour fêter le vingtième anniversaire de l’unique L.P. sorti par BURN THE PRIEST avant de devenir LAMB OF GOD. Cet opus arrivé sans crier gare, annoncé début 2018, est une collection de reprises mises en boîte récemment par les cinq membres de toujours de l’Agneau de Dieu.

Et parmi les formations reprises, il est remarquable de constater qu’aucune d'entre elles ne joue une musique totalement Metal, à part MINISTRY, mais on sait à quel point le Metal Indus est déjà un genre bâtard. Quel style les autres groupes repris pratiquent-ils ? The ACCÜSED et CRO-MAGS, du Hardcore et du Thrash Crossover. Avec une bonne dose de Hardcore dedans, donc. S.O.D. ? Du Crossover qui tache, lui aussi. Pour BAD BRAINS et AGNOSTIC FRONT, du Hardcore également, quoique dans une veine assez différente l’une de l’autre. QUICKSAND ? Un Post Hardcore de grande qualité. Quant aux MELVINS et à BIG BLACK, leur spectre musical bruitiste est tellement large que les enfermer dans un genre, ne serait-ce que Metal pour l’un ou Punk pour l’autre serait une gageure.

Reste les inconnus de SLIANG LAOS… Qui œuvraient aussi dans la vaste galaxie Hardcore (dans une sorte de Mathcore, plus précisément) ! Et la présence d’une cover de leur "Axis Rot" sur "Legion: XX" n’a rien d’un accident, tout au contraire. Il s’agit d’une marque de l'authenticité de la démarche de BURN THE PRIEST dans son hommage aux formations qui l’ont influencé par le passé. Quand le plus célèbre groupe de Richmond, Virginie (LOG aka. BTP), reprend l'ancien “plus célèbre groupe de Richmond, Virginie” (dixit Randy Blythe lui-même), cela fait des étincelles ! Pour avoir écouté l’originale, la version ici présente n’a rien à lui envier. BURN THE PRIEST se fait à merveille aux rythmes agiles de SLIANG LAOS. Ce titre groove un max et la performance vocale de Randy est top. Bravo !

BURN THE PRIEST réussit quelques autres tours de force sur ce "Legion: XX", en matière de réinterprétation. Celle de "Jesus Built My Hotrod", pourtant l’un des hits les plus fameux de MINISTRY, est encore plus démente que l’originale, selon moi. Si Blythe s’applique à répliquer le timbre de Gibby Haynes une fois le bolide bien lancé, sa voix rauque fait surtout merveille lorsqu’il prononce le speech d’ouverture, avant de le prolonger de façon inattendue, bien au-delà de ce qui est prévu. Côté musique elle-même, le fameux hotrod se montre encore plus vrombissant qu’auparavant et la célérité du morceau en paraît amplifiée. Et même lorsqu'il s’agit de reprendre du Hardcore pur jus – le "One Voice" d’AGNOSTIC FRONT – BURN THE PRIEST sait tirer le meilleur de ses forces pour offrir encore plus d’agressivité (merci Randy et les gratteux !) à ce morceau coup de poing. Dense, l'interprétation du quintette est rendue explosive par ces gang vocals qui tabassent.

Dire que BURN THE PRIEST fait feu de tout bois sur "Legion: XX" serait mentir, toutefois. Mais sans parvenir à dépasser les autres titres originaux qu’il reprend, il fait très certainement jeu égal avec l'interprétation de leurs auteurs, notamment lorsqu'il s’agit de Crossover. Ainsi, le "Inherit The Earth" de The ACCÜSED s'avère tout aussi vigoureux dans cette version un brin plus Thrash. Et Blythe fait, une fois encore, le nécessaire pour ajouter un surplus de gutturalité bienvenu aux vocaux. Sur "Kill Yourself", pourtant déjà véloce et même méchant lorsque c’est S.O.D. aux instruments, BURN THE PRIEST envoie le pâté, sans avoir à rougir de sa performance. Quant au "We Gotta Know" des CRO-MAGS, petit modèle de Thrash Crossover en soi, il est également joué à la perfection par les Virginiens. Blythe prouve qu’il est capable d'accélérer son élocution sans être brouillon. Et il va presque sans dire que Chris Adler s'épanouit totalement à reprendre ces brûlots. En réalité, lui, dont le style à beaucoup pris à la batterie Hardcore, est en feu tout au long du disque.

Là où le bât blesse un peu plus pour BURN THE PRIEST, c’est quand il s’agit de reprendre des morceaux au taux de Metal plus faible à l'origine. Le Hardcore Punk festif et roots de BAD BRAINS perd de son authenticité et de sa spontanéité entre les paluches des cinq de Richmond, même si le phrasé de Randy Blythe est remarquable et que le gaillard est capable de se montrer plus fantaisiste qu'à l’accoutumée. Le Post Hardcore de QUICKSAND s’accommode également moins bien du jeu de guitares plus lourd du duo Morton/W.Adler. Si Blythe, au micro, se révèle une nouvelle fois plus versatile qu’on ne pourrait le croire, modulant énormément sa voix, la finesse de cette petite merveille qu’est "Dine Alone" est absente de la version gravée sur "Legion: XX". Mais c'était un drôle de défi que BURN THE PRIEST se proposait de relever en le reprenant. En revanche, c’est lorsqu'il reprend les artistes les plus borderline et schizophrènes que le challenge s'avère trop rude pour le combo.

Réinterpréter MELVINS et BIG BLACK réclame une énorme confiance en soi car l’œuvre des deux formations américaines est piégeuse, exigeante et d’une variété qui les rend difficiles à appréhender pour un groupe au style aussi cadré que LAMB OF GOD. Certes, c’est le costume de BURN THE PRIEST que portent ici les membres de l’Agneau de Dieu, mais il n’empêche : leurs versions puissantes, lourdes et musclées de "Honey Bucket" et de "Kerosene" – cette dernière se montrant menaçante entre les guitares, la basse, la batterie et la voix des Virginiens – ne transcendent pas la matière originale de ces brûlots. L’impression d’entendre un vieux 32 tonnes rouillé sans freins que procure le "Honey Bucket" initial est inégalée, et la formidable voix de Buzz Osborne n’est pas surpassée par celle, trop growlée, de Blythe. Et l'intéressé réussit encore moins à faire oublier le dépit et le dégoût qui exhalent de l’organe vocal de Steve Albini sur "Kerosene". Et le morceau tout entier, aux guitares tellement Lo-Fi et rouillées qu'elle en sont malsaines, écrase purement et simplement la tentative de reprise de BURN THE PRIEST.

Malgré tout, ces deux covers ne sont pas des plantages pour autant, juste des tentatives infructueuses. Et au fond, qu’attend-t-on réellement d’un album de reprises ? D’apprendre quels titres de quels artistes ont influencé celui qui les reprend. Mais aussi, et peut-être surtout, de se voir proposer une ouverture vers des genres ou des horizons musicaux que l’on connaît moins, que l’on écoute parfois mais dont on est pas suffisamment fan pour en maîtriser les arcanes. Et en faisant confiance à l’artiste que l’on aime pour nous introduire auxdites œuvres, styles et aux groupes qui les pratiquent. Compte tenu de la forte teneur en Metal (Thrash, Groove, Heavy et parfois Melodeath) de la musique de LAMB OF GOD, il paraît évident qu’une grande partie de la fanbase du groupe ne connaissait que de loin les artistes repris sur ce "Legion: XX". Leur découverte ou redécouverte n’en est que plus appréciable. Rhabillés en BURN THE PRIEST, les cinq Virginiens ont, en cela, réussi leur pari. Voilà un anniversaire fêté dignement.

A lire aussi en HARDCORE :


MASTODON
Leviathan (2004)
Monstrueusement irrésistible !

(+ 1 kro-express)



BAD RELIGION
30 Years Live (2010)
Live gratos et irréprochable : la classe quoi.


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- D. Randall 'randy' Blythe (vocaux)
- Mark Morton (guitares)
- Willie Adler (guitares)
- John Campbell (basse)
- Chris Adler (batterie)


1. Inherit The Earth (cover The Accüsed)
2. Honey Bucket (cover Melvins)
3. Kerosene (cover Big Black)
4. Kill Yourself (cover S.o.d.)
5. I Against I (cover Bad Brains)
6. Axis Rot (cover Sliang Laos)
7. Jesus Built My Hotrod (cover Ministry)
8. One Voice (cover Agnostic Front)
9. Dine Alone (cover Quicksand)
10. We Gotta Know (cover Cro-mags)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod