Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp Du Groupe (8)

SOJOURNER - The Shadowed Road (2018)
Par FENRYL le 29 Mai 2018          Consultée 707 fois

Littéralement enthousiasmé par SOJOURNER et son "Empires Of Ash" en 2016, ce retour dans le monde du Black Atmo soigné et enivrant était plus qu'attendu… Je remercie en préambule mon confrère Mefisto qui a accepté de me laisser sa réservation sur cet opus, alors que j'avais "raté" l'annonce de ce comeback…
En même temps, le groupe n'a pas traîné pour revenir avec sept nouveaux titres.
Il maintient son line-up, porté par le couple à la ville Chloé et Mike Lamb et s'enrichit d'un véritable batteur, Riccardo Floridia, un Italien, histoire de poursuivre le melting pot international qui compose le combo !

Une fois encore, je vais devoir ouvrir mon propos sur ma première rencontre avec un album, c'est à dire son artwork… Désolé, une fois de plus, mais comment ne pas vous en parler ? L'artiste nous délivre une nouvelle série de visuels Heroic Fantasy d'une rare beauté. Signe d'une continuité totale par rapport à l'excellent premier opus ?
Effectivement, "The Shadowed Road" est un album complexe à présenter quand on a déjà réalisé le bilan du précédent. SOJOURNER a eu l'excellente idée de ne pas changer une recette qui fonctionne (tu m'étonnes !) mais ne décide pas pour autant d'enfoncer littéralement le clou.
Il faut noter en effet que rapidement on constate que le Black Atmosphérique a quelque peu muté vers une dimension plus mélodique. On frôle même par moments des petits relents de Death Mélodique, avec la voix de Crespo et les riffs rapides proposés ("Where Lost Hope Lies" qui me fait tellement penser à du DARK TRANQUILLITY).
L'aspect Black "hommage" décrit précédemment est bien moins présent : certains ont même parlé de porte d'accès pour les novices du genre. Il faut bien avouer que les titres sont chauds et particulièrement bien produits, donnant un aspect tout sauf rêche à des pistes "entraînantes" (typiquement le cas du title track "The Shadowed Road" qui conclut la galette).
Pour être plus précis : si vous avez apprécié "The Pale Host" sur "Empires Of Ash", vous tenez ici l'évolution de la ligne musicale de "The Shadowed Road".
Ce qui est flagrant ici, c'est la disparition de la batterie frénétique ultra trigée avec blast à gogo. On est clairement dans un Black atmosphérique très mélodique.
La teinte Black tient par le voix d'Emilio certes mais même lui semble avoir calmé le grain éructé de sa prestation.
Dès "Winter's Slumber", on retrouve tout ce qui fait la beauté de la musique de SOJOURNER : des nappes de claviers, la voix suave et enivrante de Chloé, d'une douceur incomparable, des riffs planants mais Black sans confusion possible. Les breaks sont légion dans ce premier morceau mais on est heureux de se retrouver sur nos terres connues. Il est rassurant de revenir là où le groupe a su nous convaincre.
La flûte gagne en présence, tout comme les claviers ("Titan") mais aussi la voix de Chloé. On frôle le 50/50 en terme de participation, ce qui contribue grandement à calmer le jeu et à offrir cette teinte mélodieuse qui casse quelque peu la puissance du son du groupe. Il faut noter les réels progrès au niveau de chaque type de chant : chaque protagoniste a clairement affiché un souci de proposer des variations notées dans son timbre.

Les aspects les plus agressifs de la musique de SOJOURNER sont donc clairement en retrait sur ce "The Shadowed Road". L'album gagne ainsi en homogénéité et délivre un aspect "reposant" et apaisant ! Oui, oui, c'est encore plus marqué ici, même avec une teinte Black.
Pourtant, "Ode To The Soveign" se rappelle à notre bon souvenir et la présence d'une véritable batterie sur l'album nous permet ici de mesurer tout l'impact de cette prestation. La touche quelque peu Folk qu'apporte le jeu du batteur de ATLAS PAIN n'est pas à regretter dans le cas présent notamment.

"The Shadowed Road" est un bon album mais qui ne peut m'empêcher de penser qu'il a perdu quelque part une partie de son âme.
Affirmer que SOJOURNER poursuit sur sa lancée est une erreur. Il manque quelque chose pour certains (les mordus du précédent opus), ceux qui recherchent davantage de nervosité et de puissance, mais il contentera avidement les plus "novices" ou les plus regardants côté "douceur". En sept morceaux oscillant entre cinq et dix minutes, les Néo-Zélandais ont une fois encore fait étalage de toutes leurs qualités et conservent leur trophée de révélation du genre qui faudra encore et encore suivre dans le futur.

Note réelle : 3,5/5.

Top : " Ode To The Soveign".

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par FENRYL :


SO HIDEOUS
Last Poem/first Light (2013)
Tellement de styles et d'influences que c'est bon !




CRADLE OF FILTH
Heavy Left-handed & Candid (2001)
Le COF de la grande époque LIVE...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Emilio Crespo (chant)
- Chloé Bray (guitare, tin whistle, chant)
- Mike Wilson (basse)
- Mike Lamb (guitares, claviers)
- Riccardo Floridia (batterie)


1. Winter's Slumber
2. Titan
3. Ode To The Sovereign
4. An Oath Sworn In Sorrow
5. Our Bones Among The Ruins
6. Where Lost Hope Lies
7. The Shadowed Road



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod