Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BATTLE DAGORATH - Ii - Frozen Light Of Eternal Darkness (2017)
Par MEFISTO le 15 Avril 2018          Consultée 292 fois

Il est toujours hasardeux de s'adonner à la cruelle pratique du concept-album, car en plus de devoir passionner musicalement, on doit se coller à une narration, une histoire, qui se tient et qui ajoutera peut-être au résultat. Je vous le donne en mille, le duo d'albums lancés en un an par les Américains de BATTLE DAGORATH n'est pas complémentaire. Bien que ce Black Atmo soit touffu, intimidant et impérial, cela ne le met pas à l'abri contre les intempéries. Surtout, contre les yeux qui sont souvent plus grands que la panse…

Ce que le premier volet, "Dark Dragons Of The Cosmos", possédait est une facture novatrice au niveau de la thématique abordée : d'une musique forestière et montagnarde remémorant les guerres imaginées par Tolkien et consorts, on nageait maintenant dans une piscine infinie emplie d'étoiles, de nébuleuses et de feu craché par ces dragons noirs, gardiens du Soleil noir sensé nous exterminer tous. On se retrouvait à des années lumières des cimes enneigées et des champs de bataille soûlés d'hémoglobine des trois premiers albums !

Le Black Atmo de "Frozen Light Of Eternal Darkness" allait-il nous offrir une suite logique ou nous ramener les deux pieds sur terre ? Pfiou, il est certain après quelques minutes qu'on demeure dans l'Espace, alors on peut relâcher notre souffle putride et ouvrir les pavillons bien grands. Ce qui pourra d'emblée décourager, l'initié ou le néophyte, est la longueur de ce second volet. Et comme c'était à prévoir, avec 80 minutes au compteur, ce "II" souffre de longueurs (pourquoi une outro de huit minutes, alors que celle, déjà longue, de "Dark Dragons" était de 120 secondes ?) comparativement à la concision relative de "Dark Dragons", avec ses quatre pavés au lieu de sept et qui bénéficiait d'un effet de surprise pour attiser l'ivresse.

Il aurait été surprenant que les Américains arrivent à passionner pendant 140 minutes de création en si peu de temps…

Ceci étant décrié, BATTLE DAGORATH baisse-t-il la garde pour autant ? A-t-il été avalé par le trou noir qu'il a créé ? Autant dans le fond que la forme, on a l'impression décevante que "Frozen Light Of Eternal Darkness" n'arrive pas à la cheville de son grand frère. Certes, on demeure en haute altitude, là où personne ne peut survivre sans combinaison, mais je ne peux m'empêcher de songer que le duo est un brin moins perdu dans les confins astraux… Nous sommes moins éloignés de la trame de "Cursed Storm Of Ages", BATTLE DAGORATH semble être retombé dans ses anciens sillons, alors qu'il avait momentanément tourné le dos au sol pour voler de ses propres ailes. Quel dommage.

Et ce sentiment de laisser-aller, d'abandon, demeure tout du long. L'analyse aurait été différente si "FLOED" avait été un disque sans patrie, mais ce n'est pas le cas. Son cordon ombilical l'étrangle, quand ironiquement il aurait dû être mollasson après que "Dark Dragons..." se fut servi.

On a donc droit à six vrais morceaux, au lieu de quatre comme sur "Dark Dragons..." et contrairement à ceux du premier volet, on ne peut prétendre qu'ils forment un bloc impénétrable, incritiquable. "Asteres Planetai" et "Fire Born From The Seer's Light" sont trop communes pour être louées, mais sont heureusement sauvées par d'autres compos plus couillues, telles que le gros pavé de 19 minutes "Cast Their Ashes To The North Wind", qui disperse des moments assez menaçants, et la médaille d'or du podium qui s'inscrit dans les pièces les plus réussies du groupe.

Cinq morceaux dispensables sur neuf, un sérieux doute sur le lien indéfectible entre les deux volets de ce duo concept, une vive déception m'envahit à l'écoute de ce "Frozen". C'est presque le jour et la nuit ! Que cela fasse partie des objectifs de BATTLE DAGORATH ou non, c'est troublant de voir autant de précieuses minutes gaspillées à jouer n'importe quoi et… à exceller sur le même album.

Pour bien faire, il faudrait couper mon podium et le coller sur "Dark Dragons...". Là on aurait un classique instantané. Long, mais excellent.

Note : 2,5/5.

Podium : (or) "Evoking The Mirrors", (argent) "Death Ov Aeons", (bronze) "Cast Their Ashes To The North Wind".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par MEFISTO :


SUN OF THE BLIND
Skullreader (2009)
Un nouveau DARKSPACE ? Presque !




A FOREST OF STARS
Beware The Sword You Cannot See (2015)
Une autre performance exemplaire !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Bsb – (chant, guitare, basse, batterie)
- Vinterriket (synthé)


1. The Great Untuning
2. Death Ov Aeons
3. Asteres Planetai
4. Cast Their Ashes To The North Wind
5. Evoking The Mirrors
6. Fire Born From The Seer's Light
7. Supernal Realms
8. Ignis Fatuus



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod