Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Carcass
- Style + Membre : Gruesome

EXHUMED - Death Revenge (2017)
Par T-RAY le 23 Janvier 2018          Consultée 948 fois

Oh putain ! EXHUMED est de retour ! Personnellement, j'avais quitté le groupe en restant sur ma faim, il y a deux ans, lorsque ses quatre membres avaient trouvé bon de réenregistrer son premier opus de 1998, "Gore Metal", de façon pas tout à fait convaincante… J’y reviendrai un de ces quatre mais l’initiative était périlleuse de reprendre ce classique maison de Goregrind alors que le groupe californien était clairement passé, depuis un peu plus d’une dizaine d’années, à un Death Metal traditionnel, assez old school dans l’approche. À l’annonce de l'arrivée de leur huitième L.P., le présent "Death Revenge", je me suis pris à craindre qu’ils ne rétrogradent franchement.

Quel ne fut donc pas mon soulagement lorsque l’album finit de jouer pour la première fois dans mes écouteurs. Ouf ! EXHUMED n’avait pas tourné le dos à ce Death classique qui avait fait de "All Guts, No Glory" et de "Necrocracy" de solides parpaings dans l'édifice de leur carrière. "Death Revenge" est même plus qu’un simple longue durée. C'est un album concept ! Oui Monsieur (et Madame) ! Même qu'on aurait pu le deviner, compte tenu du rendu très "affiche de cinéma de genre" de la pochette. Oh, vous pouvez vous marrer, au fond, vous feriez mieux d'écouter la leçon d’Histoire du quartette de San Jose… Car, oui, ledit concept s’ancre dans l’Histoire britannique. Plus précisément, dans l’Histoire écossaise.

Car c’est à Édimbourg que l’action narrée par EXHUMED se déroule, à la fin des années 1820, période où la capitale de l'Écosse jouissait d’une réputation de premier plan dans la recherche anatomique. Un domaine scientifique très consommateur de cadavres, qui vinrent fatalement à manquer. Deux immigrés irlandais prénommés William, Burke et Hare de leurs patronymes, se mirent alors en tête d’approvisionner l’une des sommités de la science anatomique de l'époque, le Dr. Robert Knox, en cadavres frais de personnes occises par leurs soins, en plus des quelques exhumations réalisées à cet effet. Au total, les deux hommes commirent seize meurtres avant d'être arrêtés puis, pour ce qui est de William Burke, condamné, exécuté et à son tour disséqué.

Les plus cinéphiles d’entre vous reconnaîtront là le cadre de films comme "Le Récupérateur de cadavres", avec Boris Karloff et Béla Lugosi, "L’Impasse aux violences", avec Peter Cushing et Donald Pleasence, ou, plus près de nous, le "Cadavres à la pelle" de John Landis, sorti en salles en 2010, avec ces joyeux drilles d’Andy Serkis (LE Gollum) et Simon Pegg (LE Shaun de "Shaun Of The Dead") dans les rôles respectifs d’Hare et Burke. Un peu d’humour ne fait évidemment jamais de mal lorsqu'il s’agit de conter une si sordide affaire, et EXHUMED, dans son adaptation musicale et dans ses textes, n’en manque pas !

"Death Revenge" ne manque pas non plus de références cinématographiques, comme peuvent en témoigner l’"Introduction", l’"Interlude" et l’"Underture" placée en bonus track : des titres symphoniques où prédominent les violons, dignes de bons vieux classiques du ciné d’horreur ou d'épouvante. Même l'instrumental "The Anatomy Act Of 1832", excitant de par son côté Heavy Metal très, très prononcé et son cœur bien Thrashy, se pare de notes de piano inquiétantes dès l’ouverture. Voilà bien un morceau surprise sur ce que l’on attendait légitimement comme un pur disque de Death, qui va cependant au-delà du genre à de nombreuses reprises. De quoi satisfaire l'auditeur curieux.

“Mais, et le Death Metal dans tout ça ?”, vous entends-je donc dire… Eh bien, il reste le fond de l'expression musicale d’EXHUMED. Mais pas uniquement. L’hyper mélodique "Incarnadined Hands", avec ses trois types de vocaux (Matt, Ross et Bud se sont répartis les rôles !) et ses soli eux aussi très Heavy, offrent un visage Melodeath qu’on ne connaissait que trop peu aux quatre Américains. L'enchaînement qu’il forme avec ses deux prédécesseurs sur la tracklist constitue l'épine dorsale de cet album, lui apportant de l’air et du souffle. Cette variété bienvenue confère à ce huitième L.P. une richesse inattendue, qui permet à la fois au groupe et à son public de s’évader d’un carcan Death Old School souvent sans surprise.

Ainsi, lorsque les quatre zicos plongent véritablement leurs paluches dans le Death Metal à l'ancienne, ils n’en sont que plus percutants. Le premier vrai morceau, "Defenders Of The Grave", joue à fond la carte des 80s, en termes de composition : ça Deathe comme à l'époque, ça Thrashe aussi pas mal, à la façon dont les pères du Death Metal pouvaient s’appuyer sur le plus ancien des deux genres pour développer le nouveau. Idem pour "Lifeless", qui se Heavise dans sa deuxième partie, "Dead Hand" ou "Night Work", entre de nombreux autres. Cette façon qu'a EXHUMED de mêler habilement les genres musicaux, du Heavy au Death (parfois saupoudré de quelques Grinderies fulgurantes, cf. "The Harrowing") sert particulièrement l’histoire racontée sur ce disque.

Comme un écrivain peut, par l’usage du vocabulaire et des champs lexicaux, emmener son lecteur vers des univers différents, le plonger dans des atmosphères et des ambiances tout à fait variables au détour d’un chapitre ou même d’une seule page, EXHUMED en fait de même avec les diverses expressions du Metal. En plus, la production de Jarrett Pritchard permet à la musique du combo de ne pas sonner datée du tout, quand bien même son inspiration musicale est "straight from the 80s". De fait, on ne s’ennuie pas une minute à l'écoute de ce remarquable album qu’est "Death Revenge", arrivé à point nommé pour redorer l’image d’un groupe considéré, à tort ou à raison, comme une formation de seconde zone, aussi vrai que son imagerie est commune aux films de série B.

A lire aussi en DEATH METAL par T-RAY :


BENIGHTED
Necrobreed (2017)
Cinq tueurs en opération commando




NECROT
Blood Offerings (2017)
Le bon vieux temps... updaté !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Matt Harvey (guitare rythmique, vocaux)
- Ross Sewage (basse, vocaux)
- Bud Burke (guitare lead, vocaux)
- Mike Hamilton (batterie)


1. Death Revenge Overture
2. Defenders Of The Grave
3. Lifeless
4. Dead End
5. Night Work
6. Unspeakable
7. Grave Makers Of Edinburgh
8. The Harrowing
9. A Funeral Party
10. The Anatomy Act Of 1832
11. Incarnadined Hands
12. Death Revenge
13. Death Revenge Underture (bonus Track)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod