Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Morbid Angel

SAVAGE ANNIHILATION - Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème (2017)
Par T-RAY le 11 Février 2018          Consultée 1194 fois

Et bim ! Elle est là, ma deuvième claque de Death Old Fchool de l'année 2017 ! Pardon, laiffez-moi ramaffer mes dents, ve vous la refais… Gnnnn… Je disais : la voilà, ma deuxième claque de Death Old School de l'année 2017 ! Et elle ne vient ni des États-Unis, ni de Suède, ni de je-ne-sais-où, mais bien de chez nous ! De Montargis, en l’occurrence, capitale du Gâtinais orléanais. Situés comme ça, on se dit que les artistes du coin ont davantage matière à jouer du Folk Metal entre rivières capricieuses et paysages bocagers, mais c’est mal connaître les gaillards de SAVAGE ANNIHILATION. Chez eux, on tabasse et pis c’est tout ! Enfin, non, c’est pas tout. Loin de là, même.

SAVAGE ANNIHILATION est plutôt fin dans sa brutalité et dans ses accès de violence. Rien que "Dévorante Dégénérescence Anthropophage", qui ouvre l’album, suffit à le démontrer. Cette finesse et cet équilibre de tous les instants est notamment ce qui permet d’encaisser sans trop souffrir, en tant qu’auditeur, l’assaut musical que la formation nous livre en un peu plus d’une demi-heure. En effet, les riffs ont beau être d’un très gros calibre, le rythme généralement soutenu comme celui d’une batterie d’artillerie de la Première Guerre Mondiale, les textes d’une vindication extraordinaire (malgré un aspect brouillon regrettable), le groupe tricolore sait apporter les deux éléments nécessaires à l'appréciation franche de son Death Metal : la maîtrise et la variété.

SAVAGE ANNIHILATION a plus de quinze ans d'âge, un premier album et un E.P. à son actif, tous deux de qualité, et une maturité plus grande et bien plus évidente que d’autres combos au moment de sortir son deuxième L.P. ici présent, "Quand S’Abaisse La Croix Du Blasphème". C'est pourquoi rien ne semble laissé au hasard (sauf peut-être ces paroles, encore une fois, relativement peu soignées par rapport au reste de l'œuvre). Et ça fait du bien d’entendre que, trente ans après sa naissance, le Death Metal tel que le pratiquaient les fondateurs - on pense notamment à MORBID ANGEL - reste vivant, et bien vivant. Même si le truc de SAVAGE ANNIHILATION, ce sont plutôt les morts-vivants.

Zombies, cadavres, entrailles, viscères, et autres joyeusetés du même champ lexical sont passés à la moulinette par le trio dans une ambiance post-apocalyptique assez soignée, au niveau du son, organique à souhait - tous les instruments sont parfaitement audibles - et subtilement raw. Merci à la production de Nicolas “Nico Kaotoxin” Williart, le boss du label Kaotoxin lui-même. Celui-ci permet à ce Death Metal parfois fort thrashy de donner sa pleine mesure. Le Thrash, SAVAGE ANNIHILATION en maîtrise d’ailleurs les fondamentaux sans doute mieux que bon nombre de formations de Thrash pur. Il suffit d'écouter cette spectaculaire tuerie qu'est "Hyrreit" pour s’en rendre compte.

Et ce Thrash, SAVAGE ANNIHILATION le pousse à l'extrême comme le faisaient les pères du Death Metal en leur temps. Une façon de jouer à laquelle nos trois compatriotes nous avaient déjà habitués sur leur album précédent, fort justement intitulé "Cannibalisme, Hérésie Et Autres Sauvageries", mais qu’ils peaufinent encore davantage sur ce second opus. Ils n'hésitent d’ailleurs plus à allonger leurs morceaux. Alors qu’il y en avait huit, hors instrumentaux, sur leur premier L.P., il n’y en a désormais plus que cinq sur le deuxième… Car deux d’entre eux dépassent les huit minutes ! Et SAVAGE ANNIHILATION n’y joue pourtant ni Doom, ni Prog.

Non, c'est bien du Death Metal, à l’ancienne, sinistre au possible, au premier degré assumé, et violent, bien sûr, que nous assène la formation. “Huit minutes à subir du Death, ayez pitié”, vous entends-je déjà gémir. Sauf que c’est plutôt de plaisir (auditif) qu’on gémit, à l'ouï de "Par-Delà Les Dunes De Cadavres" et du morceau-titre. Ces deux pièces fourmillent d'idées qui font mouche et permettent de ne pas s’emmerder une seconde à leur écoute. Déjà, les riffs y sont béton… Et légion. De quoi bâtir plusieurs autres morceaux autour d’eux, mais SAVAGE ANNIHILATION a eu l’audace de les cumuler.

En une minute de "Par-Delà Les Dunes De Cadavres", par exemple, le groupe en balance déjà deux, puissants à souhait, sur deux tempi bien différents, l’un moyen, l’autre plus rapide. Et deux ou trois autres riffs du même tonneau sont à découvrir par la suite. Le passage d’un tempo à l’autre, sur ce titre, est d’ailleurs fort subtil, sans jamais devoir recourir à de franches cassures de rythme. SAVAGE ANNIHILATION est un poids lourd à la boîte de vitesse remarquablement étagée, ce qui lui permet de tenir la distance huit minutes durant sans gaspiller trop de carburant ni obliger à trop d’efforts l’auditeur qui tente de le suivre.

Son Death Metal paraît rouler tout seul mais c’est qu'en réalité, il est conduit de main de maître. Par voie de conséquence, il se laisse écouter confortablement, en dépit de son indéniable violence. Le Death de SAVAGE ANNIHILATION groove très fort aussi, parfois, au cœur de "Organe Après Organe" par exemple ou sur le final de "Quand S'Abaisse La Croix Du Blasphème". Après de très nombreuses écoutes, attentives et méticuleuses, l’on saisit bien ce qui fait la force du trio montargois : l'unité remarquable dont font preuve ses membres dans l'interprétation des morceaux.

Nul, pas même Dave Chaigne au chant et à la guitare, ne cherche à tirer la couverture à lui. Y compris au moment des soli, qui semblent surgir du cœur-même des morceaux, tels des langues de lave des entrailles d’un volcan, et n’ont jamais l’air d’être collés artificiellement au hasard des compositions. Cette cohésion indéniable est également, de fait, la grande qualité de ce deuxième album. Si vous ne connaissiez pas encore SAVAGE ANNIHILATION, c’est donc le moment de les découvrir car voilà sans doute l’un des plus éminents représentants du Death Metal à l’ancienne de l’Hexagone. Et si vous pensez encore que le Death pur et dur n’est pas de la musique, faites confiance à ces trois artilleurs pour vous démontrer le contraire.

A lire aussi en DEATH METAL par T-RAY :


EXHUMED
Death Revenge (2017)
Un concept album inattendu !




BENIGHTED
Dogs Always Bite Harder Than Their Master (2018)
E.P. anniversaire garni comme un album !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Dave Chaigne (guitares, vocaux)
- Mickaël 'mike Savage' Chaigne (batterie)
- Benoît 'bono' Jean (basse)


1. Dévorante Dégénérescence Anthropophage
2. Par-delà Les Dunes De Cadavres
3. Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème
4. Organe Après Organe
5. Hyrreit
6. Le Tombeau De L'atrocité



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod