Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (177)
 Bandcamp (285)

PALLBEARER - Heartless (2017)
Par JEFF KANJI le 1er Novembre 2017          Consultée 763 fois

Le printemps est l'occasion de retrouver le quartette Doom qui attire bien des regards (à raison) depuis la sortie de son excellent premier album "Sorrow And Extinction". PALLBEARER semble pour le moment suivre la voie habituelle des grands du Metal en suivant à la lettre le paradigme premier album détonnant – deuxième disque plus sage mais asseyant la personnalité du groupe et sa venue sur le marché – troisième album coïncidant avec une forme de consécration.

Avec "Heartless", PALLBEARER en est vraiment là. Dissimulant ses sept pièces Doom sous un artwork à l'ancienne (Heartless, a long playing record by PALLBEARER) qui rappelle les plus belles heures du 33 tours, PALLBEARER, en moins de dix ans d'existence et trois albums (les gars, c'est un groupe de Doom, faut pas vous attendre à la productivité d'un BUCKETHEAD), a livré trois belles galettes présentant des qualités différentes qui font montre d'une montée en puissance constante.

Si le premier conservera a priori pour la postérité un côté plus orthodoxe, il apparaît clairement, à l'écoute de "Heartless", que "Foundations Of Burden" n'était qu'un brouillon.
On retrouve quasi transfigurés sur "Heartless" les éléments mis en place sur l'album précédent pour marquer le Doom de la personnalité des natifs de l'Arkansas. Ainsi une des particularités des deux premiers était ce chant, clair, posé et flamboyant à la fois, de passage, entre deux développements mélodiques des guitares. C'est le point qui a le plus évolué sur ce troisième album, les autres éléments s'étant stabilisés. On notera qu'un côté Funeral à la REVEREND BIZARRE a pris nettement plus d'importance, les riffs SABBATHiens allant encore davantage remuer les entrailles de la terre pour mieux porter les mélodies ("Dancing In Madness" est dantesque de ce point de vue). La section rythmique est ultra puissante sans miser sur une production de ouf, et les titres, qui restent dans des standards de durée habituelle, passent à la vitesse de l'éclair. Drôle de dichotomie pour un album de Doom dit traditionnel. À cet égard, même si je l'ai déjà fait, je dois une nouvelle fois mentionner le fabuleux travail de Joseph D. Rowland à la basse, où l'équilibre entre le gras et la fuzz est d'une perfection rare ("Heartless"), même s'il est cette fois-ci davantage couvert par les guitares.

Il faut dire que PALLBEARER choisit de nous prendre à la gorge dès les premières mesures de "I Saw The End" et de ne plus nous lâcher la jugulaire avant les derniers râles instrumentaux de "A Plea for Understanding".
Outre une signature prestigieuse sur Nuclear Blast, qui ne manquera pas de lui apporter une exposition largement méritée, PALLBEARER, a sorti un "Heartless" presque catchy, en ayant, par un twist relativement prévisible, mis le chant davantage au premier plan, ce qui constitue selon moi un pari gagnant, Brett Campbell et ses acolytes délivrant des mélodies mélancoliques et lancinantes qui apportent la lueur pâle sur les mornes forêts explorées, le PALLBEARER plus instrumental reparaissant en fin d'album sur le titre éponyme.

Et puis surtout, en introduisant un peu plus de clavier (toute la première partie de "Dancing In Madness", "A Plea For Understanding"), PALLBEARER se pare de teintes ANATHEMA-esques. J'espère sincèrement qu'il y aura encore davantage de passages de ce genre sur le successeur de "Heartless" vu la profondeur que ça apporte au Metal lancinant des Américains. Toujours aussi Doom, mais presque Atmo par moments, PALLBEARER est actuellement la formation qui définit à merveille le terme Doom, avec toutes ses ramifications étoffées par le temps.

Et puis les soli de guitare… Pour parachever ce beau tableau, PALLBEARER s'exprime avec autant de finesse et de sensibilité six-cordes à la main, délivrant de planantes mélopées, qui se concentrent sur leur simplicité pour conserver leur pureté, se faisant sans mal leur place dans un mix équilibré où le relief est à l'honneur ; le changement subit de battement sur "Dancing in Madness" à 4:50 ou encore l'alternance de parties plus enlevées très Heavy Metal des origines (on pense à CATHEDRAL) sur "Cruel Road" avec les passages plus pesants où les riffs agissent sur l'environnement sonore comme des plaques tectoniques, sont autant d'exemples qui m'ont parlé instantanément.

Et comme parfait représentant de son genre, PALLBEARER m'a demandé du temps. Il ne faiblit pas sur la longueur mais moi si. Il m'a fallu patienter pour aller au-delà de la très belle surprise des premières écoutes, laisser cet album mûrir, au fur et à mesure que les minutes défilaient, ne pas me faire couper les jambes par les pièces quatre à sept qui viennent après une première partie d'album qui enchaîne les idées rapidement. Mais "Heartless" mérite cette patience, s'affirmant comme le meilleur opus de PALLBEARER jusque-là, et peut-être le seul disque de Doom que j'écouterai autant cette année, tant il se suffit à lui-même.

A lire aussi en DOOM METAL :


ESTATIC FEAR
Somnium Obmutum (1996)
Doom atmosphérique folk et mélancolique




The 3RD AND THE MORTAL
Tears Laid In Earth (1994)
Doom précieux et chanteuse sublime.


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Joseph D. Rowland (basse, claviers, chant)
- Devin Holt (guitare, chant)
- Brett Campbell (guitare, chant, claviers)
- Mark Lierly (batterie)


1. I Saw The End
2. Thorns
3. Lie Of Survival
4. Dancing In Madness
5. Cruel Road
6. Heartless
7. A Plea For Understanding



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod