Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2016 The Party's Over
2017 Prophets Of Rage
 

- Membre : Audioslave
- Style + Membre : Cypress Hill, Rage Against The Machine
 

 Site Officiel Du Groupe (64)

PROPHETS OF RAGE - Prophets Of Rage (2017)
Par FENRYL le 20 Octobre 2017          Consultée 1885 fois

Nous sommes tous capables de citer trois à cinq albums que l'on a véritablement usé. Vous savez, ce genre de galette que l'on a bouffé, mis en "repeat", dont on a appris les lyrics par cœur, que l'on peut gérer en air guitar, en playback au gimmick près.
Spontanément, si je dois vous citer le premier de setlist, sans hésitation je vous balance "Rage Against The Machine" de… RAGE AGAINST THE MACHINE.
1992, je suis en seconde. Et je succombe. Je demande à ma prof d'anglais de me traduire toutes les paroles (je termine chez le proviseur car elle lui a indiqué que le contenu "explicit lyrics" l'inquiétait à mon sujet… Véridique, je vous jure…).
Bref, j'ai été littéralement possédé par la nouveauté, le son, la rage, et le charisme de cette team. Mon fils aîné s'appelle Tom, en hommage à Morello. C'est vous dire à quel point je suis addicte.

Mais qui aurait pu croire que l'arrivée d'un idiot complet à la tête de la plus grande puissance du monde allait remettre la machine en route ? Je dois donc remercier cet incompétent d'avoir remis en selle six artistes (dont un DJ, bien peu présent ici) réunis en mode "Super héros le poing levé aka MARVEL/DC" contre le vent nauséabond arrivant sur leur pays. La tournée "Make America Rage Again" était née, sans Zakk mais avec B-Real (CYPRESS HILL) et Chuck-D (PUBLIC ENEMY).
2017, le groupe continue son combat en enchaînant avec un "Make The World Rage Again Tour" avec une trentaine de dates, dont un passage de malade au Hellfest 2017 (j'y étais of course), avec tout naturellement un premier single "Unfuck The World" accompagné d'une vidéo réalisée par mister Michael Moore himself, excusez du peu !
Septembre 2017, l'album éponyme est donc enfin là…
Tout ce cirque pour tenter de garder mon calme et de ne pas faire ma groupie de base. Dur les ami(e)s, je vous assure...

RAGE AGAINST THE MACHINE a disparu, est réapparu, s'est perdu. C'est un fait.
Ce qui bluffe après tant d'années, c'est bien que le trio de musiciens n'ait jamais lâché l'affaire, sans leur frontman. Si AUDIOSLAVE a pu surprendre, le projet PROPHETS OF RAGE était une issue par contre totalement prévisible. Il suffit de se reporter à la compilation "Renegades" (2000) puis ensuite au DVD "Live At The Grand Olympic Auditorium" (folie pure) où déjà CYPRESS HILL était de la partie, en guest…
Il est ici question de morceaux originaux : de la création et plus de covers à gogo. Retour aux fondamentaux.
Et là, tu le sens le vent du boulet, le froid de la lame de l'épée de Damoclès… Quand on est un "supergroupe" (et l'Histoire pourra nous le confirmer bien des fois malheureusement), on se doit de pondre une bombe, que dis-je, une merveille pour trouver un tant soit peu de crédit auprès des fans.
La setlist annonçant douze titres donc se révèle assez vite déséquilibrée : on cherche des brûlots, des textes vindicatifs presque en vain… J'ai lu avec énervement que PROPHETS OF RAGE n'était qu'un groupe de gauchistes contestataires ! Bordel, ils contestent oui, mais qui peut être surpris des partis-pris du groupe depuis… RATM !?!
Justement, on ne va pas assez loin dans ce sens à mon goût. Les quelques couplets forts sont noyés dans une certaine répétitivité qui dilue l'ensemble.
Je ne vais pas m'étendre sur les morceaux de remplissage : le raté et ridicule "Legalize Me" proche d'un RED HOT CHILLI PEPPERS tout comme "Hands Up" ou "Take Me Higher". On sent l'influence des deux rappeurs qui ont ici mis en avant leur consommation et pratique perso (et là, moi je bloque direct).
Non, je préfère vous dire que "Unfuck The World" est vraiment excellente, grâce aux phrasés de B-Real, si nasillard, répondant à Chuck-D et aux talents des musiciens, tout comme "Strength In Numbers" qui fait du très bon fan service.
On quitte la facilité RATM-like avec un "Radical Eyes" (jeu de mots sympa) accrocheur, tout comme "Living On The 110" et "Hail To The Chief" aux refrains entêtants !
On pensera parfois à "Sleep Now In The Fire" (écoutez du côté de "Who Owns Know") et quelques autres liens avec RAGE AGAINST THE MACHINE.

"Prophets Of Rage" et ses onze titres (et un instru) laisse un goût d'inachevé. Vraiment.
Cet album n'est pas un ratage, il procure son lot de bons moments. On sent que la mayonnaise a failli prendre à de multiples reprises… Mais seulement.

Je retiens clairement deux points :
- Les musiciens permettent indéniablement à l'ensemble d'être bon car ils sont juste brillants. Cette section rythmique est toujours aussi démente (avec le temps comment les prendre en défaut ? Ces mecs doivent se connaître par cœur et pouvoir jouer les yeux fermés sans aucun problème). Mais comme toujours, c'est Tom Morello qui rafle la mise avec son insolente créativité à la guitare. Sa fusion des genres est hallucinante et semble pondre une idée par riff et par titre (je vous recommande sur le Tube de mater sa vidéo entretien sur les riffs de sa vie avec Nikki Sixx ; ultra instructif). Quand expérimentations avec une six-cordes rime avec performances musicales, on reste émerveillé comme un gamin.

- C'est bien Zakk qui procurait la Rage de RAGE AGAINST THE MACHINE. La preuve évidente en est faite ici. B-Real et Chuck-D font le taf mais impossible de retrouver sa puissance, sa férocité qui donnait à sa prose et son débit ce charme, cette émotion et ce charisme à vous dresser les poils… Son absence semble dénaturer ici le propos même s'il faut bien garder à l'esprit que ce n'est plus RATM !

POR nous propose donc au final un bon album, tout juste et sans plus. Je ne ferai pas partie de ceux qui parleront d'un coup "marketing". Le trio de musiciens a toujours voulu porter des messages de révolte, PROPHETS OF RAGE représente un nouveau moyen. Reste à voir si le temps est une option pour ce "projet" ou s'agit-il déjà d'un one shot ? On est en droit de se le demander.
Lot de consolation sans grande originalité en somme à de rares fulgurances près.

À voir live en tout cas, croyez-moi (pour les reprises de RATM, je sais, on ne se refait pas !!). Je ne reprocherai JAMAIS à un tel trio de faire ce qu'il sait faire de mieux !!!

Note réelle : 2,5/5 arrondie au supérieur car faut pas déconner tout de même.


Top : "Unfuck The World", "Strength In Numbers", "Radical Eyes", "Living On The 110", "Hail To The Chief".

A lire aussi en FUSION par FENRYL :


DOWNSET
Downset (1994)
Pas content, mais alors pas du tout, DOWNSET...




INFECTIOUS GROOVES
The Plague That Makes Your Booty Move (1991)
SUICIDAL TENDENCIES se met au Funk... Tout bon


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   FENRYL

 
   ALANKAZAME

 
   (2 chroniques)



- B-real (chant)
- Chuck-d (chant)
- Tom Morello (guitare)
- Brad Wilk (batterie)
- Tim Commerford (basse)
- Dj Lord (platines)


1. Radical Eyes
2. Unfuck The World
3. Legalize Me
4. Living On The 110
5. The Counteroffensive
6. Hail To The Chief
7. Take Me Higher
8. Strength In Numbers
9. Fired A Shot
10. Who Owns Who
11. Hands Up
12. Smashit



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod