Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK GOTH  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



DISMAL EUPHONY - All Little Devils (1999)
Par DARK BEAGLE le 15 Juillet 2017          Consultée 408 fois

DISMAL EUPHONY. Voilà un nom de groupe bien singulier. Ce n’est pas un oxymore, mais nous ne sommes pas très loin finalement. Les Norvégiens n’ont certainement jamais su comment composer une musique réellement en adéquation avec leur nom et ce n’est pas ce "All Little Devils" qui va changer grand-chose à cette grande équation aux inconnues multiples. Troisième véritable album du combo, ce disque marque de nombreux changements : changement de chanteuse, changement de label, changement de son. Et si, quelque part, tout était vain, futile et que l’évolution ne servait à rien ?

DISMAL EUPHONY pratique une espèce de Black Metal avec des des touches Atmo et surtout Gothiques. Les premiers efforts étaient à rapprocher du DIMMU BORGIR des débuts, le talent d’écriture en moins. Pour "All Little Devils", la formation sort du carcan de Massacre Records pour rejoindre l’écurie Nuclear Blast, qui était déjà un très gros label à cette époque avec de nombreux groupes en devenir sur son catalogue. Les musiciens ont donc décidé de faire peau neuve à l’occasion et changent de chanteuse. Exit donc Linn Achre Tveit, bienvenue à Anja Natascha. Le groupe se défait également de son ancienne claviériste, Elin Overskott, qui connaissait des problèmes de drogues qui finiront par avoir sa peau en 2004, hélas.

Les Norvégiens vont profiter des talents de Waldemar Sorychta (GRIP INC. et surtout producteur à succès de The GATHERING, TIAMAT ou encore MOONSPELL) à la production et cela va leur permettre de franchir un palier dans leur son, plus pur, plus propre. Ici, les guitares sont plus lisses, elles ne crachent plus, le clavier se dégage d’un son Bontempi que l’on croirait piqué à Varg époque « je suis au trou, mais je me prépare à devenir survivaliste ». Pas très true tout ça diront les esprits chagrins, mais le but de DISMAL EUPHONY ici est clairement de s’affranchir d’un style pour évoluer, grandir et enfin briller sur la scène européenne.

Ainsi, DISMAL EUPHONY n’est plus tout à fait du Black Metal, disons plutôt une version Canada Dry de ce dernier. Il y a toujours des artifices liés à ce genre, comme la voix masculine, assez typique, quelques riffs qui vont dans ce sens, un clavier présent pour distiller une ambiance lugubre, mais cela, on le retrouve également dans le Metal Gothique. En fait, DISMAL EUPHONY rend sa musique plus mainstream sans pour autant affoler le grand public (ou plutôt si, ça les affolerait façon « oh mon Dieu, le Metal, c’est du bruit !  »). Il faut dire, on retrouve quand même pas mal de mélodies assez posées tout au long de ce disque ("Rage Of Fire") qui permettent d’apporter un vrai relief.

Certaines idées sont intéressantes, comme "Days Of Sodom" où les deux chanteurs se livrent à un dialogue et pourtant, on va être confronté directement à un problème récurrent de cet album : la voix de Anja Natascha peut rapidement devenir irritante. Contrairement à Linn Arche Tveit, elle a tendance à en faire un peu trop par moments. Elle prend de la place, beaucoup de place en somme et quand elle décide de crier, elle ruine tous les effets qu’elle peut produire quand elle se maîtrise ("Victory").

De ce fait, l’album s’écoule sur une espèce de faux rythme. Il y a de bonnes idées disséminées çà et là, derrière un riff, une intervention au clavier, une interprétation un peu inattendue. Pourtant, le groupe arrivera toujours à se tirer une balle dans le pied. Un peu moins que sur les opus précédents, nettement moins que sur le suivant, qui lui, sera réellement un désastre sur tous les points ou presque. "All Little Devils", c’est en fait un constat amer. Un constat d’impuissance d’une formation qui tente sa chance, qui profite de changements en son sein et dans son entourage pour oser de nouvelles choses mais qui malheureusement se conforte dans des choix toujours très discutables. De la vague de Black norvégien, il est peut-être pas le plus mauvais élève, mais peut-être bien l’un des plus dissipés. Euronymous doit se donner des coups de couteau de dépit.

Que dire de plus de ce "All Little Devils" ? Qu’il est probablement le meilleur album de DISMAL EUPHONY. Bonjour tristesse, comme aurait dit Françoise. Une tentative de sortir du lot, de se risquer à se forger une identité et finir par ressembler à du très mauvais ANCIENT par moment. Il ne manque pas à ce groupe une originalité, mais un savoir-faire. Pourtant, ce disque est loin d’être dégueulasse à écouter. Comme dit plus haut, il y a des idées, souvent bonnes, qui se prennent les pieds dans le tapis et qui finissent parfois par s’étaler lamentablement, mais quand elles tiennent le coup malgré tout, on se retrouve confronté à des titres pour le moins convaincants à défaut d’être géniaux. Tout un paradoxe, mais un véritable sentiment d’échec surtout.

Note réelle : 2,5/5 boostée à 3.

A lire aussi en BLACK METAL :


SATYRICON
Rebel Extravaganza (1999)
Le monde moderne vu à travers des yeux black

(+ 1 kro-express)



ANAAL NATHRAKH
Desideratum (2014)
Là, on tient un gros poisson


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Anja Natascha (chant)
- Ole K. Helgesen (chant, basse)
- Frode Clausen (guitare)
- Kristoffer V. Austrheim (batterie)


1. Days Of Sodom
2. Rage Of Fire
3. Victory
4. All Little Devils
5. Lunatic
6. Psycho Path
7. Shine For Me, Misery
8. Scenario
9. Dead Words



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod