Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Accept, Scorpions
- Membre : Manilla Road
- Style + Membre : Trancemission
 

 Site Officiel (20)
 Myspace (13)
 Facebook (13)

TRANCE - The Loser Strikes Back (2017)
Par GEGERS le 31 Mai 2017          Consultée 840 fois

Il y a vraiment des retours que, sans parler de les souhaiter, nous n'envisagions même pas. TRANCE, franchement. Qui se souvient encore de TRANCE ? Le groupe allemand, auteur de trois albums prometteurs dans la première moitié des années 80, s'est porté un temps, il est vrai, en grand espoir de la scène Heavy germanique. Et puis, après quelques escarmouches disparates dans le courant des années 90, le groupe a mis la clé sous la porte, faute de succès. Pour beaucoup, il était admis que TRANCEMISSION, fondé par le chanteur Lothar Antoni et le guitariste Adreas Meyer au début des années 2000 (en réalité, un album de TRANCE fut publié sous le nom TRANCEMISSION en 1989 pour de complexes histoires de droits) s'imposait de lui-même comme le successeur naturel de la formation initiale. Après tout, il faut bien reconnaître que le chanteur est en grande partie responsable de l'identité sonore de son groupe. Mais c'était sans compter sur deux anciens membres non conviés à faire partie de l'aventure TRANCEMISSION (ou qui ont décliné l'offre), le guitariste Thomas Berger et le bassiste Thomas Klein, qui sont bien décidés à remettre le couvert, plus de 21 ans après la sortie du dernier album estampillé TRANCE.

A leurs côtés, une poignée de nouvelles têtes, parmi lesquelles le batteur Neudi (MANILLA ROAD) et le chanteur Joe Strubel, dont le principal fait d'armes est de faire également partie d'AC/ID, tribute band d'AC/DC. Ensemble, l'équipée belle propose "The Loser Strikes Back", un album de Hard/Heavy qui prend son temps, et qui, sans donner l'impression de forcer, dépasse de la tête et des épaules toutes les réalisations récentes de désormais "concurrents" TRANCEMISSION. Un album "qui prend son temps", car les compositions ici proposées dépassent quasiment toutes la barre des cinq minutes. L'album n'est pas lancinant pour autant, et les rythmes se font variés, suffisamment en tous cas pour que l'on ne ressente pas de longueur ou de propos inutile sur les 56 minutes que dure l'album.

"Thunderbird Rising" met d'entrée les pendules à l'heure, en proposant un riff Heavy typique des années 80, énergique et percutant. La production, brute et rugueuse, à l'image du chant, se voit tout juste adoucie par une basse ronde qui apporte une belle profondeur à l'ensemble. Pas de faux semblants, TRANCE ne nous revient pas diminué ou amoindri par des années d'inactivité. Il y a ici de l'envie, de la conviction et du talent. Et puis, si le style pratiqué est "vieux", il ne sonne pas ici daté. Si le mid-tempo "I Want to Live" nous fera mentir sur ce point, la majeure partie de l'album génère plutôt une sympathique impression de nostalgie plutôt qu'un amer sentiment de passéisme.

On pense souvent à style de jeu d'Axel Rudi PELL sur cet album, le morceau-titre "The Loser Strikes Back" et le titre fleuve (11 minutes) "Trust and Glory" évoquant l'univers du musicien. A nouveau, sur ces morceaux, les mélodies se font inspirées et "puissantes", et les ambiances travaillées. Le brulôt "Live and Heavy", mélange réussi entre MOTÖRHEAD et WARLOCK, cristallise malgré sa courte durée tout le savoir-faire de ces vieux briscards qui ne rougissent pas de leurs cheveux grisonnants et se déchaînent comme des gamins prêts à conquérir le monde. Même la ballade, généralement exercice "obligé" et point faible de ce genre d'album, est une indéniable réussite. "Finding You", qui clôture l'opus, se fait en effet fort bien dosée et se voit agrémentée d'un refrain superbement épique. On regrette simplement la tendance de Joe Strubel à se faire ici trop criard, alors que sa voix se fait plus en place sur les autres morceaux de l'album.

On retire de cet album le sentiment du devoir accompli. TRANCE, avec cet album du retour, ravive notre intérêt pour les sorties antérieures du groupe tout en se faisant résolument actuel et n'ayant pas à se sentir inférieur aux groupes plus jeunes œuvrant dans un style similaire. De plus, en enterrant les albums de TRANCEMISSION, Berger et Klein nous laissent à penser que l'âme du groupe se trouve bien entre leurs doigts. Un retour inattendu à célébrer.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


KING LEORIC
Lingua Regis (2013)
Teutonic terror




BLOODBOUND
Stormborn (2014)
L'enfer est né au paradis !


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Joe Strubel (chant)
- Markus Berger (guitare)
- Eddie St. James (guitare)
- Thomas Klein (basse)
- Andreas „neudi“ Neuderth (batterie)
- Jens Gellner (batterie)


1. Thunderbird Rising
2. I Want To Live
3. Star Invaders
4. Loser
5. Live And Heavy
6. The Loser Strikes Back
7. Open Skies
8. Trust And Glory
9. Finding You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod