Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLO/FOLK  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


WORMWOOD - Ghostlands - Wounds From A Bleeding Earth (2017)
Par MEFISTO le 21 Mai 2017          Consultée 1118 fois

J'ai d'abord considéré le nouveau quintette suédois WORMWOOD comme un bestiau Folk Extrême, car il est clair que "Ghostlands" évoque davantage l'appréhension et/ou l'après-bataille que l'échauffourée elle-même. Il se dégage de cette musique un truc complètement bluffant qui a agi comme un écran durant un gros mois entre ma perception du truc et la réalité. Et cette réalité, mes chers amis, c'est que WORMWOOD, à son premier album, jouit déjà d'une profondeur de vétéran et d'une capacité de création incroyable.

"Ghostlands" est à n'en pas douter un excellent skeud de Black Mélo. N'oublions quand même pas que ce barde forestier est empreint d'une sérénité et d'une énergie que l'on ne peut trouver ailleurs que dans le Folk, qu'il ressorte dans les instruments ou l'atmosphère, la motivation. WORMWOOD fait surtout partie de la seconde catégorie – même si des instruments folk sautillent ici et là – et son Black Mélo unique, oserais-je écrire, nous fout un tel sourire au visage qu'on ne peut conclure autrement. Les Suédois sont aux antipodes de l'Enfer ou des démons de la société moderne, leurs cavalcades et leurs balades respirent la sève, la sueur, la chlorophylle et le houblon.

Plus l'album avance et moins les doutes subsistent sur cette personnalité si attachante. Le violon apporte certes une touche colorée et le duo de chant féminin injecte une dose de rêve dans l'ensemble, mais c'est le happy Black musclé à la finlandaise que déploie WORMWOOD sur plusieurs morceaux tels que "Tidh Ok Odhe" qui trahit sa provenance – le nord – et ses influences. Ne perdons pas de vue que "Ghostlands" est un tremplin, alors toutes les attaches sont encore bien prises et au vu de tous. Cela ne devrait pas nous déranger cette fois tellement WORMWOOD est bon et excelle sur toutes les facettes, le riff, la mélodie, le solo, le chant, les chœurs épiques, les rythmiques, les ambiances, etc. On a l'impression d'écouter un best of des enseignements de MOONSORROW à FINNTROLL, de MÅNEGARM à THYRFING ! Il a aussi les atouts d'un Norvégien en colère et d'un Islandais jouant les conquérants au pic d'une montagne ; sa musique est terreuse, bien ancrée dans les racines de son territoire, mais elle expulse également des rafales d'air salin.

Le jeune WORMWOOD en a donc énormément dans la besace pour ravir les fans de Viking, de Black, Mélo ou non, d'immensité, de puissance, de spiritualité, d'intensité et de lyrisme. "Ghostlands" ne souffre pas non plus de redites, chaque pièce a son identité, ce qui est un petit exploit pour un premier album, surtout à 12 pistes et 58 minutes. Amputez 3:30 pour deux instrumentales et vous engouffrez 55 minutes de ce qui pourrait devenir le son emblématique du nord, celui qui remplacera un MOONSORROW princier par exemple. Certes, les Suédois sont encore en train de creuser leur niche, ils ont soif et tirent à boulets rouges sur tout ce qui bouge, mais il y a une telle maturité dans cette volée de bois magnifiquement produite, qu'on a peine à croire que ça prendra dix ans au combo pour se hisser au sommet. Je prévois deux albums comme ça tout au plus et WORMWOOD sera prêt à être couronné. Il possède la marque des grands, celle marquée par la hargne de la victoire et la sensibilité devant l'art, la création.

WORMWOOD voit grand, joue grand et a tout l'avenir devant soi. Son chahut apporte une fournée d'espoir divine dans plusieurs créneaux et personne ne s'en plaindra. J'encourage le quintette à poursuivre son festin à de nombreuses auges, car tout ce qu'il touche sur "Ghostlands" se transforme en or.

Pourquoi pas de Sélection ? La liste d'attente est trop longue et WORMWOOD m'a assez fait tourner en bourrique comme ça !

Note : 4,44/5. Bah ouais.

Podium : (or) "Tidh Ok Odhe", (argent) "To Worship", (bronze) "The Universe Is Dying".

Indice de violence : 2/5.

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


THULCANDRA
Ascension Lost (2015)
Longue vie à la mort !




KEEP OF KALESSIN
Reptilian (2010)
Le reptile est prêt à mordre...


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Borka (basse)
- Johtun (batterie)
- Nox (guitare)
- Rydsheim (guitare)
- Nine (chant)


1. Gjallarhornet
2. The Universe Is Dying
3. Under Hennes Vingslag
4. Godless Serenade
5. Oceans
6. Silverdimmans Återsken
7. Tidh Ok Odhe
8. Beneath Ravens And Bones
9. The Windmill
10. What We Lost In The Mist
11. The Boneless One
12. To Worship



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod