Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/DEATH MÉLO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Facebook (143)
 Myspace (71)

MIGHTIEST - Sinisterra (2016)
Par MEFISTO le 21 Mars 2016          Consultée 2364 fois

Quelle belle histoire que celle de MIGHTIEST. Fondé en 1994, le combo allemand sort son premier album… 22 ans plus tard ! Je ne me souviens pas avoir vu un tel écart entre la fécondation et la naissance d'un petit Damien dans notre univers métallique. C'est quand même incroyable de patienter aussi longtemps pour trouver un label digne de ce nom capable de nous endosser. Remarquez que plusieurs excellents groupes tels que MARTRIDEN se sont bâti une solide carrière sans label, alors… Mais qu'a bien pu foutre MIGHTIEST pendant tout ce temps, afin de débouler en 2016 dans la Sélection de NIME ? Même chose que les autres : des splits, des EP et des démos, pardi !

On se retrouve ainsi au printemps 2016 avec une mandale de tous les diables dans la gueule. La gestation, pour ne pas dire la macération, a été si longue et douloureuse que le quintette a expulsé son rejeton avec une puissance titanesque. Un rejeton Black/Death Mélodique au son éclatant, à l'approche originale et à la profondeur incommensurable. Je vous offre "SinisTerra", bande de Romains !

Je suis un peu surpris de voir l'accueil que réservent certains sites de chroniqueurs aux nouveaux groupes. Certains sont si vieux jeu qu'ils perpétuent l'approche prudente et n'osent pas accoler les quatre étoiles à une recrue par principe, comme certains profs n'oseront jamais donner la note parfaite à un élève, prétextant que la perfection n'existe pas. Ça se défend, mais c'est ringard. Alors quand je vois des 5/10 ou des 6/10 forcés pour ce "SinisTerra", je me dis que plusieurs de mes homologues ont de la merde dans les oreilles, doublée d'un mauvais goût et d'une mauvaise foi en fer forgé. Car ce qu'on entend sur ce disque, c'est le tonnerre, c'est le marteau assommant l'enclume, c'est un étalon noir qui rue dans les brancards du Black Mélo en y apportant des ingrédients rafraîchissants.

Le chant d'abord. Oliver Orzel est tout simplement monstrueux. Les trucs qu'il arrive à faire avec sa voix, les variations d'intonations, le registre qu'il couvre… Y'a pas à dire, c'est un instrument à part entière dans cet orchestre intense. Cela faisait des lunes que je n'avais pas ressenti une telle présence de la part d'un frontman à la voix caverneuse, qui n'hésite pas à muter en un fou furieux de temps à autres, question d'ajouter une tranche à ce mille-feuilles déjà riche.

Ce qui ressort comme un geyser par la suite de cette "Terre sinistre", à part bien sûr le bloc compact batterie-section rythmique-prod' en kevlar, est le duo guitares mélodiques et nappes de synthé qui, sur chacun des six morceaux, a un hameçon à nous planter dans le palais. Prenez la folle "Devour The Sun" par exemple ; l'intensité de ce morceau prend aux tripes dès les premiers accords grâce à un riffing de malade, une mélodie imparable et une lourdeur ambiante qui ne laisse aucune place au doute. Jusqu'à ce que la finale éblouissante lâche ses derniers soupirs, on se demande bien ce que les Allemands nous réservent pour la suite, car on peut difficilement faire mieux comme entrée en matière. Les dés sont jetés, les balises sont fortement ancrées, on est en proie à un degré de stimulation assez élevé.

Et ce sera ainsi pendant 48 minutes, je vous préviens. MIGHTIEST porte son nom à merveille, car il nous balance des éclairs dans les oreilles à chaque tournant. Certes, il baisse un peu sa garde sur les quelconques "Soular Eclipse" ou "The Purifire", mais on parle de quelconque haut de gamme, alors ne vous en faites pas, c'est assez divertissant pour obtenir aisément la note de passage. Vous remarquerez aussi que "SinisTerra" contient quelques aérations plus douces s'approchant du Heavy, comme sur "Animalevolence", pièce en montagnes russes qui offre d'excellentes rythmiques. Idem pour "Soular Eclipse", qui pourrait jouer le rôle de défoulement entre les deux pièces maîtresses de l'album. "SinisTerra" et son refrain brûlant nous inflige une progression irrésistible, dont le paroxysme est atteint dans une cavalcade virevoltante s'achevant dans une orgie mélodique aérienne que vous réécouterez en boucle. Quelle pièce ! Dix minutes magistralement équilibrées. L'argent revient à "Oceanic Empires", la plus curieuse des six pièces, dont les sonorités prouvent que MIGHTIEST déborde d'imagination. Le chant versatile d'Orzel, les percussions diverses et le synthé épique se mélangent dans un lourd cocktail des plus étonnants. Ça donne envie d'en venir aux poings et de planer, de quoi vous déboulonner les certitudes !

Je pourrais m'étendre encore des heures, mais vous aurez compris que les Allemands m'ont complètement pris par surprise avec cet album que personne n'attendait. Eux l'espéraient depuis longtemps, comme des parents n'arrivant pas à se reproduire. Le miracle est enfin arrivé et c'est sous cette forme appréciable, luisante et vigoureuse qu'il se présente la tête haute et fière.

Un très gros 4/5 qui permettra à MIGHTIEST de marquer les esprits longtemps, même si son aventure devait cesser après ce seul et brillant album. Mais bordel qu'on ne le souhaite pas.

Podium : (or) "SinisTerra", (argent) "Oceanic Empires", (bronze) "Devour The Sun".

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


THULCANDRA
Ascension Lost (2015)
Longue vie à la mort !




UNLIGHT
Antihelion (2016)
Du bon vin, mélodique et râpeux.


Marquez et partagez






 
   MEFISTO

 
  N/A



- Christoph (batterie)
- Simon Breitenfeld (guitare, basse)
- Oliver Orzel (chant)
- Andreas 'ral' (guitare, synthé)


1. Devour The Sun
2. Animalevolence
3. Sinisterra
4. Soular Eclipse
5. Oceanic Empires
6. The Purifire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod