Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLO/SYMPHO  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dissection

HYPERION [SWE] - Seraphical Euphony (2016)
Par MEFISTO le 13 Avril 2016          Consultée 1943 fois

On ne tarit pas d'éloges envers DISSECTION, ce groupe demeurant aussi culte que référentiel. Étant chroniqueur de Black avant tout, je suis assez bien placé pour savoir que dès qu'une jeune formation s'attaque à l'édifice du Black Mélo, la comparaison facile et automatique arrive comme un TGV. La question est alors : est-ce que ce groupe plagie ou essaie de rendre hommage à la légende en implantant ses racines et son inspiration ? Dans le cas des Suédois d'HYPERION, il est clair que la deuxième option est de mise. La pluie de critiques positives à son endroit le prouve. Gare à celui qui s'élèvera contre lui !

Oui, "Seraphical Euphony" rappelle DISSECTION dans certaines ambiances épiques, dans des riffs véloces et plusieurs mélodies, en plus de la guitare sèche mélancolique. Sauf qu'HYPERION est beaucoup plus que ça : sa production moderne supporte un Black Sympho de qualité, une batterie pas mal plus dérouillée et, finalement, une tonne d'influences. L'aura d'un Death Mélo bagarreur n'est jamais loin également.

Au fil des plages et des écoutes, on oublie la comparaison, je vous le garantis. HYPERION se dévoile petit à petit comme un combo tanguant sur la mince frontière entre les références mélodiques du genre et les envolées atmosphériques et homériques des ténors symphoniques. Les nombreuses respirations à la sèche (qui sonne parfois comme une mandoline !) et au synthé témoignent d'un souci du détail qu'on ne rencontre pas souvent chez un jeune groupe.

La construction de l'album est aussi fameuse. Trois morceaux de présentation déboulent après une intro instrumentale et culminent avec la solide pièce-titre aux synthés old school. Le ton est donné. On a le temps de bien intégrer, notamment grâce au début instrumental de "Moral Evasion", qui agit comme un interlude, et surtout, on a hâte de replonger pour la seconde moitié. Et HYPERION ne déçoit pas en grattant, bûchant et bourdonnant avec férocité. La sèche, décidément très DISSECTION, n'est jamais loin, pour qu'on se souvienne que devant ce visage motivé s'interpose un masque issu du passé. Sauf que c'est davantage les riffs vicieux et incendiaires, les solos et mélodies des trois guitaristes qui nous resteront en tête. Le crieur de service n'est pas mauvais non plus, enfin, il se cale dans la moyenne.

Pour un combo dont les membres étaient pratiquement inconnus au bataillon, HYPERION a réussi à conjuguer deux époques, ce qui est plus impressionnant que seulement conjuguer les forces de ses zicos ! On est constamment en train de se promener sur la ligne du temps, les échos de nos coups de cœur de jeunesse résonnent tandis qu'un espoir naît dans notre cœur d’admirateur parfois aigri. Certes, les plus jeunes d'entre nous branleront de la queue en lançant des fleurs aux Suédois, croyant qu'ils ont réinventé le Black Mélo made in Scandinavia. Tant mieux si ça les rend heureux, il faut avouer qu'HYPERION et sa cape multicolore nous donne du fil à retordre, analytiquement parlant. Prenons cela du bon côté, "Seraphical Euphony" jouit d'une bonne durée de vie. Certains le proclament déjà album culte, mais je n'irai pas jusqu'à cet extrême.

Donc, que vous l'écoutiez avec des légendes de Black en tête ou des groupes de seconde zone que vous appréciez (j'ai reconnu quelques traits de MYSTIC CIRCLE, tiens), "Seraphical Euphony" est un premier disque surprenant pour HYPERION. Il est si varié, bourré de moments marquants, de couleurs contraires, qu'il devrait plaire à tout amateur de Black, que vous préfériez le Mélo sans fioritures ou le Sympho grandiloquent. C'est là un petit exploit digne des groupes majeurs en devenir.

Comme Lauraéus le chante sur "Blood Of The Ancients", this is the end… or the start of a new beggining.

Podium : (or) "Seraphical Euphony", (argent) "Primal Cosmic Ascendancy", (bronze) "Blood Of The Ancients".

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


UNLIGHT
Antihelion (2016)
Du bon vin, mélodique et râpeux.




SAILLE
Eldritch (2014)
Solide et fier comme ce château


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Anders Peterson (batterie, synthé)
- Erik Molnar (guitare)
- Micke Malm (guitare)
- Harry Lauraéus (chant)
- Raul Vicente (basse)
- Efe Guner (guitare)


1. Remnants Of The Fallen
2. Novus Ordo Seclorum
3. Flagellum Dei
4. Seraphical Euphony
5. Moral Evasion
6. Primal Cosmic Ascendancy
7. Zephyr Of Grace
8. Empyrean Yearning
9. Blood Of The Ancients



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod