Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Medication

UGLY KID JOE - Uglier Than They Used Ta Be (2015)
Par CHAPOUK le 15 Janvier 2016          Consultée 3669 fois

2015 aura été une année plutôt moisie on est d'accord, mais au niveau musique ç'aura été une période fructueuse pour de nombreux groupes qu'on ne pensait plus vraiment revoir sur le devant de la scène un jour. Et UGLY KID JOE fait partie de ceux-là.

Après un break d'une douzaine d'années, le groupe a progressivement repris son activité depuis 2010 et nous a proposé en septembre ce nouvel "Uglier Than They Used Ta Be".
Mais une question se pose alors. Est-ce que ce sont toujours les mêmes gentils ados attardés, tout droit sortis de Wayne's World, qui vont nous chanter quelques trucs sans grande profondeur mais terriblement efficaces, frais et légers qu'on ne rechigne jamais à les écouter un soir d'été à la cool ?

Comme tout le monde les ados ça grandit et les sales gosses n'ont pas échappé à la règle. Alors si vous vous fiez à la pochette, oui on remarque que le gamin mascotte a fait son retour, comme sur celle de "America's Least Wanted", et oui ça peut laisser présager un retour aux sources. Mais les détails sont importants : ce dernier est complètement zombifié. Moi je vois là un petit clin d'œil à leurs débuts et beaucoup d'autodérision made in UKJ : une façon de dire "nous sommes de retour, plus vieux, donc ça sera pas pareil qu'avant, mais toujours Rock'N'Roll".

Et la première piste tend à me donner raison. Malgré son arpège d'intro bien dans le style du groupe et ce côté Californien so 90s, le texte est un peu moins léger. Ça ressemble à une prise de recul de Crane sur sa vie, à une sorte de bilan. On sent que le monsieur a envie de mettre un peu plus de sa patte dans les compos. Et ça se confirme avec "My Old Man", une chanson hommage au père absent (et maintenant décédé) du chanteur. Musicalement ce titre me fait penser à du MOTÖRHEAD dans l'esprit : un Hard Rock mid-tempo, bien bluesy et bien couillu en même temps. Enfin c'est pas très étonnant quand on sait que Phil Campbell est venu prêter sa gratte sur le morceau ainsi que sur "Under The Bottom", qui quant à lui, rappelle les influences BLACK SABBATHiennes du groupe, avec ces gros riffs bien gras, cette mélodie lugubre qui tourne en boucle sur les couplets et ce final des plus Heavy et des plus connoté.

Dans le même genre on trouve "Bad Seed" et si là aussi le texte porte sur un thème un peu plus profond que d'habitude (le destin et le sens de la vie), musicalement je suis moins conquise. Ce mid-tempo Heavy est tout à fait écoutable mais un peu trop basique, il sent un peu le déjà vu et à tendance à se faire long. À choisir je préfère "Let The Record Play" qui est encore un mid-tempo, mais qui a quand même un peu plus de consistance que la 3ème piste. La mélodie est simple mais efficace et rapproche le morceau de ce que faisait UGLY KID JOE à ses débuts. D'ailleurs si vous voulez retrouver un peu de cette époque dans ce skeud écoutez "She's Already Gone" : un morceau solide au riff bien Grungy et qui nous replonge dans les années 90.

Et puis on a l'incontournable ballade "Nothing Ever Changes" qui va vous faire sortir les mouchoirs. Ce titre très épuré est empreint d'une forte mélancolie, autant dans la mélodie à la guitare sèche que dans les interventions plaintives des grattes électriques, ce qui surprend un peu venant de la part du groupe, mais pas totalement non plus au vu de "Mirror Of The Man" qui nous mettait un peu dans l'ambiance. Ce morceau acoustique très typé Rock psyché 60s porte lui aussi la marque d'une certaine amertume tout en étant dans le même temps très groovy.

Enfin on trouve deux reprises sur ce skeud. La première, "Ace Of Spades" n'est pas vraiment une surprise, puisque le bras droit de Lemmy (R.I.P) est déjà intervenu sur certaines pistes de l'album. Néanmoins c'est une reprise tout à fait honorable, bien dans l'esprit originel. Et j'ai quand même été un petit peu impressionnée par le timbre de Crane qui arrive par moments à se rapprocher de façon très convaincante de celui de l'homme à la Rickenbacker.
La seconde, qui conclut le disque, c'est "Papa Was A Rolling Stone" des TEMPTATIONS. Ahaha ! Je savais qu'UGLY KID JOE avait des influences Funk mais ça m'a quand même surpris de voir ce titre dans la tracklist de l'album. Et puis ils s'en sortent pas mal du tout les cons ! Certes le titre a largement été Hard Rockifié mais le feeling de l'original est intact ! Et puis le fait que la chanteuse Dallas Frasca vienne donner de la voix aux côtés de Crane, ça apporte un petit plus non négligeable.

Franchement bravo !

D’ailleurs on pourrait dire ça pour le disque en entier ! Ok tout n'est pas parfait, certains morceaux sont peut-être un peu en dessous du reste mais dans l'ensemble c'est très correct. Puis surtout le groupe a réussi l'exercice relativement complexe de rester dans le style qui lui est propre depuis ses débuts, tout en ajoutant par petites touches des éléments qui prouvent qu'il est devenu plus mature. C'est un super revival, même si les sales gosses sont un peu moins tarés et un peu plus mélancoliques, on ne s'ennuie pas !

A lire aussi en HARD ROCK par CHAPOUK :


RIVAL SONS
Great Western Valkyrie (2014)
Les RIVAL SONS prennent de la drogue

(+ 1 kro-express)



SPIRITUAL BEGGARS
Earth Blues (2013)
Retour vers le futur !


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Witfield Crane (chant)
- Cordell Crockett (basse)
- Klaus Eichstadt (guitare)
- Phil Campbell (guitare sur 7, 8, 9)
- Dave Fortman (guitare)
- Shannon Larkin (batterie)
- Zac Morris (batterie)
- Sonny Mayo (guitare)


1. Hell Ain't Hard To Find
2. Let The Record Play
3. Bad Seed
4. Mirror Of The Man
5. She's Already Gone
6. Nothing Ever Changes
7. My Old Man
8. Under The Bottom
9. Ace Of Spades
10. The Enemy
11. Papa Was A Rolling Stone



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod