Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/DEATH IMPÉRIAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ABYSSAL - Antikatastaseis (2015)
Par MEFISTO le 31 Août 2015          Consultée 3149 fois

"Antikatastaseis" est l'album de mon été 2015. Eh oui, cette palme ne revient pas aux vétérans de COF ou FF, mais bien à ce one-man band britannique mené par le nocher infernal répondant aux initiales de G.D.C. Son troisième méfait de Black/Death impérial est d'une telle singularité, d'une telle hétérogénéité, qu'il supplante tout ce que mes oreilles ont croisé depuis des mois. Et ce n'est pas peu dire.

Le pire, c'est qu'"Antikatastaseis" est un disque frustrant, car non seulement se dévoile-t-il parfois trop aisément, il nous force souvent aussi à ronger notre frein, forgeant l'antithèse soupesant la réussite ABYSSALienne. Prenez par exemple le duo de départ : "I Am The Alpha And The Omega" démarre sur les chapeaux de roue en placardant sa rythmique pachydermique et ses riffs accrocheurs lézardant une ambiance dantesque au possible. Certes, c'est du Black/Death de bonne famille, sans trop de prise de tête. C'est alors que G.D.C. se la joue tribal, un brin psychédélique et fortement lumineux sur "The Cornucopian", nous faisant plonger six étages plus bas dans les entrailles de son Enfer particulier. Bienvenue chez ABYSSAL, qui, vous vous en rendrez compte après plusieurs tours de piste, se colle à son nom comme une teigne nous enlaidit.

Une fois que nous avons franchi le Styx, tout est possible. G.D.C. s'amuse à varier les formules, dont il a semé des grenailles sur les deux pièces susmentionnées. Et il ne perd pas de temps en assoyant son impérialisme sur "Veil Of Transcendence", une de mes pièces préférées de cette bonne vieille année 2015. Elle étale une sauvagerie proprette et déborde d'hallucinantes idées, comme ce bridge cristallin qui évoque une caverne scintillant sous les diamants, ou ce riff détruisant tout sur son passage. Au mur serez-vous cloués par tant de robustesse, charmés serez-vous par une telle déferlante émotive. "Voile Transcendant". Oui, et encore bien plus. Nous sommes au paradis de Mephisto, mes chers amis, au beau milieu de la Cité de Dite, qui fera tout pour vous emprisonner en vous enchaînant à vos plaisirs coupables. "Antikatastaseis", à ce stade, est ce plaisir qui vous taraude. Sinon, cessez l'écoute, allez voir ailleurs si vous y êtes.

Car après ce monolithe se cache une ombre qui vous défrisera davantage, car G.D.C. baisse la garde de quelques centimètres en interprétant tour à tour la brute de service et le scientifique fou qui recherche la formule que personne n'a encore trouvée. Sans y arriver pleinement, l'Anglais passionne avec sa fougue, qui se traduit par des mille-feuilles bigarrés, dont les couches de crème sont tantôt minces, tantôt dangereuses pour la santé mentale. Il se permet aussi d'incarner les guides célestes, en injectant quelques doses lyriques gorgées d'espoir ("Telomeric Erosion", "Chrysalis") dans notre effroyable odyssée, dont le paroxysme est atteint sur la malsaine "A Casual Landscape" et ses chœurs qui vous hanteront des nuits durant... si la douloureuse et ambiguë "Delere Auctorem Rerum Ut Universum Infinitum Noscas" ne vous a pas achevé, alors qu'une fine pluie vous tombe dessus...

Rarement ai-je entendu un album aussi bariolé dans le genre. ABYSSAL est violent, certes, mais il laisse filtrer tant de lueurs de lanterne et de trouvailles marquantes qu'il est hyper fascinant. On a constamment envie d'y retourner pour se traîner dans la vase, pour se faire pommeler. Vous aurez compris que G.D.C. m'a buriné depuis longtemps et que j'ai joint sa congrégation. Je vous invite à examiner cette possibilité, car si vous êtes en manque de Metal extrême original, réfléchi et accompli, "Antikatastaseis" vous comblera.

Un disque qui frôle la perfection ; n'eût été quelques passages plus faibles, la note maximale j'aurais consenti.

Note réelle : 4,5/5.

Un fort prétendant à mon top 5 des albums de l'année.

Podium : (or) "Veil Of Transcendence", (argent) "I Am The Alpha And The Omega", (bronze) "A Casual Landscape".

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


SOLEFALD
World Metal. Kosmopolis Sud (2015)
Les vikings s'en vont se faire dorer la cuirasse




NIGHTBRINGER
Hierophany Of The Open Grave (2011)
Autre cérémonie occulte affichant complet...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez








Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- G.d.c.


1. I Am The Alpha And The Omega
2. The Cornucopian
3. Veil Of Transcendence
4. Telomeric Erosion
5. A Casual Landscape
6. Chrysalis
7. Delere Auctorem Rerum Ut Universum Infinitum Nosca



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod