Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MÉLO/SYMPHO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SAILLE - Irreversible Decay (2011)
Par MEFISTO le 6 Avril 2015          Consultée 1246 fois

Tous les groupes ont été fondés pour toucher l'excellence. Ce nirvana musical peut être atteint de différentes manières ; certains privilégieront la multiplication des tubes, comme le Christ et ses pains, d'autres se barricaderont pendant des mois pour expérimenter leur style et presser le citron de leurs instruments au maximum. Nous pourrions argumenter ensuite que plusieurs, la majorité en fait, sont la symbiose de ces deux extrêmes (soit le Metal vite fait, bien fait qui remplira les stades, et le Metal avant-gardiste qui hypnotise par sa grandeur). Et nous serions dans le vrai, car seuls les poivrots attirés seulement par le gain sombreront dans la facilité et, inversement, les génies de l'extrême tels qu'Ihsahn, Nergal, Schuldiner, Swäno ou von Meilenwald ne se contenteront jamais d'efficacité bon marché. Quelques-uns d'entre eux arriveront même à attirer d'impressionnantes foules, sans que ça ait été leur but. Là, on touche à un truc rare.

Pourquoi cette mise en contexte dans cette chro du premier album des Belges de SAILLE ? Car en trois albums, ce tremplin y compris, le groupe a déjà atteint un très haut niveau. Pas le summum bourratif, évidemment, il a encore de la place dans l'estomac, mais ce "Irreversible Decay" s'avérait déjà un en-cas de qualité. Le dernier jeune groupe qui m'a autant impressionné avec ses trois premiers albums est IN VAIN. Je place ces deux poulains dans la même stalle !

Et comme plusieurs premiers albums de formations modernes, "Irreversible Decay" envoie la sauce à la puissance dix comme s'il n'y avait pas de lendemain. Les Belges mettent au monde un Black Mélo à la gratte particulière, façonnent leur identité brusquement en mangeant à plusieurs auges et en partageant une flopée d'idées. La plupart d'entre elles seront heureusement reprises sur les deux prochains disques, soit l'emploi d'instruments tels que le violon, le violoncelle et le cornet, la dissémination de nappes de synthé rêveuses et vintages, ainsi que, sans surprise, l'amalgamation de mélodies acerbes et aériennes. Sans oublier des solos à la pelle, des riffs mortels, des rythmiques entraînantes et des atmosphères très bigarrées. Cela aussi ne devrait pas nous désarçonner, car ce poulain a envie de ruer, de galoper dans tous les champs en même temps.

Son impatience se calmera un peu dans un futur rapproché, mais je dois dire que "Irreversible Decay" a un fil conducteur beaucoup plus solide que bien d'autres cartes de visite que j'aie pu entendre. On croit parfois s'égarer en milieu de tracklist, mais les trois dernières et solides pistes nous ramènent dans le droit chemin sans coup férir. Donc l'alignement des morceaux nous bluffe et permet de garder un équilibre indéniable.

Ce qui hante plus que tout sur "Irreversible Decay" est cette confiance dont SAILLE fait preuve. Le résultat de cet aplomb est un jeu intense, multicolore, tantôt défiant, tantôt enivrant, toujours mystifiant. Les Belges font déjà étalage, sur ces huit plages (en omettant l'intro), des qualités forgeant les champions, les légendes, ceux qui forment la crème remontant à la surface de la jarre: la recherche profonde, l'exploitation maximale des instruments, l'exécution sans failles et la capacité d'amener l'auditeur à des millions de kilomètres tout en ne l'abrutissant pas.

"Irreversible Decay", c'est tout ça, en version modelable et améliorable. Le travail d'orfèvre a commencé, à vous de le découvrir et de profiter de l'orgie mélodique qu'organise SAILLE.

Un autre groupe fondé pour atteindre l'excellence et qui, jusqu'à maintenant, n'a pas déçu. Ce n'est sûrement pas avec ce merveilleux album qu'il a fait un mauvais départ.

Son ascension est irréversible, pas sa décomposition.

Podium : (or) "Maere", (argent) "Passages Of The Nemesis", (bronze) "Overdose Of Gray".

A lire aussi en BLACK MELODIQUE par MEFISTO :


SUIDAKRA
Eternal Defiance (2013)
De vieux loups qui mordent encore !




ODIOUS
Skin Age (2015)
Ultra dépaysant !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Gert Monden (batterie)
- Jonathan Vanderwal (chant, guitare)
- Dries Gaerdelen (synthé)
- Yves Callaert (guitare)


1. Nomen
2. Passages Of The Nemesis
3. Overdose Of Gray
4. Plaigh Allais
5. The Orion Prophecy
6. Revelations
7. Maere
8. Tephra
9. Tremendous



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod