Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Chaîne Youtube (266)
 Myspace (280)
 Site Officiel (407)

AXENSTAR - Where Dreams Are Forgotten (2014)
Par GEGERS le 20 Décembre 2014          Consultée 2331 fois

D'emblée, il y a une empathie. Comme une bienveillance naturelle, celle qui nous pousse à soutenir contre vents et marées cette petite formation dont tout le monde ou presque se fout. L'année 2014 a été riche de ces petits moments, retours après une longue absence ou non, qui ont vu des formations peu plébiscitées, à défaut d'être occultes, braver vents et marées pour proposer un nouveau témoignage musical. De CELTIC LEGACY à 220 VOLTS, en passant par WICKED SENSATION et EZ LIVIN', les amateurs de coups du sort et de destins brisés ont eu fort à faire ces 12 derniers mois. Même si AXENSTAR s'est fait peu présent depuis la seconde moitié des années 2000, le groupe ne fait pas pour autant partie de ces gueules cassées, accidentés de l'industrie musicale, dont la survie tient du miracle. Au contraire, si le groupe n'a proposé qu'un album depuis 2006 (le chaudement recommandable "Aftermath" en 2011), il a pris le temps de consolider son line-up (inchangé depuis 2008) et de soigner ses compositions. Car il est évident qu'en matière de Power mélodique, "Where Dreams And Day Unite" est ce que le groupe est parvenu à proposer de plus convaincant depuis ses débuts.

Ce sixième album d'AXENSTAR est en effet une réussite dans tous les domaines qui voyaient précédemment le groupe suédois échouer. Prenez le premier écueil, et sans doute le plus flagrant : comment mettre en valeur la voix plate et monocorde du chanteur Magnus Winterwild ? Parfois sous-mixée, celle-ci constitue en effet le principal handicap des précédents opus du combo. Si le chanteur, c'est une évidence, s'est amélioré au fil des années, sa voix semble comme traitée de manière bien plus naturelle ; et si le chant sera sans doute le principal motif qui rebutera certains auditeurs potentiels, il ne constitue plus aujourd'hui une faiblesse, et se voit parfaitement incorporé dans le Power survolté du quartet.

De même, là où certains morceaux pouvaient sentir le réchauffé, malgré une identité déjà très marquée sur le premier album du combo, ce "Where Dreams And Day Unite" à la superbe pochette signée Felipe Machado (BLIND GUARDIAN, RHAPSODY OF FIRE, ICED EARTH) se fait à la fois percutant et concis. Comme s'il avait compris qu'il était inutile de broder et d'allonger inutilement ses compositions, AXENSTAR propose des morceaux d'un format compact (4'30 en moyenne) et donne une importance accrue à l'impact de ses refrains. À ce petit jeu, on reste donc bluffé par la qualité de certains titres tout bonnement imparables : "Curse Of The Tyrant", malgré une intro opératique et grandiloquente, frappe fort et vite avec un riff rentre-dedans et agressif, contrebalancé par un refrain lumineux et très efficace. Dans une veine similaire, le belliqueux "Greed" s'approche avec bonheur de l'univers actuel de STRATOVARIUS, en reprenant certains codes sonores avec une belle réussite.

L'ensemble reste plus sombre et agressif que ce que le groupe proposait par le passé. Les sonorités d'un "Blind Leading The Blind" ("Far From Heaven") se voient remisées aux oubliettes, tout comme la certaine "naïveté" mélodique d'un "All I Could Ever Be" ("Perpetual Twilight"). AXENSTAR a mûri, tout simplement, et parvient à mêler profondeur et immédiateté avec une réussite insolente. Tout en restant fidèle à ses racines, et en rappelant à nos oreilles les douces sonorités d'un Power Speed Mélodique tel que peu de groupes le pratiquent encore, le combo scandinave fait preuve d'une constance doublée d'une inspiration sans faille. Conscient que le succès "de masse" ne lui ouvrira pas ses bras maintenant, le groupe semble se faire plaisir et, ce faisant, donne naturellement le meilleur de lui-même. En réside un opus qui ne souffre d'aucun moment faible, et qui s'impose de lui-même comme l'un des tous meilleurs dans la désormais conséquente discographie du combo. Si le AXENSTAR ancien de vous avait pas totalement convaincu, redonnez-lui une chance, il le mérite !

A lire aussi en POWER METAL par GEGERS :


MOB RULES
Cannibal Nation (2012)
MOB RULES en boucle !




EDGUY
Monuments (2017)
Photos de famille


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Magnus Winterwild (chant, basse, claviers)
- Joakim Jonsson (guitare)
- Jens Klovegard (guitare)
- Adam Lindberg (batterie)


1. Fear
2. Inside The Maze
3. My Sacrifice
4. Curse Of The Tyrant
5. The Return
6. Demise
7. Annihilation
8. Greed
9. The Reaper
10. This False Imagery
11. Sweet Farewell



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod