Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Noveria, Dgm
 

 Site Officiel (155)
 Myspace (160)

ASTRA - Broken Balance (2014)
Par JEFF KANJI le 10 Novembre 2014          Consultée 2545 fois

ASTRA est typiquement le genre de groupe qui se trouve à la limite, dans presque tous les domaines. Pas non plus underground, ne serait-ce que par les musiciens reconnus qui le composent (Emanuele Casali et le démissionnaire Titta Tani), musicalement bon mais pas non plus assez pour prétendre occuper les podiums, et engoncé au sein d’une scène italienne florissante et dans laquelle il se fond totalement, un peu trop même. Artistiquement, c’est un peu la même : après un premier opus fortement marqué par l’ombre des maîtres DREAM THEATER, c’est à une sorte de deuxième DGM qu’on avait affaire sur "From Within" en 2009.

En 2014, la formation romaine a rebattu ses cartes. Pour faire face au départ de Titta Tani, Andrea Casali a décidé de reprendre le chant à son compte. Lui et son frère assuraient déjà les chœurs sur les opus précédents donc l’idée pouvait se présenter, mais il n’était pas aisé de succéder à Titta Tani. Peut-être faudrait-il aussi réfléchir à trouver son propre style aussi…

"Broken Balance" est une très grosse surprise sur bien des points : déjà Andrea Casali possède une voix naturelle très agréable, chaude et agile. En effet, ce n’est pas un bassiste qui fait du chant, c’est un véritable vocaliste et frontman que nous avons là. Et je dirais même qu’on gagne au change car le groupe affirme une patte mélodique bien plus prégnante que son prédécesseur. On assiste en outre au recours plus prononcé aux vocaux gutturaux en chœurs, un peu comme chez EMPYRIOS ou encore RAINTIME et qui passent comme une lettre à la poste.

En outre la musique du groupe se fait tout aussi percutante que sur "From Within" mais s’est départie de l’influence trop directe de DGM. On découvre un Metal Prog bardé d’influences diverses : le Heavy bien sûr, mais aussi le Metal plus moderne, comme ces grooves plus complexes et ces riffs grassouillets le laissent apprécier avec toujours cette touche très légèrement FM appuyée par un sens de la mélodie décidément redoutable. Les chœurs sont une nouvelle fois un instrument (une arme ?) à part entière et la production a fait là aussi un bond en avant : elle est à la fois claire et puissante, et très naturelle, respectant le grain des guitares et surtout de la batterie, dont on entend bien la caisse claquer et les toms résonner, comme si vous étiez dans la cabine d’enregistrement. On ne s’étonne ainsi pas du groove omniprésent des douze titres de la galette.

En outre, l’album réussit à allier homogénéité et diversité, les morceaux plus Heavy Prog à la "Sunrise To Sunset" s’accommodant parfaitement du plus plombé et nuancé "Mirror Of Your Soul" (avec un solo que n’aurait pas renié Arjen Lucassen), où à ceux à l’énergie quasi Rock comme "Losing My Ego", lequel rappelle un peu le RAINTIME de "Psychromatic". "Mirror Of Your Soul" est à cet égard un modèle du genre, démarrant comme une ballade assortie de percus filtrées et d’un piano délicat d’Emanuele Casali débouchant sur un refrain aérien avant d’être transporté vers des horizons plus modernes avec un riff à la Michael Romeo pas feignant niveau harmoniques artificielles pour se terminer comme le morceau avait commencé. Du grand art.

Difficile de distinguer un titre plutôt qu’un autre, car ASTRA, malgré l’apparente diversité de "Broken Balance" réussit à imposer ses marques de fabrique ; il parvient à donner cette illusion sur l’ensemble de l’opus que chaque morceau est unique alors qu’il utilise « juste » ses propres recettes pour laisser chaque morceau mûrir. Pour cela ASTRA peut compter sur le riffing de Silvio d’Onorio De Meo, qui a pris goût à la sept-cordes ("Break Me Down"), et qui fait tendre les passages velus du côté d’EMPYRIOS, sans le côté Death Mélodique. ASTRA utilise avec une redoutable efficacité et un sens du bon goût ahurissant les chœurs ; bien loin de se contenter de juste ornementer la mélodie principale (ce qu’ils font déjà très bien, sans jamais tomber dans l’épique façon QUEEN/BLIND GUARDIAN), ces derniers jouent aux questions-réponses très souvent sans jamais faire d’excès (notamment dans les aigus), ce qui contribue aussi je pense à les rendre digestes et à rester dans l’esprit des morceaux.

Difficile de sortir un morceau du lot je disais. Peut-être que j’ai une préférence pour "Sunrise To Sunset" ou "Mirror Of Your Soul", "Risk And Dare" ou encore "Understand" et son côté éclaté, où piano classique et doubles cordes dissonantes à la Andreas Kisser se jouxtent le plus simplement du monde. Félicitations à ASTRA qui vient parfaire la réputation de Scarlet Records, décidément abonné aux sorties de qualité.

Un gros 4/5.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


RED CIRCUIT
Homeland (2009)
Pas de cap du deuxième album




AWACKS
Resilience (2013)
Finally we admit that we've lost control


Marquez et partagez





Par JEFF KANJI




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andrea Casali (chant, basse)
- Silvio D’onorio De Meo (guitare)
- Emanuele Casali (claviers, guitare)
- Filippo Berlini (batterie)


1. Losing My Ego
2. Hole In The Silence
3. Sunrise To Sunset
4. Too Late
5. Broken Balance
6. Faithless
7. Mirror Of Your Soul
8. Risk And Dare
9. Break Me Down
10. Understand
11. Ending Season
12. You Make Me Better



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod