Recherche avancée       Liste groupes



      
ZWIBIZ GLAP GLOP  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : 6:33
- Membre : Faith No More, Fantomas
 

 Site Fan (289)
 Facebook (418)

MR BUNGLE - Mr Bungle (1991)
Par CHAPOUK le 3 Novembre 2014          Consultée 3148 fois

Si vous êtes arrivés là, c’est que : soit vous connaissez déjà le groupe, soit vous adorez écouter des trucs chelous. Donc faisons les présentations : MR BUNGLE voici un lecteur, lecteur voici MR BUNGLE !

Ce groupe fait partie des nombreux projets de Mike Patton, disons même que c’est le premier à avoir vu le jour concrètement, et bien avant FAITH NO MORE vu qu’il a été formé en 1985. C’est aussi avec lui que Patton enregistre ses premières démos, une nommée "The Raging Wrath Of The Easter Bunny" qui sort en 1986 et qui n’a absolument rien à voir avec la voie que prendra le groupe plus tard (on y entend une sorte de Death/Thrash/Grind déjà un peu barré). Celle-ci sera suivie par "Bowel Of Chiley" en 1987 qui plantera un peu plus le décor : des éléments Funk et Ska feront leur apparition, accompagnés très souvent par de grosses conneries. On y trouvera également une ébauche de la compo "Carousel". En 1988 c’est "Goddammit I Love America!" qui déboule et montre que les zikos ont un peu mûri, le Rap fait son apparition, les compos sont un peu plus élaborées et ça sent à plein "The Real Thing" (bien qu’il ne soit pas encore sorti). Enfin en 1989 l’usine à tubes "OU818" voit le jour, quasi toutes les compos seront utilisés pour l’éponyme dont je suis censée vous causer actuellement. De plus Patton bénéficie également cette année-là du succès commercial de FAITH NO MORE.

Bref que voulez-vous de mieux comme rampe de lancement pour MR BUNGLE ? Ah si peut être avoir un John Zorn à la prod ? C’est fait ? Et ben c’est parti ! En 1991 sort donc cet éponyme au clown dégueulasse en guise de pochette.

Bon honnêtement lorsque l’on écoute ce groupe pour la première fois notre réaction est à peu près la suivante : « Bordel mais j’écoute quoi là ?!? J’en sais foutrement rien mais j’aime bien !! ». Bon à part si vous êtes complètement fermés à la Fusion et à l’Expérimental… Si on jette une oreille en diagonale sur le skeud, on peut penser que c’est un fouillis monstrueux, marrant 5 minutes mais qui ne mérite pas qu’on en fasse autant de foin. FAUX !

Cet album c’est le bordel, mais un bordel organisé et soigné au poil de cul près ! Tout, du moindre silence, changement de rythme, accord, tout est planifié. Et puis niveau technique c’est pas juste des mecs qui tapent un peu partout sur leurs instrus en rigolant du bruit que ça fait… Écoutez simplement ces lignes de basse, à s’en taper le cul par terre, sur "Dead Goon" ça groove carrément au milieu des essais de Bossa Nova, de Grind et des musiques clownesques, spatiales et effrayantes. Ah oui, le mot groover vous allez le retrouver souvent dans votre vocabulaire pour qualifier MR BUNGLE. Sérieusement, je crois que c’est le groupe qui te tire le plus de « claquements de doigts rythmiques » de façon intempestive et inconsciente. Même "Quote Unquote" qui est, avouons-le, sinistre voire flippante, à un côté funky. On sent bien que "The Real Thing" est passé par là, le Funk Metal colle aux basques de Patton mais qu’importe ? Puisqu’il maîtrise son sujet à mort. "Slowly Growing Deaf", "Squeeze Me Macaroni", "My Ass Is On Fire", "The Girls Of Porn" sont là pour le prouver. D’ailleurs tout comme dans FAITH NO MORE, le bonhomme est, au chant, un vrai caméléon, dans le même esprit que ses morceaux en fait. Dans un seul titre les rythmiques peuvent changer 2, 3 fois voire plus. Il est impossible de citer tous les styles par lesquels le groupe est passé durant ces 10 morceaux, ce serait beaucoup trop long.

MR BUNGLE ce n’est donc pas que de la connerie, mais soyons honnêtes c’est ce qui fait quand même le charme du groupe. Un morceau comme "Squeeze Me Macaroni" je prends plaisir à l’écouter… Mais je me marre bien aussi : entre le titre et le texte wtfuckesque (1), les bruits de cartoons disséminés partout qui donnent une impression de démence et d’urgence au morceau, les « Nik Nak Padiwak ! » qui me restent toujours en tête et les « Tikitikitou… Titititou ! » en mode Salsa, qui me font sourire malgré moi. Je retrouve forcément ma bonne humeur après l'écoute d'une compo de ce style. Idem pour "Egg" dont le refrain me hante à chaque fois pour une journée. Cette rythmique Ska et ces « Egg » balancés de façon totalement neutre, contrastent complètement avec les « blabla blablablabla » qui semblent plus enjoués par la suite, et c’est ce contraste qui me fait délirer. Puis en même temps chanter « œuf » en guise de refrain je trouve ça pas banal non plus… Le petit « It’s not funny my ass is on fire » chanté avec une voix très sérieuse, quelques secondes après la fin du break très Death Jazz, et les « bouh » qui rythment la fin de "My Ass Is On Fire"… Franchement j’adore !

Mais résumer MR BUNGLE à du Funk Metal et des gogoleries c’est pas possible ! Non il faut quand même que je vous cause de ce bijou de Ska qu’est "Carousel" : avec son refrain presque lyrique, cette rythmique de damné à la basse, ce contretemps spécifique au Ska qui ici est parfaitement utilisé pour évoquer un carrousel, et ces passages plus Heavy, ça donne envie de sauter en rond dans son salon en remuant du croupion. "Slowly Growing Deaf" fait également partie de ces titres à ne pas louper, du FAITH NO MORE en puissance : on retrouve la même énergie qui anime "Epic" avec quelques aspects un peu plus étranges et variés. "Stubb (A Dub)" est la merveille du genre « je regroupe quasi tous les styles musicaux ensemble dans une même chanson sans choquer le moins du monde mon auditeur » ! Les basses peuvent sonner Reggae, les grattes Heavy, les claviers Pop, Patton peut utiliser sa voix de crooner sur un passage Death, tout se marie bien !!!! Enfin "The Girls Of Porn" est un titre qui mérite lui aussi de l’attention, et pas parce qu’on entend un extrait de porno en guise d’intro. C’est juste un petit bijou à la INFECTIOUS GROOVES qui nous est servi. Avec un titre, des paroles et des choix de breaks pareils, c’était pas gagné de faire quelque chose de groovy, funky, burné (euh si en fait !) et classe à la fois… Et pourtant MR BUNGLE l’a fait.

C’est ce que j’adore dans ce groupe : le disque est intense, t’as pas vraiment le temps de souffler, puisqu’il y a trop d’infos sonores en même temps, mais il passe tout de même à une allure infernale… Des idées de génie s’enfilent à la pelle, et si on arrive à passer la petite phase d’immersion nécessaire lorsque l’on découvre le groupe, c’est juste du caviar qui nous est servi. MR BUNGLE avec cet éponyme offre une carte de visite de son univers à toute la scène Fusion de l'époque et à tous ceux qui sont assez curieux pour oser franchir la frontière de leur mondre schizoïde.

(1) Pour le plaisir : «Ronald Mac Donald just love to be fondled / With Big Mac he will fuck it like a Chiken McNugget[…] / Jerk the Smack and Crack Jack from the back / Bananarama or ramadabanana / Fuckin Barry Manilow on the Copa Cabana / Squeeze My macaroni, Slop your face with my bologna…»

A lire aussi en FUSION par CHAPOUK :


NO ONE IS INNOCENT
Frankenstein (2018)
Dans la droite lignée de "Propaganda"




SKINDRED
Volume (2015)
Comment passer à un millième près de la perfection


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Mike Patton (chant, clavier, samples)
- Trey Spruance (guitare, clavier)
- Trevor Dunn (basse)
- Danny Heifetz (batterie, percussions)
- Clinton 'bär' Mckinnon (saxophone tenor, clarinette, clavier)
- Theo Lengyel (saxophone, clavier)


1. Quote Unquote
2. Slowly Growing Deaf
3. Squeeze Me Macaroni
4. Carousel
5. Egg
6. Stubb (a Dub)
7. My Ass Is On Fire
8. The Girls Of Porn
9. Love Is A Fist
10. Dead Goon



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod