Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1989 Taking On The World
1992 Gallus
1994 1 Swagger
1997 0141 632 6326
2012 Break The Silence

GUN - Taking On The World (1989)
Par MULKONTHEBEACH le 8 Septembre 2014          Consultée 3540 fois

GUN est un groupe écossais ô combien sous-estimé, voire complètement ignoré de l’Histoire de la Musique, et ça c’est mal, très mal… Alors certes, ce groupe n’a jamais rien révolutionné, que ce soit dans le style, l’attitude ou les compositions. Des jeunes gars en jean faisant du Rock en voulant devenir énorme, il y en a à foison nous sommes d’accord, mais il y a cet album, le premier du nom qui a posé certains jalons et qu’on se doit de réhabiliter.

Un ami me file une cassette en 1989 en me disant « écoute ça, ça devrait te plaire ». Je place l’objet dans mon baladeur, actionne la touche « dolby » pour réduire le souffle, ben oui faut penser à tout en ces temps préhistoriques ! J’arpente les rues de Paris et déboule dans mes oreilles "Better Days", quel autre titre de chanson aurait pu me parler plus que celui-là à cette époque ? Pensez-donc, 17 ans, pas une copine à l’horizon, pas le physique d’un gladiateur, et c’est là, à ce moment précis que la musique a pris cette importance capitale dans ma vie, où la passion a enfin croisé mon chemin ! Sans cela, la suite de mon existence aurait été sans but, sans saveur, en naviguant à vue…

Prolongement du plaisir, concert impromptu dans le sous-sol de la Loco à Pigalle, parterre quasi vide, j’adore ce genre d’ambiance anti-héros où tout se joue sur l’instant, où tout n’est que spontanéité, avec une réelle envie d’en découdre ! Pas déçu du voyage, le grand puceau dégingandé a reçu la claque de sa vie même ! Un énorme concert de Rock bourré d’âme et d’énergie, d’une dévotion frisant l’orgasme auditif, brute et sincère !

La pochette sobre mais réussie résume tout finalement, des banlieusards de Glasgow sous la pluie, avançant vers l’objectif comme cinq apprentis guerriers pour dire au monde qu’ils existent, fin prêts à l’affronter, contre vents et marées. Et en Écosse, la météo ne s’avère pas vraiment clémente.

“Better Days” donc, fait son entrée en fanfare avec son refrain chanté tel un slogan politique, sauf que là on parle de musique et qu’on est sûr que les promesses seront tenues. Dès lors, on sent que les mômes ont connu les heures creuses avant de signer ce deal d’avec la major A&M, Qu’ils ont mangé leur pain noir, on n’est pas en Californie là, c’est la vraie vie ! Glasgow c’est avant tout une destination idéale pour un postulat à l’usine. "The Feeling Within" emboîte le pas, moins percutant tout en nous montrant une facette plus mélancolique de leur musique. Le séquençage des pistes, judicieusement choisi, permet également de comprendre davantage l’engagement velléitaire affirmé des boys.

Le title track ne tarde pas, "Taking On The World", sorte de semi-balade avec toujours cette batterie entêtante, cette voix, Mark Rankin n’est pas un frontman exceptionnel mais possède un organe chaud et délicat dont on se souviendra. Encore une fois, c’est du Rock aux relents Hard Rock, mais bon Dieu qu’il est bon, de l’or en barre ! On sort la « Les Paul », on se regarde, 3… 4 on y va. On visualise sans mal lorsqu’on est sois-même musicien la satisfaction éprouvée de s’apercevoir qu’un titre fonctionne, juste en se regardant mutuellement, sans le moindre mot échangé. La magie opère et est communicative.

Giuliano Gizzi est un guitariste de groupe admirable, sachant tantôt briller de mille feux tout en ayant l’humilité nécessaire de se placer parfois en retrait afin de rendre justice à une chanson : "Can’t Get Any Lower", tirade perlée dont les accents mélodiques rendraient immédiatement ineptes un jeu bavard et démonstratif. Son partenaire d’alors Baby Stafford est connecté en wifi avec lui ; tels des télépathes en s’échangeant parfaitement leurs parties. Son frère cadet Dante, officiant à la basse s’accapare le rôle avec talent et sérieux, avec ses lignes classiques mais redoutables, et ses montées et descentes d’accords toujours de bon aloi. L’excellent batteur n’est pas encore Scott Schields malheureusement…

On transpire, ça sent le cuir, le jean pas fraîchement lavé, les bottes Harley Davidson donnant le tempo ! Du Rock britannique fier mais qui n’a pas la prétention des Anglais.

Ne faites pas la fine bouche, il y en a pour tout le monde… Vous voulez de l’énergie brute, allez-y c’est la kermesse, on pêche à la ligne sans limite d’âge ! "Shame On You" ? Ou bien "Inside Out" ?, Il suffit de demander !!! Pas de chichis, On pose avec ses potes dans le photomaton ancienne mouture là, on n’est pas dans le vrai monde, le monde virtuel aujourd’hui non, on est dans celui où il y a de l’échange, ou l’on décore ses jaquettes de cassettes de photos découpées dans les magazines de Hard en regardant ses Parents regardant eux-mêmes Dimanche Martin, en pensant à des jours meilleurs. "Something To Believe In", le but de toute mon existence, un vrai sujet de philo bordel, et pour le coup un vrai bordel !

L’album est bien parsemé de quelques titres faiblards, deux ou trois tout au plus, on peut citer "Money", "Girls In Love" bien mauvaise ou bien "I Will Be Waiting" ratée, mais l’ensemble reste très cohérent pour un premier essai…

Alors prenez place, les matelas sont installés, tout le confort est là, si vous voulez vous adonner à la randonnée avec manque de soif et de repères, ben…. Tournez la page ! Il n’est nullement question de trekking à Katmandou ou de cultiver son potager en bas de l’immeuble non ! Et comme tout premier album, il a ma faveur, parce qu’il y a l’ambition, l’erreur, la candeur, l’envie et la détermination.

Pensée du soir espoir… Un premier jet musical, c’est comme une première veuve poignet, on atteint le sacro-saint graal et on en fout partout… Parce que ça fait zizir !

A lire aussi en HARD ROCK par MULKONTHEBEACH :


SWEET & LYNCH
Only To Rise (2015)
STRYPER vs DOKKEN, quelle bonne surprise !

(+ 1 kro-express)



Richie SAMBORA
Undiscovered Soul (1998)
à tendance pop


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Mark Rankin (chant)
- Giuliano Gizzi (guitare, chœurs)
- Baby Stafford (guitare)
- Dante Gizzi (basse)
- Jim Mc Dermott (batterie)


1. Better Days
2. Feeling Within
3. Inside Out
4. Money ( Everybody Loves Her )
5. Taking On The World
6. Shame On You
7. Can't Get Any Lower
8. Something To Believe In
9. Girls In Love
10. I Will Be Waiting



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod